Google Maps boudé par les développeurs ?

le 07 juin 2012
 0
00E6000005220840-photo-decarta.jpg
Alors que Google annonce une nouvelle version de son service de cartographie, les développeurs se tourneraient vers d'autres solutions.

En annonçant ses nouveautés hier soir, Google a en quelque sorte volé la vedette à Apple qui, selon plusieurs rumeurs, s'apprêterait à lever le voile sur son propre service de cartographie développé en interne. Cependant, malgré sa position dominante sur le marché, Google semble observer quelques problèmes au sein de sa communauté de développeurs.

Au mois d'avril 2011, en mettant à jour les conditions d'utilisation de ses interfaces de programmation de son service de cartographie, Google expliquait que l'usage de celles-ci deviendrait payant à partir du mois d'octobre 2011. Un développeur souhaitant tirer parti des fonctionnalités et des serveurs de Google Maps pouvait générer un nombre illimité de requêtes gratuitement. Selon ces nouvelles règles d'utilisation, les éditeurs dont la base d'utilisateurs génèrent plus de 25 000 cartes classiques par jour ou 2500 cartes personnalisées doivent désormais s'acquitter de droits.

Foursquare ou encore Apple se sont tournés vers des solutions alternatives. Le projet open source OpenStreetMap a également gagné en popularité. Mais il n'est pas le seul. Sur son blog officiel, la société deCarta explique que la moitié de nouveaux développeurs utilisant ses API ont précisément migré depuis Google Maps. Plus précisément, une enquête menée sur les trois derniers mois révèle que sur 488 nouveaux développeurs, 52% d'entre eux ont été déçus des décisions de Google.

05220844-photo-decarta.jpg


L'étude interne montre par ailleurs que si beaucoup de ses développeurs n'étaient pas directement concernés par cet usage payant, ces derniers souhaitaient néanmoins davantage de transparence mais également plus d'outils ou d'éléments de différenciation par rapport à Google Maps.

Nokia, Navteq ou encore MapQuest pourraient également bénéficier des changements opérés au sein de Google Maps. Thor Mitchell, responsable produits des API de Google Maps, explique que cette décision était en tout cas inévitable au regard de la forte croissance annuelle enregistrée sur les serveurs de Google.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
Rage 2 ne sera pas un jeu service, mais aura droit à du contenu additionnel gratuit
Luke Wood, CEO de Beats : « Le Powerbeats Pro est le premier produit totalement conçu avec Apple »
scroll top