PRISM : Google et Facebook demandent aux gouvernements d’être plus transparents

01 juin 2018 à 15h36
0
Après avoir nié en bloc leur participation au programme PRISM, plusieurs firmes américaines tentent désormais de mettre le projecteur sur les gouvernements. Google en tête, suivi de Facebook et de Twitter demandent, à ce que les autorités fassent preuve de plus de transparence sur les motifs les poussant à effectuer des requêtes auprès d'eux.

0118000006048828-photo-aclu-prism.jpg
Dans la foulée des révélations de la presse britannique et américaine, les principales firmes concernées par l'affaire PRISM avaient réagi, niant alors leur participation à ces opérations. « Nous analysons avec attention chacune de ces requêtes de façon à vérifier leur conformité avec les lois applicables. De même, nous ne fournissons pas d'informations en dehors du périmètre défini par la loi », expliquait ainsi Facebook, ensuite repris par d'autres firmes.

Google se fait désormais plus précis. Après avoir expliqué qu'il n'existait pas de porte dérobée par laquelle les autorités pouvaient collecter librement des informations, David Drummond, directeur juridique dit désormais avoir envoyé une lettre au Procureur général ainsi qu'au FBI rappelant s'être toujours soumis aux requêtes légales.

Il ajoute : « les affirmations selon lesquelles nous donnons un accès illimité aux données de nos utilisateurs sont tout simplement fausses. Toutefois, les obligations de non-divulgation du gouvernement concernant le nombre de demandes FISA que Google reçoit, ainsi que le nombre de comptes concernés par ces demandes, nourrissent ces spéculations ». Le responsable demande que ces requêtes puissent figurer dans leurs rapports de transparence, en particulier les informations demandées dans le cadre du FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act).

David Drummond insiste en précisant que cette communication permettrait de montrer que le nombre de demandes officielles sur ce motif « est de loin inférieur à celles avancées. Google n'a rien à cacher ». Un mouvement déjà repris par Facebook et Twitter, encourageant les gouvernements à faire preuve de plus de transparence.

Le mouvement intervient alors qu'aux Etats-Unis, l'ACLU (American Civil Liberties Union), l'organisme de défense des libertés civiles indique avoir porté plainte. Elle dit ainsi attaquer la Section 215 du Patriot Act. Celle-ci autorise le gouvernement à demander à la FISC (la Cour dédiée à ces requêtes) de lui faire communiquer des données via les opérateurs (tels que Verizon).

L'ACLU estime que ce texte va à l'encontre de la Constitution américaine, en particulier de la liberté d'expression et de la liberté d'association.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le Galaxy S5, premier smartphone de Samsung avec une coque en métal ?
Orange lance le Fujitsu Stylistic S01, un smartphone pour senior
Hadopi : un internaute condamné à la suspension de sa ligne Internet pour 15 jours
Facebook : les actionnaires demandent des comptes à Mark Zuckerberg
SFR WiFi Fon désormais activé par défaut : 8 millions de hotspots pour les clients Internet
Sosh Multi SIM : une 2e carte SIM pour Internet, en option
Dès le début, une start-up ne doit pas négliger son SEO
Données privées : protéger ou monétiser, il faut choisir
Acer officialise le Liquid E2 Duo, nouveau smartphone milieu de gamme (màj)
Bing Maps : nouvelles vues aériennes à 45° et nouveaux plans de magasins
Haut de page