PRISM : Google et Facebook demandent aux gouvernements d’être plus transparents

12 juin 2013 à 17h03
0
Après avoir nié en bloc leur participation au programme PRISM, plusieurs firmes américaines tentent désormais de mettre le projecteur sur les gouvernements. Google en tête, suivi de Facebook et de Twitter demandent, à ce que les autorités fassent preuve de plus de transparence sur les motifs les poussant à effectuer des requêtes auprès d'eux.

0118000006048828-photo-aclu-prism.jpg
Dans la foulée des révélations de la presse britannique et américaine, les principales firmes concernées par l'affaire PRISM avaient réagi, niant alors leur participation à ces opérations. « Nous analysons avec attention chacune de ces requêtes de façon à vérifier leur conformité avec les lois applicables. De même, nous ne fournissons pas d'informations en dehors du périmètre défini par la loi », expliquait ainsi Facebook, ensuite repris par d'autres firmes.

Google se fait désormais plus précis. Après avoir expliqué qu'il n'existait pas de porte dérobée par laquelle les autorités pouvaient collecter librement des informations, David Drummond, directeur juridique dit désormais avoir envoyé une lettre au Procureur général ainsi qu'au FBI rappelant s'être toujours soumis aux requêtes légales.

Il ajoute : « les affirmations selon lesquelles nous donnons un accès illimité aux données de nos utilisateurs sont tout simplement fausses. Toutefois, les obligations de non-divulgation du gouvernement concernant le nombre de demandes FISA que Google reçoit, ainsi que le nombre de comptes concernés par ces demandes, nourrissent ces spéculations ». Le responsable demande que ces requêtes puissent figurer dans leurs rapports de transparence, en particulier les informations demandées dans le cadre du FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act).

David Drummond insiste en précisant que cette communication permettrait de montrer que le nombre de demandes officielles sur ce motif « est de loin inférieur à celles avancées. Google n'a rien à cacher ». Un mouvement déjà repris par Facebook et Twitter, encourageant les gouvernements à faire preuve de plus de transparence.

Le mouvement intervient alors qu'aux Etats-Unis, l'ACLU (American Civil Liberties Union), l'organisme de défense des libertés civiles indique avoir porté plainte. Elle dit ainsi attaquer la Section 215 du Patriot Act. Celle-ci autorise le gouvernement à demander à la FISC (la Cour dédiée à ces requêtes) de lui faire communiquer des données via les opérateurs (tels que Verizon).

L'ACLU estime que ce texte va à l'encontre de la Constitution américaine, en particulier de la liberté d'expression et de la liberté d'association.

Olivier Robillart

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de rempli...

Lire d'autres articles

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de remplir cette mission en tant que rédacteur pour Clubic. Je traite principalement de politique numérique tout comme de sécurité informatique et d’e-Business. Passionné de Star Wars, de Monster Hunter, d’Heroic Fantasy et de loisirs numériques, je collabore régulièrement à de multiples projets vidéo de la rédaction. J’ai également pris la fâcheuse habitude de distribuer aux lecteurs leur dose hebdomadaire de troll via la Clubic Week.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page

Sur le même sujet