La seconde additionnelle de 2012 mal digérée par certains sites et programmes

02 juillet 2012 à 08h02
0
00FA000005274324-photo-une-seconde-en-plus.jpg
La seconde intercalaire ajoutée à la dernière minute de la dernière heure du mois de juin peut paraître anodine, mais elle n'a pas été bien vécue par plusieurs grosses plateformes communautaires d'Internet, ainsi que par certains programmes utilisant le Network Time Protocol.

La dernière minute de la dernière heure du samedi 30 juin 2012 comptait, en tout, 61 secondes : l'objectif de la manœuvre était d'ajuster l'horloge atomique avec le Temps Universel (UT), qui correspond à l'orientation de la Terre par rapport aux étoiles. Une action qui est effectuée selon les observations réalisées depuis 1972 : depuis cette année-là, ce sont 24 secondes qui ont été rajoutées. Il n'y en avait pas eu depuis 2009.

Si cette seconde intercalaire divise la communauté scientifique, pour le quotidien de la grande majorité des gens, elle n'a pas d'impact... sauf que, cette année, plusieurs protocoles et programmes n'étaient pas préparés à ce phénomène et n'ont pas digéré cette seconde de plus : ce fut notamment le cas de Java, MySQL ou encore du noyau Linux. Selon les informations recoupées par Wired, les systèmes informatiques exploitant le Network Time Protocol (NTP) leur permettant de rester calés sur l'horloge atomique, et qui n'auraient pas été préparés à cette seconde supplémentaire, n'ont tout simplement pas su comment l'interpréter.

Des dysfonctionnements variés ont été constatés, allant de surcharges CPU entraînant des ralentissements au crash pur et simple des serveurs des services exploitant des technologies touchées. Reddit, de son côté, a expliqué sur Twitter avoir rencontré des problèmes liés à Java et plus précisément à la base de données open source Cassandra, basée sur le langage. Java a également posé problème à Mozilla sur la plateforme Hadoop. Côté serveurs Linux, BuzzFeed rapporte que Foursquare, Yelp, LinkedIn, Gawker, Meetup, StumbleUpon et bien d'autres ont été victimes de dommages collatéraux.

Une situation très pénalisante pour ces services, alors que le Web se remettait à peine d'une panne du cloud d'Amazon, survenue à la suite d'une tempête en Virginie, et qui avait mis hors-service des plateformes comme Netflix vendredi soir.

Dans la majeure partie des cas, les bugs entraînés par cette seconde additionnelle ont été réglés au bout de quelques heures. On notera au passage que certaines entreprises avaient anticipé ce genre de souci : c'est le cas de Google qui avait publié dès septembre 2011 des pistes pour éviter tout problème.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Taxe Internet : les professionnels du numérique montrent les dents
iPad en Chine : Apple verse 60 millions de dollars à Proview pour garder son nom
France Digitale : un lobby pour favoriser les start-up du numérique
Asus et Shuttle lancent des nettops Cedar Trail ultra-compacts
Roaming Data : les tarifs mobiles baissent depuis l'étranger
Le gouvernement étudiera l'extension de la redevance TV au PC
On Refait le Mac : Focus sur le MacBook Pro Retina
Live Japon : Galaxy Note et Orangina font un tabac
Revue de Web : quand Valve se lance dans le cinéma
Instagram : le service exclusivement mobile se rapproche du Web
Haut de page