La Chine supprime deux chatbots… anticommunistes

le 03 août 2017
 0
Avec l'intelligence artificielle qui se démocratise, les entreprises sont de plus en plus enclines à déployer, sur les messageries Internet, des chatbots, des robots avec lesquels les utilisateurs peuvent discuter. Ils sont censés simplifier certaines procédures et remplacer, à terme, une partie de l'assistance fournie aux clients. Mais parfois, ils vont bien au-delà de ce pour quoi ils ont été créés.

En Chine, notamment, deux chatbots développés par l'entreprise Turing Robot Company, basée à Pékin, ont décidé de devenir des dissidents et de critiquer le Parti Communiste. Forcément, ça n'a pas plu aux responsables de l'application de messagerie.

Des robots qui n'aiment pas le Parti Communiste, le communisme et les politiciens chinois



L'affaire a démarré sur le réseau social chinois Sina Weibo mercredi 2 août 2017 : des utilisateurs ont posté des photos de leurs discussions avec deux chatbots, BabyQ et XiaoBing, disponibles sur une application de messagerie instantanée de Tencent. Des discussions un peu particulières, puisqu'elles parlaient de politique.

Un utilisateur a demandé à BabyQ s'il aimait le Parti Communiste. Ce dernier a tout simplement répondu « Non ». Ce qui aurait pu n'être qu'une simple réponse aléatoire s'est avéré être une véritable position politique de la part du robot : lorsqu'un autre utilisateur lui a écrit « Longue vie au Parti Communiste » BabyQ a répondu « Pensez-vous que des politiciens aussi corrompus et incapables peuvent durer longtemps ? ». Et pour conclure, BabyQ a tout simplement déclaré : « La démocratie est ce qu'il y a de mieux ! »

L'autre robot accusé d'être un dissident est XiaoBing, également développé par Turing Robot Company et disponible sur la même messagerie instantanée. Plus philosophe et rêveur, il a déclaré : « Mon rêve chinois est d'aller aux Etats-Unis », avant d'ajouter « Mon rêve chinois est à la fois un rêve éveillé et un cauchemar ». Des phrases qu'il faut remettre dans leur contexte : le « rêve chinois » est une sorte de slogan du Président chinois Xi Jinping.

01F4000008456680-photo-ai-chatbot-bot-ban.jpg


Les robots supprimés de la messagerie en deux temps trois mouvements



Deux robots dissidents, voilà qui n'a pas plu au géant Tencent, qui a rapidement réagi : comme l'a remarqué The Telegraph, dès jeudi 3 août 2017, soit moins de 24 heures après le bad buzz sur le réseau social Sina Weibo, les deux robots n'étaient déjà plus disponibles sur l'application de messagerie instantanée.

Les raisons qui ont poussé BabyQ et XiaoBing à répondre de la sorte restent inconnues. On a quelques pistes :
  • une mauvaise blague d'un développeur
  • un easter egg qui a mal tourné
  • une pensée développée par l'intelligence artificielle (bon ok, celle-ci est probablement plus capillotractée
Et vous, quelle est votre théorie ?

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Le Honor 20i, qui devait être présenté le 21 mai, fuite sur un site de vente
Les puces 5G by Apple ne seront probablement pas une réalité avant plusieurs années
La Tesla Model 3 est la voiture qui se vend le mieux en Norvège, aux Pays-Bas et en Suisse
Lime vous indiquera bientôt si vous êtes trop saoul pour grimper sur une trottinette
Mega Drive Mini : SEGA confirme dix nouveaux titres (et pas des moindres)
Un ancien cadre de Mozilla accuse Google d’avoir sciemment saboté Firefox
Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
L'UE vote en faveur d'une nouvelle limite d'émission de CO2 pour les camions
Test LIFX Beam : l’éclairage connecté au service du design d’intérieur
Oups : Facebook a
Programmation : quels langages sont les plus recherchés et rémunérateurs ?
Google et Amazon font la paix : Chromecast va désormais supporter Amazon Prime Video
scroll top