Test Wireless Cinebox Premium

13 janvier 2010 à 16h16
0

Test Wireless Cinebox Premium


Remarque:

Une grande partie de ce test reprend les points que nous avons relevés avec le Wireless Cinebox Ultra. Les deux appareils partagent le même firmware. Comme nous avons pu le constater, à quelques exceptions près, le Wireless Cinebox Ultra hérite des mêmes qualités et défauts de son prédécesseur.


Particularités et accessoires


Accessoires et câbles fournis :

00FA000001892794-photo-dsc-0764-border.jpg

-Un lecteur Wireless Cinebox Premium;
-Un câble composite RCA ;
-Un câble USB ;
-Un câble Yuv ;
-Un adaptateur secteur ;
-Une notice d'utilisation ;
-Une télécommande ;
-Un CD de driver.
-Une antenne Wi-Fi.

Un écran en façade ?

Ce boitier multimédia est équipé d'un petit écran en façade. Fonctionnalité utile ou vulgaire gadget ? D'après le fabricant, cet affichage pourra être utilisé pour lire des fichiers audio sans avoir à brancher le dispositif sur un téléviseur. Dès lors, on comprend que l'intérêt est relativement limité.

012C000001892802-photo-dsc-0775-border.jpg
012C000001892798-photo-dsc-0769-border.jpg

Ce boitier multimédia est équipé d'un petit écran en façade.


Une finition exemplaire :

La finition extérieure du boitier de Cibox est exemplaire.

Une couche réseau propriétaire :

Nous touchons l'un des principaux points faibles de ce boitier. L'obligation d'utiliser une couche réseau propriétaire coupe court aux possibilités d'interopérabilité. Ce verrouillage limitera les possibilités d'accès à distance aux seuls environnements Windows. De plus, même si votre réseau personnel n'est pas mixte, vous risquez fort de regretter la rigidité extrême du procédé. Ajoutons à cela quelques lenteurs et autres instabilités pour que la boucle soit bouclée. Pour de plus amples informations sur ce problème, consultez le chapitre consacré aux capacités réseau.

Design tout en hauteur :

Ce disque dur multimédia arbore un design « vertical » (il n'est pas étudié pour être déposé sur la tranche). On aime ou on n'aime pas, mais dans l'ensemble, le boitier est plutôt réussi sur le plan esthétique.

Ergonomie générale


Menu général et ergonomie :

Au début, l'interface du Wireless Cinebox Premium est un peu déroutante. Elle n'est pas spécialement belle (bien qu'il soit possible de changer l'image de fond), et son organisation générale tient plus de l'explorateur de Windows que du classique mediacenter. En haut de l'écran, on retrouvera une barre d'adresse (l'idée n'est pas foncièrement mauvaise). Cette dernière est surplombée par une liste de lecteurs (HDD, USB, réseau). La partie principale est divisée en deux panneaux. Sur la partie gauche, on trouve une liste de commandes alors qu'à droite, l'appareil affiche la liste des fichiers et dossiers. La taille des éléments graphiques (caractères et icônes) n'est pas spécialement optimisée. Au final, il arrive souvent que l'on patauge dans la semoule pour passer d'une rubrique à l'autre (partie haute, gauche ou droite de l'écran). Par exemple, lorsque le curseur est positionné sur une rubrique du menu de gauche, il est impossible de basculer sur le panneau de droite (liste des dossiers) en cliquant sur la flèche droite de la télécommande (voir photo)... étrange.

012C000001867080-photo-wireless-cinebox-ultra-001.jpg
012C000001867100-photo-wireless-cinebox-ultra-011.jpg

Cette organisation générale tient plus de l'explorateur de Windows que du classique mediacenter.


Télécommande :

La télécommande semble robuste, mais les touches sont un peu dures à actionner. D'autre part, leur organisation ne sera pas toujours des plus judicieuses. Par exemple, on aurait apprécié que le bouton « retour » soit situé à proximité de la croix directionnelle. La présence d'une touche permettant de revenir au menu principal aurait aussi été la bienvenue. Autre reproche, les touches d'accès instantané (« photo », « vidéo », « musique », etc.) sont pratiques, mais malheureusement, elles vous redirigeront parfois à la racine du disque (et non dans le répertoire correspondant).

0226000001892800-photo-dsc-0771-border.jpg

La télécommande semble robuste, mais les touches sont un peu dures à actionner.


Partie vidéo


Qualité visuelle et sonore et compatibilité :

Avant de commencer, précisions que tous nos tests ont du être effectués en analogique HD (Yuv). Dans un premier temps, nous avons raccordé le boitier en HDMI avec un adaptateur DVI/HDMI. Dans ce cas, la lecture était perturbée par des micro saccades fréquentes et ininterrompues. Pour finir, nous avons pu constater une série d'autres défauts plus ou moins gênants : lancement de fichiers non sollicité (!), impossibilité de se rendre directement sur les scènes d'action (bugs des fonctions avance rapide et « GOTO ») ... Nous nous attendions à mieux.

012C000001867216-photo-dsc-0324-border.jpg
012C000001867218-photo-dsc-0323-border.jpg

La qualité visuelle est au rendez-vous. Malheureusement, quelques bugs entachent l'expérience.


Concernant la qualité cette fois, avec la majorité des fichiers de test, l'appareil s'est montré à la hauteur. Certains formats de fichiers ne sont pas supportés (.MOV) mais heureusement, ils restent trop rarement utilisés pour que cela constitue une réelle gêne. Avec les MKV, on pourra simplement signaler que l'appareil n'est pas totalement à l'aise avec les gros taux d'échantillonnages. Par exemple, il arrive qu'en 1080p (séquence à 10,2 Mbps), quelques légères saccades viennent perturber les passages dynamiques. Parlons enfin des fichiers basse définition. Malheureusement, l'upscaling ne semble pas avoir bénéficié d'une attention toute particulière. Si vous comptez utiliser cet appareil pour visionner des Divx classiques (SD), assurez-vous d'être muni d'un téléviseur produisant un upscaling optimisé.

Contrôles lors de la lecture :

Avec l'aide de la télécommande, vous pourrez naviguer dans les séquences vidéo de différentes manières. Il est possible d'effectuer une avance rapide classique (2x, 4x, 8x, 16x, 32x) dont l'efficacité pourra varier en fonction du format d'encodage du fichier vidéo. Pour éviter de participer à des séances de rembobinage gratuites, vous pourrez utiliser la touche « GOTO » (aller à). Dans ce cas, il suffit d'indiquer un temps pour s'y rendre instantanément. Malheureusement, cette fonction semble souffrir d'un certain nombre de défauts. Parfois, l'appareil saute un de vos ordres et décale tous les autres. Pire encore, dans certains cas (avec certains types de fichiers), la commande n'est pas prise en compte.

012C000001867088-photo-wireless-cinebox-ultra-005.jpg
012C000001867082-photo-wireless-cinebox-ultra-002.jpg

Fonction GOTO problématique, soucis lors des retours et avance rapide...


Des problèmes ?

Sans parler de qualité de lecture, on dénombre un certain nombre de problèmes particulièrement agaçants. Tout d'abord, comme nous l'avons souligné, la fonction qui permet d'atteindre directement un temps donné du film (GOTO) se montre inopérante avec certains formats de fichier ! Dans d'autres cas, elle fonctionne, mais pose des problèmes (renvoi vers un temps qui n'a pas été demandé, non prise en compte de l'ordre, etc.).

Lecture des rips :

Les séquences DVD au format VOB sont bien lues. En revanche, l'application n'est pas compatible avec les rips de HD DVD. On note également la possibilité de lire les fichiers ISO (image disque) et IFO (Structure DVD). C'est ce que Cibox appelle la fonction « Juke Box » DVD. Dans ce cas, le disque virtuel pourra être lu comme s'il s'agissait d'un disque physique.

012C000001867090-photo-wireless-cinebox-ultra-006.jpg
012C000001867092-photo-wireless-cinebox-ultra-007.jpg

Prise en charge des fichiers IFO et ISO : l'appareil se transforme en lecteur DVD virtuel.


Prise en charge des sous-titres :

Cibox annonce que son boiter est capable de prendre en charge les formats de sous-titres suivants : SMI SUB SRT SAA TXT. Lors de notre test, nous avons pu vérifier que cette fonctionnalité était bel et bien de la partie. L'appareil affiche les sous-titres intégrés aux fichiers vidéo (dans le .AVI ou .DIVX), ou séparés (fichier à part portant le même nom que la vidéo). Par défaut, la taille est parfaite et les caractères blancs entourés de noir ressortent parfaitement (quel que soit le fond).


01867094-photo-wireless-cinebox-ultra-008.jpg
L'appareil prend parfaitement les sous-titres en charge (qu'ils soient intégrés au fichier vidéo, ou distribués séparément).


Partie audio


Les listes de lecture :

Les listes de lecture au format .M3U sont prises en charge. Indépendamment de cela, il est aussi possible de gérer une liste de lecture en utilisant l'option « Jukebox » du boitier multimédia.

012C000001867098-photo-wireless-cinebox-ultra-010.jpg
012C000001867096-photo-wireless-cinebox-ultra-009.jpg

En plus du support des Playlist M3U, il est possible de gérer des sélections manuelles.


Les radios Web ?

Sauf erreur de notre part, les radios Web ne sont pas supportées.

Partie photo


Navigation

Le module de navigation reprend le même principe que celui de la partie vidéo. Les photos pourront être atteintes depuis un explorateur de fichier dépourvu de vignettes de prévisualisation.

Diaporama et transitions :

Aucun effet de transition n'a été prévu. Pire encore, l'appareil ne précharge pas la photo suivante pendant que vous admirez un cliché. En clair, l'apparition d'une photo est systématiquement précédée d'un écran noir de chargement (accompagné de son sablier fatidique). Nous nous serions bien passés de ces coupures intempestives.

012C000001867102-photo-wireless-cinebox-ultra-012.jpg
012C000001867104-photo-wireless-cinebox-ultra-013.jpg

L'appareil ne précharge pas les photos ! Un comble.


Capacités réseau, sécurité et fonctionnalité annexes



Un protocole réseau verrouillé :

La compatibilité avec tous les dispositifs réseaux est particulièrement importante. Elle permet de ne pas être limité à un OS en particulier et offre une souplesse bienvenue. Pour que cette condition soit remplie, il est impératif qu'au minimum, le boitier prenne en charge le protocole Samba . Malheureusement, le dispositif de Cibox fait l'impasse sur ce standard. Pour pouvoir envoyer des fichiers depuis un ordinateur, il faudra impérativement installer un utilitaire propriétaire sur la machine hôte. Non seulement ce programme est uniquement disponible sous Windows, mais en plus, il ne s'intègre pas dans le gestionnaire réseau du système de Microsoft. Pour lancer des transferts, vous devrez monter manuellement le disque, avec tous les inconvénients que cela comporte. Heureusement, une nouvelle version de firmware apporte une fonctionnalité qui pallie en partie ce manque. En effet, il est désormais possible de réaliser des transferts en FTP.

Le bal des messages d'erreur :

Comme nous l'avons dit, cette couche réseau coupe court à toutes possibilités d'interopérabilité. Comme si cela ne suffisait pas, cette dernière ne semble pas briller par sa stabilité. Notre test a été ponctué d'une série de messages d'erreurs, blocages, temps d'attente et autres joyeusetés du genre.

00C8000001867060-photo-cinebox-erreur-2.jpg
00C8000001867054-photo-cinebox-daemon-sdfsdfdf.jpg
00C8000001867058-photo-cinebox-erreur.jpg

La couche réseau propriétaire n'est pas un modèle de stabilité.


Un sorte de Daemon Tools ? :

Après avoir installé l'utilitaire réseau, vous devrez « monter » le disque pour pouvoir accéder à l'intégralité de son contenu. En bref, le programme qui gère la couche réseau se présente sous la forme d'une sorte de DAEMON Tools Lite. Une fois monté, le disque apparait dans le poste de travail comme s'il s'agissait d'un disque dur externe USB. Le gestionnaire de réseau de Windows n'est absolument pas mis à profit.

00C8000001867056-photo-cinebox-daemon-tools.jpg
00C8000001867066-photo-cinebox-patientez.jpg
00C8000001867064-photo-cinebox-montage.jpg

On se passerait volontiers de ces temps d'attente et autres manipulations.


Ou sont passées les fonctionnalités ?

La concurrence propose généralement des fonctions étendues (options de téléchargement, compatibilité avec YouTube et Picasa, prise en charge des Shoutcasts, etc.). Avec le Wireless Cinebox Premium, vous n'aurez droit à aucune de ces fonctionnalités. Avec cet appareil, il faudra se contenter du strict minimum.

Conclusion



Le Wireless Cinebox Premium avait tout pour plaire. Sa finition exemplaire et ses possibilités de connectiques exhaustives laissaient augurer le meilleur. Les qualités sont bel et bien présentes, mais les personnes qui souhaitent pousser les possibilités réseau dans leurs derniers retranchements devront passer leur chemin. Les transferts sont assurés par une couche réseau propriétaire particulièrement limitée en termes de compatibilité et de possibilités. Comme si cela ne suffisait pas, sa stabilité ne semble pas être exemplaire (voir chapitre intitulé « Capacités réseau » pour obtenir de plus amples informations). Fort heureusement, une nouvelle version de firmware apporte une fonctionnalité qui pallie en partie ce manque. En effet, il est désormais possible de réaliser des transferts en FTP. On pourra également parler de l'écran LCD en façade, mais ce dernier ne permet pas de creuser réellement l'écart avec une concurrence plutôt féroce. En effet, ce dispositif tient plus du gadget qu'on utilisera uniquement les jours de panne sèche de télécommande (un disque dur multimédia Sideshow ?).

Concertant la lecture à proprement parler, nous n'avons pas constaté de problèmes particuliers, visiblement, du chemin a été fait depuis le firmware officiel qui était à notre disposition lors de la première publication de l'article. De plus, contrairement au Wireless Cinebox Ultra, le port HDMI est bien présent. On n'aura donc pas à redouter d'éventuels problèmes de compatibilité. Au final, même si de gros efforts ont été consentis par le constructeur pour améliorer la compatibilité vidéo et pour implémenter le protocole FTP, on préfèrera toujours disposer d'une couche réseau de type samba (compatible Windows, Mac OS et Linux sans programme additionnel).



Wireless Cinebox Premium

6

Les plus

  • Finition extérieure / Qualité du boitier
  • Qualité de lecture / Prise en charge du FTP!

Les moins

  • Upscaling /Interface peu pratique
  • Peu de fonctionnalités annexes
  • Couche réseau propriétaire

0

Lecture A./ V.7

Solidité/finition5

Interface4

Capacités réseau6








Galerie photo




012C000001892806-photo-dsc-0786-border.jpg
012C000001892804-photo-dsc-0783-border.jpg


012C000001892802-photo-dsc-0775-border.jpg
012C000001892800-photo-dsc-0771-border.jpg


012C000001892798-photo-dsc-0769-border.jpg
012C000001892794-photo-dsc-0764-border.jpg
Modifié le 19/05/2021 à 13h24
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Piratage raté d'un collégien qui voulait changer ses notes
Livres numériques : vers un accord entre la France et Google
Le PS lance sa plateforme communautaire
Acer adopte à son tour Pine Trail sur l'Aspire One 532h
Dix captures pour illustrer  Aliens Vs. Predator
VMware confirme  le rachat de Zimbra à Yahoo!
Elevation Partners, propriétaire d'un tiers de Palm, débauche chez Apple
L'ouverture de la bêta  Star Trek Online  illustrée
Le triple play à 20 E/mois peu populaire selon Iliad
Microsoft Office retiré de la vente aux États-Unis
Haut de page