Revue de Web : de Mad Max à Chatroulette

Par
Le 22 août 2015
 0


Vous pensiez Chatroulette tombé en désuétude ? Pas faux. Le service et ses rencontres webcam aléatoires procure toutefois toujours de belles surprises, à l'image de celle concoctée par les petits gars de Realm PIctures : rien de moins qu'un FPS IRL avec morts-vivants, pied de biche et coups de théâtre. Après avoir pressé Start, attention à ne pas vous retrouver à court de balles.

L'équipe livre ici son level 1 et laisse entendre qu'elle pourrait se lancer dans de nouveaux niveaux à l'avenir. Elle aurait tort de se priver !


Plus bucolique, la balade suivante nous emmène à Los Angeles, pour une compilation des timelapses et hyperlapses réalisés par Vadim Tereshchenko dans la Cité des Anges. Le montage accorde une importante toute particulière à la lumière, au gré d'une succession d'aubes et de crépuscules.


Mad Max Fury Road recréé... avec des karts ? L'équipe de Devin Graham sévit une nouvelle fois avec ce projet à la réalisation somptueuse. Son court-métrage reprend l'une des course-poursuites du long métrage de George Miller avec cascades, image ultra-léchée et acteurs convaincants... bref, un hommage des plus fidèles, si l'on ne ressentait pas comme un problème de proportions : les protagonistes pilotent en effet des karts déguisés, quand le porte-guerre se révèle un simple pick-up.


Vous reprendrez bien un peu de démo ! La réalisation ci-dessous illustre les capacités du moteur de rendu Unreal Engine 4 en DirectX 12, avec une scène inspirée de l'environnement Metroid. De quoi donner des idées à Nintendo pour un éventuel nouveau volet de la série ?


Une once de cinéma pour finir. Les zombies n'ont jamais autant été à la mode, et Halloween se révèle la période rêvée pour surfer sur le phénomène, ce qu'a bien compris le studio Paramount. Pour l'occasion, il sortira donc dans les salles obscures Scouts Guide to the Zombie Apocalypse, qui se présente comme un joyeux délire à base de morts-vivants, d'hémoglobine et d'un soupçon de jeunes filles dévêtues. Un cocktail pas franchement inédit, mais qui fonctionne toujours bien ? Cerise sur le gâteau, la présence au générique d'un certain Patrick Schwarzenegger (oui, c'est bien son fils).

Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Revue du web

scroll top