Live Japon : les dessous pas chics d’Akihabara

Par
Le 22 novembre 2015
 0
Le gouvernement japonais est content: le nombre de touristes au Japon augmente d'une façon fulgurante ces dernières années: 13 millions l'an passé, probablement autour de 19 millions en 2015. Et parmi les lieux d'attraction dont se félicitent les autorités, figure le quartier d'Akihabara.

Hier royaume de l'électronique puis de l'informatique, cette partie de Tokyo est désormais aussi le repaire de la jeunesse fanatique de jeux vidéo, animations, figurines et jeunes idoles (AKB48 notamment). Cette peuplade n'est pas que nippone, elle est aussi originaire des autres pays d'Asie et d'Occident, France en tête.

08252922-photo-live-japon-22-11-2015.jpg

A Akihabara, le surnommé « otaku », celui dont on dit qu'il passe ses journées devant son écran de PC, a de quoi rendre réellement confortable sa vie de reclus des mondes virtuels: toute la panoplie de gadgets à brancher sur prise USB de l'ordinateur est là pour quelques milliers de yens (dizaines d'euros).

08252926-photo-live-japon-22-11-2015.jpg

Mais si les Japonais peuvent se congratuler de l'attrait que suscite leur culture populaire hors des frontières, il n'y a pas nécessairement à être très fier de ce qu'on voit à Akihabara. L'auteur de ces lignes va peut-être se faire quelques ennemis parmi les lecteurs, mais les jeux vidéo et anime que l'on trouve à Akihabara ne sont pas tous des plus recommandables, il en est même pas mal qui, en France, se verraient à juste titre accoler le qualificatif de « pédopornographiques » et seraient de ce fait prohibés.

08252924-photo-live-japon-22-11-2015.jpg

Au Japon, la possession et la diffusion de photos pornographiques de mineurs sont certes interdites, mais cela n'empêche nullement de publier des photos de lycéennes en maillot de bain dans des poses suggestives. Quant aux dessins, animations ou images de synthèse présentant des enfants (souvent des fillettes) dans des postures sexuelles, ils ne tombent pas sous le coup de la loi. Si bien que d'aucuns s'en donnent à coeur joie, particulièrement à Akihabara.

08252928-photo-live-japon-22-11-2015.jpg

Cette tolérance est dénoncée par des organismes internationaux dont l'ONU. Une des représentantes de cette instance s'est récemment exprimée pour que soient bannis les dessins les plus crus. Las, elle a commis parallèlement l'erreur de citer des chiffres non vérifiés sur les pratiques sexuelles des lycéennes japonaises, ce qui lui a valu des remontrances du gouvernement nippon.

Les ministres, à commencer par le Premier d'entre eux, Shinzo Abe, seraient quand même bien inspirés d'aller faire une petite virée à Akihabara, dans quelques sous-sols de magasins de DVD et jeux vidéos, et peut-être seraient-ils alors moins enclins à vanter les atouts culturels d'un quartier dont les dessous ne sont pas si chics.

08252930-photo-live-japon-22-11-2015.jpg

Un ami français qui venait pour la première fois cette semaine à Akihabra était pour le moins surpris qu'on y laisse traîner dans la rue autant d'affiches dessinées de demoiselles à qui, en dépit de leurs seins cyclopéens (caractéristique première du genre), personne ne donnerait plus de 12 ans (même si ceux qui défendent ce genre d'iconographie vous affirmeront mordicus le contraire).

08252932-photo-live-japon-22-11-2015.jpg

Que les autorités japonaises aient l'envie de promouvoir la « pop culture » locale est certes légitime, mais il y a de quoi s'interroger sur le degré de connaissance qu'en ont les fonctionnaires à qui l'on confie cette mission. En faisant la promotion d'Akihabara tel qu'il est devenu, le Japon pourra certes s'attirer les faveurs de millions de « geeks » à travers le monde, mais il mérite mieux. En tant que femme, je me sens vite mal à l'aise à Akihabara quand je croise ces minettes en mini jupes sur les trottoirs avec leurs oreilles de chaton en train de rabattre les clients pour les « maido cafe » ou les salons de massages.

08252934-photo-live-japon-22-11-2015.jpg

Dommage qu'Akihabara en vienne de plus en plus à ressembler à un quartier pour jeunes hommes immatures alors qu'il aurait pu mériter une promotion bien plus large pour ses boutiques de matériel audiovisuel et électronique neuf ou d'occasion dont la diversité n'existe peut-être nulle part ailleurs.

08252936-photo-live-japon-22-11-2015.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Live Japon

scroll top