Économie d'énergie : comment votre opérateur veut faire baisser la tension

06 octobre 2022 à 18h05
32
conso énergie
© Shutterstock

Les opérateurs mobiles et autres fournisseurs d'accès à internet (FAI) mettent en place des mesures variées, comme le détaille notamment MacGeneration, afin de favoriser la baisse de la consommation d'énergie.

Des gestes simples qui permettent aussi de réduire la facture.

Des efforts faits sur site

Ce n'est plus un secret pour personne, les bons réflexes concernant une sobriété énergétique accrue vont être d'autant plus nécessaires cette année. Et parmi les acteurs clefs pouvant agir à grande échelle, les FAI et les opérateurs ont dévoilé plusieurs plans d'action, sachant que selon l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME), « un quart des consommations électriques des équipements informatiques pourraient être évités ».

L'extinction des façades des boutiques de Bouygues Telecom, d'Orange et de SFR est d'ores et déjà actée. Les acteurs des télécoms français prévoient aussi de limiter la température de leurs locaux à 19° et d'optimiser la climatisation de leurs centres de données. SFR envisage également d'installer davantage de panneaux solaires sur ses sites. Plus encore, il s'agit d'éviter de faire fonctionner à plein régime les équipements réseau mobiles la nuit. Une telle action est officialisée chez Bouygues Telecom, avec un mode économique nocturne annoncé comme invisible pour les clientes et clients de ses services. Free va plus loin en fermant certaines fréquences 3G et 4G (2100MHz) de minuit à 5 h du matin, avec réactivation seulement en cas de pic de trafic.

Ces entreprises cherchent également à sensibiliser davantage leurs salariés aux pratiques éco-responsables. Elles seront ainsi à appliquer aussi bien sur le lieu de travail, qu'à domicile. Avec des gestes également recommandés pour leurs clientes et clients.

Box et décodeurs éteints, telle est l'une des parades au quotidien

SFR planche notamment sur la veille profonde de ses décodeurs TV lorsqu'ils ne sont pas utilisés. Lancée en novembre prochain, cette mesure doit permettre de réduire de 90 % leur consommation d'énergie. Il en est de même pour les box internet. Selon l'ADEME, en 2015, l'ensemble des box européennes ont consommé 21 TWh. Ainsi, choisir sa box internet en fonction de sa consommation n'a rien de superflu.

Et pour cause, toujours selon l'ADEME, mettre sa box internet en veille permettrait de réduire son appétit en électricité de 25 à 30 % en moyenne. Orange prône par exemple la mise en veille profonde de sa Livebox 6 lorsqu'elle est inutilisée, économisant ainsi 95 % de sa consommation standard. En conclusion, Orange prévoit de réduire sa consommation globale d'énergie de 5 à 10 % instantanément aux heures de pic ; ses installations fixes passent alors en mode batterie, avec, à la clef, jusqu'à 20 mWh sauvés.

Bouygues Telecom vise, de son côté, une réduction globale de 10 % de sa consommation énergétique. Dans tous les cas, FAI et opérateurs ont prévu des communications régulières par mail et SMS afin de mieux sensibiliser leurs clientes et clients.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
32
21
Bezenman78
Hum… « FAI et opérateurs ont prévu des communications régulières par mail et SMS… » ceci afin de demander à leurs clients de raisonner leur consommation de SMS et de mails ?
xryl
Orange prône par exemple la mise en veille profonde de sa Livebox 6 lorsqu’elle est inutilisée, économisant ainsi 95 % de sa consommation standard […] ses installations fixes passent alors en mode batterie, avec, à la clef, jusqu’à 20 MW/h sauvés<br /> P’tain, économiser 20MW c’est sur, on est sauvé.
max_971
On aura donc une réduction sur le prix de l’abonnement ?
Nmut
Comme d’habitude, réaction épidermique! <br /> Les SMS c’est pour PREVENIR que le lendemain ou 2 jours plus tard, il y a un pic prévu sur X heures, donc il faudra y aller mollo à ce moment là…
Kergariou
Au début…
toast
« En conclusion, Orange prévoit de réduire sa consommation globale d’énergie de 5 à 10 % instantanément aux heures de pic ; ses installations fixes passent alors en mode batterie, avec, à la clef, jusqu’à 20 MW/h sauvés. »<br /> 20MW/h, ça n’a pas vraiment de sens.<br /> C’est soit 20MW, soit 20MWh.<br /> Je pense que les français vont d’abord devoir comprendre ce qu’est de l’énergie avant de vouloir l’économiser
kroman
Quelqu’un sait comment bloquer les màj firmware de Bouygues? Ma box doit rester en marche !
Bestdoud
Super lorsque tu as de la domotique pour le chauffage et le reste. Si plus d’internet on arrive plus rien à faire
Bondamanmanw
Attention en cas mise en panne d’appareils par défaut de tension l’opérateur est responsable.<br /> La puissance souscrite doit être maintenue, c’est ni plus ni moins qu’une rupture du contrat.<br /> je paie pour du 9KVA au lieu anciennement du 6KVA trop faible, au moindre appareil bousillé la réclamation sera faite illico !
Stellvia
waouhhh couper le wifi ou la 4G la nuit, super utile, suuuuuuuper utile. Le problème c’est le pic de demande en fin d’après midi, certainement pas la nuit. On s’en fou de la nuit c’est pas le problème, l’elec est déjà produite de toute façon, et a perte, on s’en fou complétement de baisser la conso la nuit ca change rien du totu au problème. C’est n’importe quoi, du pure bullshit, et je suis certain que beaucoup y crois.
kellog89
Iles FAIs pourraient déjà remplacer les vieilles box par de nouveaux modèles (si ils consomment moins).<br /> Sosh m’a livré une Box ET un boîtier Fibre, soit 2 boitiers, 2 alims et probablement une consommation globale plus élévée qu’une Box avec arrivée fibre intégrée.<br /> Ceci dit, la conso est négligeable (100 fois moins) par rapport à une bouilloire, une plaque de cuisson, un four…qu’on n’utilise pas 24h/24, d’accord!<br /> Mais 15 mn d’un de ces éléments consomme autant qu’une box sur 24h
dFxed
Effectivement, cela ne semble pas répondre au problème du pic de consommation.<br /> Et pourtant, ça y répond en partie, car les pics sont lissés par des productions d’énergie accumulables, type hydraulique, qui utilisent de l’énergie la nuit, pour la restituer lors des pics.<br /> Mais ça répond aussi et surtout à une problématique plus court terme, concernant le déficit global de production disponible, et de rationalisation du gaz, pour en gérer le stock au fil de l’hiver.<br /> Dans tous les cas, un effort vers de la sobriété, ce n’est jamais perdu.
sylvio50
5 radiateurs de 2kW allumés à 1/8 de leur puissance pendant 8h par jour et 1/16 pendant le restant de la journée nous donnent :<br /> Energie journalière = 5 x (1/8) x 2000 W x 8 h + 5 x (1/16) x 2000 W x 16 h = 20 kWh par jour<br /> 15 appareils en veilles allumés 24h/24 nous donnent :<br /> Energie journalière = 15 x 2 W x 24 h = 0,72 kWh par jour<br /> Ratio = 0,72/20 = 3,6%<br /> Ca ne change presque rien sur la consommation globale d’un logement d’avoir des appareils éteint ou en veille durant un hiver. L’été, ça peut avoir un impact en revanche.
Palou
Bondamanmanw:<br /> La puissance souscrite doit être maintenue<br /> Elle sera maintenue, ils enverront du 220v au lieu de 230v, ce sera indolore<br /> Et puis pour les box, il existe bien le Wake on Lan, non ?
MattS32
Stellvia:<br /> On s’en fou de la nuit c’est pas le problème, l’elec est déjà produite de toute façon, et a perte, on s’en fou complétement de baisser la conso la nuit ca change rien du totu au problème. C’est n’importe quoi, du pure bullshit, et je suis certain que beaucoup y crois.<br /> Non.<br /> Parce qu’il y a bien DEUX raisons de réduire notre consommation d’énergie. À court terme, il y a effectivement les difficultés à passer les pics de consommation, et là faire des économies la nuit ne joue pas directement.<br /> Mais à moyen et long terme, il y a aussi la réduction de notre empreinte environnementale, et là toutes les économies sont bonnes à prendre, quelque soit l’heure.<br /> Et non, l’électricité n’est pas « produite de toute façon, et a perte ». D’abord, parce que si la consommation nocturne baisse durablement, les producteurs d’électricité adapterons leurs programmes de production nocturne pour produire moins la nuit.<br /> Ensuite parce que l’électricité produite n’est JAMAIS perdue. Toute l’électricité produite doit impérativement être consommée. S’il n’y a pas assez de demande de la part des clients, les opérateurs d’électricité ont donc des solutions pour compenser, en stockant l’excédent.<br /> Pour ça en France on a par exemple une demi douzaine de STEP, des centrales hydrauliques qui au lieu d’avoir une seule réserve d’eau en amont de la centrale en ont deux, une en amont, une en aval, et elles sont dotées de turbines réversibles, qui peuvent aussi servir de pompe. Ainsi, en heures creuse, ces centrales consomment l’excédent d’électricité pour pomper l’eau de la réserve aval vers la réserve amont, la convertissant ainsi en énergie potentielle, qui pourra être reconvertie en électricité en turbinant de l’aval vers amont en heures pleines. La puissance absorbable est de l’ordre de 4 GW, soit l’équivalent de 3-4 réacteurs nucléaires, et la quantité d’énergie stockable, en comptant toutes les pertes (donc ce qu’elles peuvent restituer en turbinant toute l’eau de la cote maximale à la cote minimale de la retenue amont) et de l’ordre de 100 GWh, avec une puissance maximale de l’ordre de 5 GW (soit tout de même de l’ordre de 5% de la puissance consommée en France lors des plus gros pics hivernaux).<br /> Et du coup, même si les économies nocturnes ne contribuent pas directement à faciliter le passage des pics de consommation, elles y contribuent indirectement, en facilitant la reconstitution de ces stocks.<br /> Tu peux voir les périodes de pompage sur le site de RTE : https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere<br /> Par exemple, aujourd’hui, on a utilisé le pompage entre minuit et 6h du matin, avec une puissance maximale de l’ordre de 3.2 GW, et on a stocké ainsi plus de 10 GWh.<br /> 2022-10-06 23_27_33-CompatWindow1455×679 95.9 KB<br />
Belgarath
De toute façon, moi, je coupe systématiquement ma box et mon décodeur quand je vais me coucher. Ce n’est pas pour économiser l’énergie, je n’en ai rien à foutre, c’est uniquement une question de pognon, faire des économies sur ma facture.
Bombing_Basta
Toujours au top
Nmut
Alors, si ça change quelque chose. Il va manquer, suivant les scenarios du pire, entre 3% et 10%. Alors économiser 3%, c’est 1/3 des économies qu’il faudra faire pour éviter les gros problèmes (délestages volontaires ou pire, un black out). C’est très loin d’être négligeable.<br /> Et de toute façon, la seule bonne énergie, c’est celle qui n’est pas consommée!
merotic
La plupart des français font déjà des économies. e qu’on leur demande (~10%) est quasiment inatteignable sauf pour ceux qui se chauffent à l’électricité qui devront sacrifier un radiateur ou 2…
xryl
WTF? Quelque soit la tension fournie, la puissance reste la même, lorsque la tension baisse, le courant monte pour compenser. Même si Enedis te fournissait 219V (limite minimale légale = 95% de 230V), le courant de ton installation monterait de 5% pour compenser.<br /> Ce qui peut être un problème avec le Linky qui mesure le courant soutiré pour le comparer à un seuil absolu (typiquement, il coupera à exactement 40A si c’est ce que tu as souscrit). Donc si Enedis baisse la tension au minimum de ce qu’il peut, théoriquement, ton installation limite (c’est à dire une installation qui tirerait 39A à 230V (soit &lt; 9kVA) va disjoncter), même si tu n’atteins pas la puissance maximale soutirable souscrite à 9kVA.<br /> Car, à 218V, pour 9kVA soutiré, il faut 41A ce qui est supérieur à la limite de coupure de ton Linky.<br /> Bref, c’est encore limite limite comme comportement, car c’est au particulier de prouver que le problème provient de Enedis et/ou du Linky alors que c’est clairement un bête problème de physique de base. Et vu que le particulier n’est pas équipé pour, vlà comment on t’entube.
MattS32
xryl:<br /> Quelque soit la tension fournie, la puissance reste la même, lorsque la tension baisse, le courant monte pour compenser.<br /> Non, pas nécessairement, ça dépend des appareils. Typiquement, pour tout ce qui est résistif, comme l’intensité est directement proportionnelle à la tension (I = U/R), diminuer la tension va diminuer la puissance.<br /> Or justement sur le réseau électrique il y a beaucoup d’appareils résistifs réclamant une grande puissance pendant les heures de pointes : appareils de cuisine (four, plaques électriques classiques, bouilloires, grille pain), radiateurs électriques… C’est aussi le cas pour les ampoules à incandescence, classiques ou halogènes.<br /> Pour tous ces appareils, diminuer la tension de 5% diminuera la puissance appelée de 5%.<br /> C’est aussi le cas pour certains chargeurs dont l’électronique de contrôle limite l’intensité appelée. C’est notamment le cas pour les voitures électriques lorsqu’elles sont branchées sur une prise domestique : le chargeur limite à 10, 14 ou 16A selon les modèles de chargeur et de prise. Si la tension diminue, la puissance absorbée diminuera proportionnellement, et la charge sera un poil plus longue.<br /> Et la baisse de la tension de 5% fait bien partie des mesures envisagées par RTE pour limiter le risque de coupure lors des pics de consommation : Pour éviter les coupures d’électricité, RTE mise sur « Ecowatt » pour inciter à réduire la consommation | Public Senat<br /> Sinon, la limite basse dans les normes NF, c’est 207V, pas 219V, soit 10% de marge.<br /> Et la limite du disjoncteur abonné prend en compte ces variations pour que tu puisses toujours avoir les kVA souscrit, même quand la tension est à la limite basse. Par exemple, si tu es en 9 kVA, ton disjoncteur abonné coupe à 45A et non pas à 40A. Ce qui correspond en fait à 9.3 kVA à 207V et 11.4 kVA à 253V. Dans toute la plage de la norme NF, ton disjoncteur abonné ne coupera donc pas alors que tu es en-dessous de 9 kVA.<br /> 499×514 18.1 KB<br /> Sur Linky, c’est un peu différent, il y a en plus une possibilité de coupure par le compteur, et Linky mesure la valeur réelle en kVA et coupe en fonction du dépassement de cette valeur (c’est pour ça que des gens se retrouvent à devoir passer à la puissance supérieure avec Linky, c’est parce qu’en fait ils dépassaient un peu la puissance qu’ils avaient, mais pas assez pour que ça disjoncte). Donc si la tension chute, il laissera passer une intensité plus élevée, et inversement.
xryl
MattS32:<br /> Or justement sur le réseau électrique il y a beaucoup d’appareils résistifs réclamant une grande puissance pendant les heures de pointes : appareils de cuisine (four, plaques électriques classiques, bouilloires, grille pain), radiateurs électriques… C’est aussi le cas pour les ampoules à incandescence, classiques ou halogènes.<br /> Peut être sur des appareils de 1970. Mais sur la majorité des appareils récents, il y a un contrôle de la puissance intégré, même si l’impédance est majoritairement résistive.<br /> Pour prendre ton exemple, le four est régulé en température, et, jusqu’à preuve du contraire, il faut la même énergie pour atteindre 220°C. Donc soit il chauffe plus longtemps à puissance plus faible, soit il augmente son courant via la commande par triac (et en général, les fours récent, c’est le cas, on ne peut pas atteindre une température de 50°C stable en mode PWM sur un four).<br /> Les plaques électriques, c’est pareil, c’est l’humain le régulateur (il va simplement augmenter, passer de 1 à 2 si ça met trop longtemps à faire chauffer l’eau des pâtes.<br /> La bouilloire, oui, c’est souvent débile comme système de contrôle, mais du coup, elle va fonctionner plus longtemps, ce qui, statistiquement, fera que plus de bouilloire seront en fonctionnement au même moment, et donc aucun intérêt.<br /> Le grille pain, c’est un timer pour les modèles de base, mais si le pain sort et qu’il est pas grillé, l’humain va pousser le timer, donc rebelote.<br /> Bref, le problème c’est pas la puissance, c’est l’énergie requise qui est la même pour fournir le même travail. Et si tu baisses la tension, soit tu augmentes le courant (et le temps reste le même qu’avant), soit tu tires plus longtemps, ce qui, statistiquement sur plusieurs foyers, reste le même problème: tu tires trop sur le réseau.<br /> MattS32:<br /> Pour tous ces appareils, diminuer la tension de 5% diminuera la puissance appelée de 5%.<br /> En fait, c’est plus que ça, vu que P = V²/R, mais ici, ce n’est pas la puissance, c’est l’énergie qui compte, il faut pas mélanger. Ce que je dis par contre, ce que:<br /> Il n’y a aucun raison que l’énergie requise chute. Donc une baisse de tension, c’est une augmentation de courant pour la plupart des appareils récents à contrôle de puissance.<br /> Ou, c’est une augmentation de la durée de soutirage, ce qui, encore une fois, et une aberration du côté du réseau. Il vaut mieux que 10 personnes tirent 3000W sur ta bouilloire pendant 1mn, car il y a de forte chance qu’elles le fassent pas en même temps, ce qui ne demande que 3000W de production, que 1000W pendant 4mn (et là c’est tous en même temps, ce qui demande 10kW de production).<br /> Le fait que la protection de coupure soit basée sur une valeur fixe de courant signifie que cette valeur dépend donc de la tension du réseau à puissance équivalente. Et ça c’est problématique.<br />
MattS32
xryl:<br /> Bref, le problème c’est pas la puissance, c’est l’énergie requise qui est la même pour fournir le même travail. Et si tu baisses la tension, soit tu augmentes le courant (et le temps reste le même qu’avant), soit tu tires plus longtemps, ce qui, statistiquement sur plusieurs foyers, reste le même problème: tu tires trop sur le réseau.<br /> Oui effectivement, je n’avais pas pensé dans le cas des appareils de cuisine que réduire la puissance augmentait du coup la durée, et que en moyenne du coup sur l’ensemble du parc ça doit rien changer.<br /> Mais le fait est que la baisse de tension est bien envisagée par RTE comme mesure pour réduire le risque de coupures lors du pic, donc c’est que ça doit quand même avoir un impact significatif.<br /> xryl:<br /> Le fait que la protection de coupure soit basée sur une valeur fixe de courant signifie que cette valeur dépend donc de la tension du réseau à puissance équivalente. Et ça c’est problématique.<br /> La valeur fixe de courant, c’est sur le disjoncteur abonné, et il y a une marge suffisante pour permettre de tirer la puissance souscrite même quand la tension est à -10% (et sur les installations avec Linky il est généralement mis au calibre maxi, indépendamment de la puissance souscrite, pour pas avoir à envoyer un agent quand le client demande une augmentation de la puissance).<br /> Sur Linky, le seuil de coupure est une valeur fixe de puissance appelée.<br /> PXL_20221007_090145326500×560 39.3 KB<br />
xryl
MattS32:<br /> Donc si la tension chute, il laissera passer une intensité plus élevée, et inversement.<br /> Oui, c’est exact, et je suis d’accord avec toi pour les seuils. L’objectif de ma réponse n’était pas de débattre des valeurs numériques, mais de montrer l’implication ce que tu dis avec des valeurs concrètes et un seuil fixe.
xryl
MattS32:<br /> La valeur fixe de courant, c’est sur le disjoncteur abonné, et il y a une marge suffisante pour permettre de tirer la puissance souscrite même quand la tension est à -10%<br /> Sur le Linky, ils ont appris de leurs erreurs, et c’est bien (sauf à propos des mesures farfelues, mais c’est un autre problème). Sur mon ancien compteur, le disjoncteur principal juste après le compteur était à 40A, pas 45A. Maintenant, j’ai un 63A.<br /> Pour la valeur de 10% de marge sur la tension, je vais être pédant, c’est dans la norme européenne EN 50160 et ça doit être valable sur 10mn seulement. De plus, Enedis ne peut pas te fournir 90% de la tension nominale, car il suffit que tu sois en bout de ligne et que tu tires 9kW sur ta ligne pour que la chute de tension dans les câbles dépasse le seuil. D’ailleurs la norme prévoit cela assez bien, Enedis n’a droit qu’à 5% de marge (les 5% restant étant prévu justement pour ce cas). Un résumé ici. Ça peut sembler pinailler, mais sur un câble de 10mm2 à 40A, tu perds ces 5% après seulement 50m de longueur.<br /> Et d’ailleurs, sur les tableaux électriques des abonnés, le disjoncteur différentiel est habituellement réglé sur 40A (pas 45A). Donc, oui, le Linky coupera peut être pas, mais ton disjoncteur différentiel oui (s’il est bien calibré et aux normes) lorsque tu tires moins que 9kVA et que Enedis ne te fournit pas 230V. Mais, comme qu’y dirait, c’est ton problème, vu que eux, ils sont dans les normes…
MattS32
xryl:<br /> Sur mon ancien compteur, le disjoncteur principal juste après le compteur était à 40A, pas 45A. Maintenant, j’ai un 63A.<br /> Bizarre… J’ai toujours vu des multiples de 15A sur les disjoncteur abonné dans tous les logements que j’ai occupés… Et c’est ce qu’on retrouve dans toute la « littérature » sur Interner.<br /> xryl:<br /> Et d’ailleurs, sur les tableaux électriques des abonnés, le disjoncteur différentiel est habituellement réglé sur 40A (pas 45A). […] Mais, comme qu’y dirait, c’est ton problème, vu que eux, ils sont dans les normes…<br /> Ben oui, là clairement c’est ton problème : le différentiel sur ton tableau électrique, c’est ta responsabilité, et son rôle n’a jamais été d’être calibré en fonction de ton abonnement électrique… À toi de le dimensionner correctement pour tes besoins ou d’en mettre plusieurs (d’ailleurs il me semble que la norme en impose au moins deux de toute façon, un A et un AC) en répartissant la charge. Enedis et ton fournisseur d’électricité ne sont responsable que du compteur et du disjoncteur abonné. Chez moi j’en ai 3 en 40A alors que j’ai seulement du 6kVA Mais du coup même en 15 kVA je serai tranquille, tant que j’ai pas toute la charge sur le même différentiel.
Blackalf
Un disjoncteur différentiel classique, c’est 300 mA, et son rôle est différent de celui du disjoncteur principal.
MattS32
Un différentiel fait en général à la fois disjoncteur classique (coupure en cas de surcharge de courant) et différentiel (coupure en cas excès de fuite vers la terre).<br /> Il a donc deux valeurs de coupure, une pour la surcharge de courant, qui est généralement de quelques dizaines d’ampères (40A est une valeur classique), une pour les fuites à la terre, de quelques dizaines de mA (le max autorisé en France c’est 50 mA).<br /> Exemple, un 40A - 30 mA :<br /> 517×517 28 KB<br /> Et dans une installation électrique, tu as des disjoncteurs simples pour protéger les différents sous-circuits, et en amont de ces disjoncteurs, tu as un différentiel, qui assure la protection contre les fuites sur plusieurs sous-circuits à la fois.
Blackalf
C’est différent en Belgique, alors. Dans mon cas perso et il est du genre courant, plusieurs circuits protégés chacun par un disjoncteur magnéto-thermique (selon les cas, 10, 15 ou 20 A), un différentiel 30 mA en plus pour les circuits de la salle de bains, et un 300 mA général. Le compteur a bien sûr lui aussi un pouvoir de coupure, mais il ne déclenche jamais même en cas de court-circuit franc, le disjoncteur du circuit impliqué le fait en premier.
dFxed
Je souhaite juste revenir sur cette affirmation :<br /> « Il n’y a aucun raison que l’énergie requise chute. Donc une baisse de tension, c’est une augmentation de courant pour la plupart des appareils récents à contrôle de puissance. »<br /> Comme on le sait, S=UI avec U=ZI.<br /> Donc ton affirmation, me semble erronée, car l’énergie E=Wt, donc on peut facilement déduire que :<br /> Si Z=constante (sa variation est négligeable sur de une installation de particulier quand U est variable)<br /> Alors si U diminue,<br /> I diminue,<br /> S diminue,<br /> Et E diminue.<br /> Donc oui, l’énergie consommée chute, même si à travail constant, il prend donc plus de temps.<br /> Et non, le courant n’augmente pas, il diminue.<br /> Peut être que je me fourvoie, mais je ne connais aucun appareil domestique à contrôle de puissance. (Un chauffage c’est une impédance constante, un chauffe eau aussi, une plaque induction également) A part nos ordinateurs, les alimentations à découpage, ça ne court pas nos maisons.
MattS32
Chez nous il y a un « disjoncteur abonné » qui est le disjoncteur général, avec une intensité de coupure calibrée en fonction de la puissance de l’abonnement (et quand on a un compteur connecté, qui gère lui même le respect de la puissance souscrite, ce disjoncteur est mis au calibre max) au niveau du compteur, pour empêcher de dépasser la puissance, et il fait aussi différentiel général (500 mA chez moi).<br /> Ensuite, on a normalement obligatoirement deux premiers niveaux de sous-circuits avec chacun un différentiel &lt;= 30 mA, de deux types différents (un type A, un type AC), qui fait aussi disjoncteur classique. Et derrière ça on a un second niveau de sous-circuit (par exemple un pour chaque pièce, un pour l’éclairage, un pour les prises… je sais pas exactement quel niveau de séparation les normes imposent actuellement, à part pour le gros électroménager, où on doit avoir un sous-circuit dédié à chaque appareil) avec un disjoncteur classique pour chaque (généralement 10, 16, 20A ou 32A).
zoup01
Ce qui est en photo est un interrupteur différentiel, il ne protège pas contre les surintensités…ce sont les disjoncteurs placés sur chaque circuit qui assurent ce rôle. ( c’est le câblage classique d’un tableau domestique , un interrupteur différentiel avec en série des disjoncteurs pour chaque circuit)<br /> Pour surveiller à la fois intensité et courant de fuite, seul un disjoncteur différentiel assure les 2 fonctions…( avec marquage du calibre, C20, C32 , etc…)….ceux ci sont intéressants pour ajouter un circuit qui demande de la puissance à un tableau existant, tel que borne de recharge ou alimentation piscine.<br /> Legrand<br /> Disjoncteur ou interrupteur différentiel : quelle protection choisir ?<br /> Que faut-il choisir entre disjoncteur ou interrupteur différentiel pour la protection de votre installation électrique ? Quel est leur rôle respectif ?<br />
Bondamanmanw
Tant mieux, pour les box j’ai une mini 4k j’aurais préféré une autre plutôt que de la débrancher ce que je ne fait jamais malgré sa chauffe et son bruit outrancier !
xryl
Si tu cites des équations, le mieux, c’est d’utiliser les bonnes variables dans les multiples équations. Je suppose que Z est utilisé pour l’impédance, dans ton post, et S pour la puissance complexe. Seulement, on ne te facture pas la puissance complexe (qui ne veut rien dire, sauf pour l’opérateur), mais la puissance active (c’est à dire le module de S) qui est la seule à fournir un travail.<br /> Du coup, ton W correspond à grosso modo: P = U * I * cos(phi) avec phi étant donné par phi = acos(Re(Z)/Z).<br /> L’énergie consommée est donc E = Intégrale(S(t) dt) = Intégrale( U(t)*I(t)*cos(phi(t))*dt ) avec t étant la durée d’utilisation de la puissance. L’énergie est donc la somme de la puissance instantanée sur le temps.<br /> Le déphasage de U et I influent sur l’énergie consommée (elle la réduit, et ne l’augmente pas).<br /> Une impédance complexe ne contribue pas à une augmentation de l’énergie consommée mais la réduit (ce qui est assez intuitif, l’énergie stockée dans une bobine ou un condensateur est restituée durant la période, mais celle qui est convertie en chaleur, la résistance, elle est perdue).<br /> Dit différemment, les charges totalement inductives ou capacitives (c’est à dire celle qui ont un cos(phi) = 0) ne consomment pas de puissance active. La seule puissance consommée, est aux charges résistives (ou, plus exactement, la composante résistive de l’impédance, c’est à dire la partie réelle de l’impédance).<br /> Du coup, à ta deuxième assertion, Z = constante c’est faux et tout ce qui en découle l’est également. La majorité des appareils consommateurs ont un contrôle de puissance intégré, du plus basique chauffage « grille pain » à ta plaque à induction ou ton chauffe eau, même tes ventilateurs. Sans parler tout ce qui fabrique du DC (ordinateur, télé, audio, portables, la lumière …).<br /> Le contrôle de puissance se fait soit sur l’impédance (plaque à induction, clim, et tout ce qui a un triac ou un mosfet de puissance à l’intérieur, ventilateurs), soit par une commutation ON/OFF PWM avec un duty cycle variable et une période plus ou moins longue (ça peut aller de quelques ms à plusieurs minutes).<br /> En cas de contrôle de l’impédance (typiquement, lorsque tu choisis la puissance 7 sur ta plaque à induction), c’est durant la période que l’impédance est modulée (via un Triac ou un mosfet de puissance), c’est à dire que ton appareil va évaluer la puissance demandée et activer le transistor (donc le courant) pour arriver à cette puissance. Si U diminue, la durée pendant laquelle le courant est actif augmente en conséquence (le I de tes équations c’est l’intégrale du courant appelé sur la période), c’est mathématique, si la puissance demandé est de X watt, il n’y a pas d’alternative.<br /> Si le contrôle est en PWM, alors, c’est sur la quantité d’énergie que le mécanisme de contrôle agit, et donc la puissance instantanée étant plus faible, c’est donc la durée d’activation qui augmente. Ce qui, statistiquement avec tous les foyers, augmente tout autant la puissance appelée sur le réseau électrique (voir mon post précédent pour un exemple).<br /> De plus, c’est souvent contre productif, car, en réduisant la puissance de chauffage (par exemple), tu diminue le rendement de chauffe.<br /> Typiquement, si tu veux chauffer de l’eau pour l’amener à ébullition, tu dois contrer la perte de chaleur dans l’air à la surface du liquide (qui est proportionnelle à la température de l’eau). Si tu chauffes plus lentement, cette perte de chaleur devient un facteur très important dans ton équation thermique, au lieu d’être négligeable si tu chauffes ton eau plus fort.<br /> Résultat: tu chauffes plus longtemps que le bête rapport de puissance le prévoit, donc tu sollicites plus longtemps le réseau électrique, donc la puissance appelée sur tous les foyers devient plus importante. Et oui, tu peux aussi mettre un couvercle pour limiter cet effet, mais c’est pas le problème.<br /> Les alimentations à découpage, c’est la base actuelle de toute électronique. Les gros transfo et les alims linéaires, sauf si tu as encore des appareils analogiques chez toi, c’est fini.
dFxed
Merci pour cette belle réponse.<br /> J’avais omis le fait que certains systèmes sont en boucle fermée. Pas forcément sur la grandeur finale, mais l’effet est vraisemblablement le même.(en tout cas sur une alimentation)<br /> C’est effectivement le cas d’un grille pain, d’un chauffe eau, mais pas celui d’une table induction. (On est bien d’accord, l’effet est ici contre productif dans le cas de ton exemple de la casserole pour cuire mes pâtes, sans couvercle).<br /> Donc je suis un peu perdu, car quel serait le gain escompté de la mesure ?? Cet aspect a sûrement été étudié par RTE pour cet hiver…<br /> Nb : une coquille c’est glissée :<br /> xryl:<br /> E = Intégrale(S(t) dt)<br /> je pense que tu parles de P(t), sinon la formule ne contiendrait pas le cos(phi)
xryl
J’ai horreur des formules en HTML, c’est moche. En gros, si S = U*I, alors l’énergie c’est bien la somme de U(t)*I(t)*dt. Mais U et I sont des sinusoïdes déphasées et reliées par U(t) = Z(t)*I(t). Z est un nombre complexe.<br /> Lorsqu’il y a une composante complexe, alors le courant consommé par l’impédance est déphasé (la courbe de courant ne suit plus exactement celle de la tension), et du coup, il y a 2 parties dans la période: celle où le système consomme du courant, et celle où il renvoie du courant dans le réseau. La différence des 2, c’est la puissance qui fournit un travail, la puissance active.<br /> Pour connaître la quantité de celle-ci, on calcule le rapport entre la résistance et l’impédance de la charge, soit (la partie réelle) Re(Z) / || Z || (module de l’impédance). Cette grandeur est égale à au cosinus de la phase de l’impédance, phi.<br /> Lorsque Z(t) est purement résistif (c’est à dire pas de composante imaginaire), alors phi = 0, cos(phi) = 1 et on a P = U(t) * I(t).<br /> Dit différemment, la puissance active (en W), c’est U(t)*I(t)*cos(phi) et la puissance réactive (celle qui est renvoyée dans le réseau, en VAR) c’est U(t)*I(t)*sin(phi). La puissance apparente (celle qui sert à couper votre Linky si vous dépassez le seuil, en VA) est U(t)*I(t) qui ne correspond donc à rien de concret en régime sinusoïdal.<br /> L’énergie que l’on vous facture, c’est bien la consommation de la puissance active donc la formule avec le cos(phi).<br /> Pour le gain de la mesure, je reste dubitatif. Je ne sais pas évaluer l’ensemble de la consommation française avec tous les acteurs et j’ai tendance à ne considérer que les logements. Dans ces logements, certains sont peut être déjà avec le chauffage résistif à fond (qui tourne donc 100% du temps) et dans ce cas, réduire U c’est réduire la puissance consommée.<br /> Mais je reste persuadé qu’il ne s’agit que d’une infime partie des logements (et d’ailleurs, dans ce cas, il est plus rentable de changer le système de chauffage que d’essayer de gagner 5% sur la tension). Pour tous les autres, j’ai un doute que je formulerais de la manière suivante:<br /> RTE n’a pas 150 mille leviers pour réduire la consommation (donc la production).<br /> Si elle réduit le courant produit, le réseau va rapidement se désynchroniser et c’est le black out.<br /> Elle ne peut pas réduire la fréquence non plus, car dans ce cas, ça va perturber les interconnexions (en gros, ça fait plus travailler les pays voisins pour remonter la fréquence du réseau à 50Hz, donc plus de courant à l’import).<br /> Donc il reste la tension, et le contrôle des délestages HP/HC. En sautant des HC, elle espère éviter le pic des consommateurs « captifs » de ces heures, c’est à dire ceux qui sont automatisés (comme les chauffe-eau et la charge des VE).<br /> En réduisant l’amplitude de la tension, elle peut causer une baisse instantanée de la puissance consommée, mais ça va augmenter la durée de l’appel de la puissance. Peut être qu’elle sait mieux gérer une production de puissance constante qu’un pic de puissance, quitte à produire plus d’énergie au final?.<br /> Après ces mesures, elle est démunie, à mon avis.
MattS32
xryl:<br /> Peut être qu’elle sait mieux gérer une production de puissance constante qu’un pic de puissance, quitte à produire plus d’énergie au final?.<br /> Une idée peut-être : habituellement RTE compte sur les centrales hydrauliques pour la modulation rapide de la production en fonction de la demande, car les centrales hydrauliques sont capables des démarrer très vite, entre 5 et 10 minutes pour la plupart, 2-3 minutes pour les plus performantes. Mais cet hiver, ça va être plus compliqué, car les réserves d’eau sont largement inférieures à la normale.<br /> Peut-être que du coup jouer sur la tension sera la solution pour « patienter » face à des centrales réagissant moins vite pour adapter la production, et effectivement dans ce contexte le fait de réduire l’appel de puissance immédiat, quitte à le prolonger un peu, ça doit faire le job.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Coupures d'électricité : cet hiver, le réseau mobile aussi pourrait tomber !
L'excellent SSD 2,5
Idée cadeau | Papertrophy : des animaux en papier
Idée cadeau | Insta360 X3 : une caméra spectaculaire
Idées cadeaux : 5 accessoires Nintendo Switch pour Noël
Le prix du kit mémoire Kingston FURY Renegade DDR4 2x16 Go s'effondre (-32%)
Après le Black Friday, voici 10 idées cadeaux pour Noël
Vous devriez faire attention à vos données collectées depuis ces caméras et sonnettes connectées
Google One déploie son VPN gratuit sur les Pixel 7 et 7 Pro
Haut de page