🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT ! 🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Test Synology HAT5300-8T : ça donne quoi un disque dur d'entreprise par le roi du NAS ?

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
26 novembre 2021 à 12h30
10
Synology HAT5300 © Nerces
© Nerces

Particulièrement actif dans le monde du NAS qu’il a d’ailleurs contribué à faire connaître auprès du grand public, Synology s’est d’abord diversifié en proposant des SSD pour ses NAS. Il a ensuite ajouté une nouvelle corde à son arc en commercialisant des disques durs « traditionnels ». L’objectif n’est toutefois plus ici de toucher le grand public, c’est le monde de l’entreprise qui est visé.

Synology HAT5300-8T
  • Bonnes performances
  • 550 To d'écriture par an
  • Garantie de 5 ans
  • Firmware géré par le NAS
  • Partenariat transparent
  • Seulement trois capacités
  • Nuisances sonores élevées

En distribuant des disques durs « traditionnels », Synology cherche à offrir une solution clé en main à ses principaux clients. Les disques durs des gammes HAS et HAT sont effectivement certifiés pour tourner sur les NAS de la marque auxquels ils garantissent un fonctionnement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Pour Synology, l’idée est évidemment de venir concurrencer les produits « entreprises » des principaux fabricants de disques durs en offrant un écosystème complet.

Fiche technique Synology HAT5300-8T

Conception

Format
3" 1/2
Interface
Serial ATA 6Gb/s (SATA Revision 3)
Garantie constructeur
5

Performances

Capacité de stockage
8To
Vitesse de rotation
7200 RPM
Mémoire cache
256Mo

Caractéristiques physiques

Hauteur
26,1mm
Largeur
147mm
Profondeur
101,8mm
Poids
770g
Synology HAT5300 © Nerces
Le HAT5300 inséré dans le berceau d'un NAS Synology © Nerces

Toshiba inside

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est utile de souligner que Synology ne s’est pas improvisé fabricant de disques durs. Comme il l’avait fait avec la gamme des HAS, il a décidé de nouer un partenariat avec un grand fabricant, en l’occurrence sur les HAT, c’est Toshiba qui se charge de la production. Bon point, Synology ne s’en cache pas le moins du monde et sur la surface du HAT5300, on repère aisément la référence Toshiba.

Il s’agit donc de modèles MG06ACA800E que le Japonais commercialise d’ailleurs aussi sous sa propre marque, via le label « Enterprise Capacity ». Il est d’ailleurs amusant de remarquer que chez certains revendeurs proposant les deux références, la version Toshiba – pourtant vendue « en direct » – est un peu plus chère que la déclinaison Synology. Cette dernière permet de réaliser une économie comprise entre 15 et 20 euros par unité.

Synology HAT5300 © Nerces
Interface SATA 6 Gb/s © Nerces

Physiquement, il n’y a pas grand-chose à dire du produit. En apparence, le HAT5300 est un disque dur au format 3,5 pouces comme il en existe des centaines. Ni Synology ni Toshiba ne confirment la chose, mais il semble que notre version 8 To soit remplie à l’air et non à l’hélium comme le sont les grandes capacités (12 et 16 To). Pour le confirmer sans tout à fait le dire, Synology précise qu’il est 50 grammes plus lourd et consomme un peu plus d’électricité (9,1 W contre 7,83 W).

Synology HAT5300 © Nerces
La mention MG06ACA800E « trahit » la provenance réelle du disque © Nerces

Alors que les modèles HAS5300 disposent d’une interface SAS 12 Gb/s, c’est bien sûr du SATA 6 Gb/s qui nous est ici proposé. Synology évoque une vitesse de rotation de 7 200 tr/mn et souligne la présence d’un cache de 256 Mo comme sur le modèle 12 To. La version 16 To vient en revanche doubler la chose. De manière assez logique, Synology met principalement l'accent sur la fiabilité de ses disques durs qui sont conçus « pour durer ».

Ainsi, le fabricant évoque un temps moyen de fonctionnement avant panne (MTTF) de 2,5 millions d’heures et garantit son produit cinq ans. Comme pour enfoncer le clou, il précise aussi que le disque dur est conçu pour une charge de travail de 550 To de données par an, soit 1,5 To par jour. Enfin, les tests de Synology le conduisent à évoquer une validation pour plus de 300 000 heures d’utilisation. Des informations que l’on retrouve, évidemment, à l’identique chez Toshiba.

Synology HAT5300-8T © Nerces
Les HAT5300-8T viennent peupler le DS1520+ © Nerces

Débits en lecture / écriture et échauffement

Configuration de test

Compte tenu du temps disponible et des moyens matériels que nous possédons, impossible de tester la promesse de fiabilité du HAT5300 mise en avant par Synology. Sur ce point, nous sommes donc contraints de faire confiance au Taïwanais et à son partenaire japonais Toshiba, qui a pour lui une certaine expérience dans le monde du disque d’entreprise.

Synology HAT5300 © Nerces
Débits mesurés avec ATTO Disk Benchmark © Nerces

Après des mois à ne tester que des SSD, il nous semblait tout de même intéressant de vérifier le niveau de performances auquel s’attendre sur un disque dur « traditionnel ». Nous avons démarré nos tests avec un petit tour sur ATTO Disk Benchmark lequel démarrait vraiment très bas avec des débits de moins de 100 Mo/s en lecture comme en écriture tant que les fichiers étaient inférieurs à 8 Ko.

Les choses montaient toutefois progressivement en puissance avec une stabilisation à partir des fichiers de 16 Ko. Nous atteignions alors des débits conformes à ceux présentés par Synology : environ 235 Mo/s en lecture comme en écriture alors que le fabricant évoque 230 Mo/s.

Synology HAT5300 © Nerces
Débits mesurés avec CrystalDiskMark © Nerces

Pour notre second test, c’est CrystalDiskMark qui est utilisé. Comme souvent le logiciel est un peu plus optimiste sur les tests de lecture / écriture séquentielle. On dépasse même les 245 Mo/s.

En revanche, et c’est tout l’intérêt de ce second outil, on voit combien un disque dur est à la peine sur de l’aléatoire avec de petits fichiers : 0,72 Mo/s en écriture et 1,93 Mo/s en lecture. Finalement, les « mauvaises » performances des SSD dans ce domaine ne sont pas si mal.

Synology HAT5300 © Nerces
Débits observés en écriture sur une copie « simple » via Windows 10 © Nerces

Nous avons ensuite cherché à confirmer la fiabilité de ces débits en réalisant de multiples copies de fichiers et divers documents de travail, puis nous avons pratiqué un peu de lecture vidéo sur des fichiers 4K. Pour les mesures, nous copions une archive d’un peu plus de 200 Go via l’explorateur de Windows 10 : les débits en lecture comme en écriture s'établissent à 230-235 Mo/s. Conformes.

Synology HAT5300 © Nerces
Mesures de la température relevées, à gauche au repos et à droite en charge © Nerces

Pour terminer ces quelques mesures, nous avons vérifié l’échauffement du HAT5300. Sans surprise, il est au repos sensiblement plus chaud qu’un SSD, mais avec 31 °C, cela n’est pas inquiétant. Après d’importants travaux d’écriture, il est monté à 48 °C, mais il disposait d’un refroidissement efficace : il était placé dans le Synology DS1520+, un NAS doté de deux ventilateurs de 92 mm, comme nous allons maintenant l’expliquer.

Synology HAT5300 © Nerces
Synology HAT5300 © Nerces

L'interface de gestion des disques Synology permet de mettre à jour le micrologiciel des HAT5300 © Nerces

Une parfaite intégration aux NAS Synology

Nous ne pouvions effectivement pas terminer cet article sans évoquer le but même des disques durs HAT5300, leur intégration aux NAS de la marque. Pour ce faire, nous avons employé un DS1520+ et trois unités HAT5300. Sans surprise, les disques sont bien évidemment parfaitement reconnus par le NAS qui offre un petit « plus » par rapport à d’autres modèles : la possibilité de vérifier et, surtout, de mettre à jour le micrologiciel du disque dur. Pratique.

Synology dispose aussi d’un petit outil de vérification des performances de chacune des unités de stockage présente dans le NAS. Aussi, pour la « beauté du geste », nous avons lancé la procédure et obtenu des résultats conformes à ce que nous avions mesuré précédemment. Enfin, au sein du DS1520+, il nous faut préciser que les HAT5300 se sont montrés un peu bruyants. Rien de catastrophique, mais la chose mérite d’être signalée.

Synology HAT5300 © Nerces
Une idée des performances du disque dur au sein d'un NAS Synology DS1520+ © Nerces

Synology HAT5300-8T, l’avis de Clubic

En commercialisant les HAS5300, puis les HAT5300, Synology n’avait pas dans l’idée de révolutionner le monde du disque dur. En revanche, il ambitionnait de concurrencer les ténors du stockage sur des modèles qui leur permettent de faire de belles marges : les disques d’entreprise.

Côté technique, en s’appuyant sur des modèles éprouvés signés Toshiba, Synology ne pouvait se tromper. Les HAT5300 remplissent parfaitement leurs objectifs de performances. Pour la fiabilité, nous ferons confiance aux deux partenaires. Enfin, côté tarifs, Synology fait effectivement un petit peu mieux que ses concurrents « entreprises » (Seagate Exos et Western Digital Ultrastar), mais ces derniers ont des gammes plus étoffées à opposer au Taïwanais.

8

Synology se lance dans le disque dur afin de fournir toute la « matière première » aux utilisateurs de ses NAS. Il le fait de fort belle manière avec des modèles performants et garantis pour un travail intensif sur la durée tout en étant moins onéreux que les modèles « entreprise » concurrents.

Les plus

  • Bonnes performances
  • 550 To d'écriture par an
  • Garantie de 5 ans
  • Firmware géré par le NAS
  • Partenariat transparent

Les moins

  • Seulement trois capacités
  • Nuisances sonores élevées
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
9
gasganos
Je ne pense pas que je serais capable d’en lever ne fut-ce qu’un avec un poids pareil
stratos
770KG avec un bon transpalette pour le mettre dans les racks ca passe
PiNgOa
En même temps il fallait s’y attendre avec 147 mètres de largeur xD
Nerces
Ah ça pour se moquer, il y a du monde
Popoulo
Nickel le test. Les points mis en avant comme le Firmware géré par le NAS sont importants. Merci de l’avoir spécifié.<br /> En ce qui concerne les nuisances sonores, ça peut effectivement être désagréable si le NAS est à proximité. Généralement c’est pas le cas mais c’est quand même bien de le notifier.
Laurent_Marandet
Le problème de Synology est qu’ils veulent imposer aux utilisateurs des NAS pros rackables (exemple RS4021XS+) d’utiliser exclusivement leurs disques Toshiba estampillés Synology. Avec des Seagate Exos 18 Tb, on obtient un message inquiétant «&nbsp;remplacez les disques&nbsp;» état du volume dégradé… J’ai été obligé de hacker le DSM 7.0 en ligne de commande et d’éditer avec vi le fichier de configuration du hardware compatible, comme indiqué par un site américain.<br /> Je trouve cette politique ridicule, DELL faisait pareil il y a plus de 15 ans sur les serveurs, en revendant une fortune des disques WD ou Seagate avec un firmware modifié, idem pour les barrettes RAM.<br /> Pour ma part, j’ai acheté une dizaine de rackstation avec plus de 500 Tb de stockage et je suis prêt à changer de crémerie si Synology cherche à m’entuber.<br /> Déjà, je trouve que le constructeur s’est endormi pendant presque trois ans avant de sortir le DSM7, qui n’offre pas les avantages attendus (par exemple, les MAC de 2014 ne fonctionnent plus avec Drive) et les séries DS sont pitoyables du point de vue hardware (mettre des SSD NVMe sans avoir d’interface 10 Gb/s ne sert strictement à rien).
Pas_de_Bol
Livraison par camion avec transpalette uniquement !<br />
gasganos
On pourrait aussi dire qu’on lit bien en détails les articles et pas juste en diagonal vite fait
notolik
Laurent_Marandet:<br /> mettre des SSD NVMe sans avoir d’interface 10 Gb/s ne sert strictement à rien<br /> Pour ne faire que du drive, effectivement.<br /> Mais dès que l’on veut héberger des applications web (CMS, MTA, …) le SSD caching est un «&nbsp;must have&nbsp;», même qu’avec des petites interfaces réseaux puisqu’en fin de compte, il n’y passe pas grand chose, et que c’est les temps de traitements, gourmands en I/O que l’on veut raccourcir au maximum.
Francis7
C’est intéressant de lire tout ça. J’ai toujours rêvé d’avoir ne serait-ce qu’un rack.<br /> Chapeau bas.<br /> Je te mets un RedHat.
Laurent_Marandet
Ce n’est pas avec les CPU besogneux des Synology que l’on peut booster les framework trop gourmands (Ruby) et les CMS qui utilisent des plugin comme Divi sur Wordpress… Dans ce cas, il ne faut pas un Xeon avec beaucoup de coeurs mais plutôt un i9900k, qui n’existe pas pour les serveurs. Du coup, il faut mettre une station de travail en rack 1U, à condition d’être en housing dans un DataCenter.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test TCL 55C635 : un téléviseur abordable qui marque des points
Test Mate 50 Pro : Huawei peut-il encore se hisser parmi l'élite ?
Test Microsoft Surface Laptop 5 : élégant, plus puissant… mais indécrottable
Test Corsair EX100U : un minuscule SSD externe performant à emporter partout
Test JBL Bar 1000 : séance de rattrapage pour la barre de son avec enceintes d’effets détachables
Test DJI Avata : le drone FPV plus accessible que jamais
Test Trust GXT 981 Redex : légère en poids et en prix, des atouts suffisants ?
Test Apple iPad Pro M2 : une mise à jour qui vaut son prix ?
Test LG Gram 14 (2022) : un kilo seulement… mais quoi d’autre ?
Test Acer Aspire Vero 15 (2022) : un laptop écolo qui ne fait pas encore suffisamment envie
Haut de page