Fibre optique : Nokia et Vodafone ont réussi à établir une connexion à 100 Gbit/s

04 février 2021 à 18h35
14
© Nokia

L'équipementier finlandais et l'opérateur britannique travaillent sur la fibre optique de demain, et les premières expérimentations sont étonnantes de rapidité.

Une petite fibre optique sympatoche à 100 Gbit/s, vous en rêvez ? Ce ne sera pas pour tout de suite, mais Nokia et Vodafone l'ont fait ! Ces deux entreprises et partenaires historiques ont annoncé, il y a quelques jours, avoir testé avec succès une nouvelle technologie de réseau optique passif, appelée PON (pour Passive Optical Network). Capable de débits fous, elle se distingue par son architecture point à multipoint au sein de laquelle une ligne optique se divise en de multiples diviseurs optiques, qui peuvent desservir plusieurs abonnés. Technique contraire au P2P, le point à point, qui offre à chaque abonné sa propre liaison fibrée. C'est ce que l'on appelle la technologie du dernier kilomètre. Mais venons-en au fait.

Une fibre optique potentiellement 100 fois plus rapide que la fibre actuelle, et moins consommatrice d'énergie

Nokia et Vodafone ont mené un test dans le laboratoire Eschborn de l'opérateur, en Allemagne. Celui-ci était destiné à tester les capacités d'un réseau PON 100G, et ainsi fournir des éléments attestant des capacités de cette technologie, qui peut se révéler être à la fois plus économique et plus compétitive.

Pour atteindre leur objectif d'un débit de 100 Gbit/s sur une seule longueur d'onde, Nokia a utilisé des optiques 25G (déjà commercialisées pour les opérateurs) en les combinant avec des DSP (Digital Signal Processor), des microprocesseurs de traitement numérique du signal qui permettent une transmission de données à une vitesse encore bien plus élevée. Il a fallu ensuite des capacités DSP avancées, ce qui a permis de basculer vers du 50G puis du 100G. Un tel débit (100 Gbit/s) serait ainsi 100 fois supérieur à une « bonne » fibre optique d'1 Gbit/s.

Free embarque déjà une connectivité 10G-EPON dans le serveur de sa Freebox Delta, qui avait été vantée par Xavier Niel et ses équipes lors de la présentation de cette dernière, il y a plus de deux ans. On s'est depuis rendu compte que les conditions d'accès à un tel débit étaient très, très nombreuses.

Une technologie commercialisée d'ici 2025 ?

En ce qui concerne Nokia et Vodafone, le prototype 100G PON de Nokia Bell Labs « est la première application au monde de transmission à débit flexible dans un réseau PON », indique Nokia, qui vante l'utilisation de la transmission à débit flexible comme un moyen de jouir d'une latence plus faible et de diminuer par deux la consommation d'énergie. Ce sont évidemment deux avantages considérables dans une société où la consommation de données est de plus en plus importante.

Vodafone, de son côté, voit le 100G PON comme « un moyen potentiel de créer des réseaux PON hautement flexibles et évolutifs qui atténueront le risque de congestion future aux heures de pointe et permettront la densification des réseaux câblés et mobiles ».

Les deux entreprises pensent que le 50G PON et le 100 PON pourraient être commercialisés dans la seconde moitié de la décennie, soit autour de 2025.

Modifié le 05/02/2021 à 08h56
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
14
12
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Test ASUS TUF Gaming A15 2021 : l’élu pas cher et puissant que vous attendiez
Bon plan : un écran PC Acer gaming 23,6
Qualcomm tente de se créer une communauté d'Insiders
Le Google Pixel 5a sortirait en juin, de nouveaux Pixel Buds en avril
Apple : le casque AR à 1000 dollars d'ici 2022, les smart glasses en 2025 selon Kuo
Vous ne pourrez pas espionner quelqu'un en plaçant un AirTag dans sa poche
Spielberg et les créateurs de Stranger Things vont adapter The Talisman de Stephen King en série sur Netflix
Apple abandonne la production de l'iMac Pro
Bouygues Telecom augmente encore le prix de certains forfaits B&You
Le rachat de Bethesda par Microsoft approuvé par les autorités de la concurrence européenne et américaine
Haut de page