Neutralité : Google et Verizon dévoilent leur vision d'un Internet "ouvert"

Alexandre Laurent
10 août 2010 à 16h21
0
Suite aux révélations relatives à leur projet d'accord autour du concept de neutralité du Net, Google et Verizon ont finalement pris le parti d'expliquer publiquement leurs ambitions. Le projet est présenté comme un support devant servir au législateur américain lorsque celui-ci entreprendra de se pencher sur la question. S'il pose les bases d'un accès neutre et non discriminatoire lorsqu'on parle d'Internet depuis une ligne fixe, il considère que les réseaux mobiles doivent bénéficier d'un traitement différent, et restreint cet accès aux contenus « légaux ».

02421912-photo-fibre-optique.jpg
« Il est impératif que nous trouvions des moyens de protéger l'ouverture d'Internet et d'encourager le déploiement rapide du haut débit », indiquent les deux acteurs, qui se disent ravis d'avoir l'occasion de discuter de ce problème complexe qu'est la neutralité du Net, mais en excluent d'emblée l'Internet mobile, au motif que ce dernier évolue trop vite pour que les opérateurs soient tenus à garantir un traitement « neutre » des données qui y circulent. Dans cet Internet « ouvert » plus que « neutre », il y aurait donc d'un côté le Web mobile et de l'autre un Web fixe.

Un Net « ouvert » plus qu'un Net neutre ?

Articulé autour de sept points principaux, le projet propose en premier lieu que les FAI n'exercent aucune discrimination quant à l'accès aux contenus légaux. Autrement dit, il ne serait pas possible de privilégier un service au détriment d'un autre. Il ne serait pas non plus permis de bloquer l'accès à un contenu ou d'en dégrader volontairement l'accès, du moins tant que le contenu en question est légal. Incidemment apparait donc une entorse au principe de neutralité du Net puisque le filtrage des contenus illégaux n'est pas exclu.

Ceci étant dit, Google et Verizon s'entendent tout de même sur l'intérêt de laisser la possibilité à un FAI de nouer des accords avec tel ou tel distributeur de contenus. Les services qui émaneraient de tels partenariats (vidéo à la demande par exemple) pourraient être facturés en sus et, surtout, profiter d'un traitement « différencié », à savoir une gestion de la priorité du trafic. Nouvelle entorse, justifiée selon les deux cosignataires par la nécessité de favoriser l'émergence de services innovants.

Pour maintenir une certaine qualité de service, les FAI doivent en outre pouvoir procéder à une « gestion raisonnable » du réseau, afin d'éviter les congestions et de garantir l'intégrité de leurs infrastructures. Dans l'esprit des deux partenaires, c'est à la FCC (équivalent américain de l'Arcep) qu'incomberait la mission de veiller au respect de ces principes.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
scroll top