Dieselgate : pourquoi l'ancien P.-D.G. d'Audi va plaider coupable

Samir Rahmoune
Publié le 04 mai 2023 à 16h30
© ITU/R.Farrell
© ITU/R.Farrell

Le Dieselgate fait une nouvelle victime, en la personne de l'ancien patron d'Audi Rupert Stadler.

Le Dieselgate a débuté en 2017, quand il a été découvert que Volkswagen trichait sur la réalité des émissions polluantes de ses voitures. Depuis, des amendes ont été payées aux États-Unis. Mais certains dirigeants sont aussi personnellement impliqués au niveau judiciaire, comme l'ancien patron d'Audi, Rupert Stadler.

1,1 million d'euros d'amende, et 2 ans de prison

Le Dieselgate, c'est la faillite d'un constructeur automobile : Volkswagen. Depuis la découverte de l'existence du logiciel qui permettait à la marque allemande de mentir sur le niveau d'émissions de ses voitures, les sanctions n'ont eu de cesse de pleuvoir. Que ce soit aux États-Unis ou en Europe, l'entreprise a dû indemniser à hauteur d'1 milliard d'euros des clients lésés.

Mais de hauts cadres sont aussi impliqués, et commencent à tomber. C'est le cas de l'ancien P.-D.G. d'Audi, Rupert Stadler, qui va, selon le New York Times, faire des aveux dans les deux semaines à venir sur ses responsabilités. Il sera ensuite condamné à payer une amende de 1,1 million d'euros, et devra passer deux ans en prison.

Trop de pollution chez Audi ? © Rédaction Turbo.fr / Antoine Arnoux
Trop de pollution chez Audi ? © Rédaction Turbo.fr / Antoine Arnoux

Rupert Stadler est aussi un ancien de Vokswagen

Mais quel est le rapport entre le scandale de Volkswagen et Audi ? La réponse est simple : Audi est une des marques du groupe automobile. Et Rupert Stadler, par ailleurs membre du conseil d'administration de Volkswagen, a autorisé à l'époque la vente de véhicules diesel Audi alors que Volkswagen avait déjà avoué avoir utilisé un logiciel pour passer outre la réglementation allemande sur les émissions.

Mais il ne sera pas le seul dans la charrette des accusés. Les autorités judiciaires allemandes vont en effet dans le même temps condamner deux autres dirigeants, à savoir Wolfgang Hatz, l'ancien responsable du développement des moteurs Audi et Porsche et Zaccheo Giovanni Pamio, l'un des auteurs du fameux logiciel incriminé. Depuis le début du scandale, Vokswagen a dû débourser près de 20 milliards de dollars en frais de justice et en amendes.

Source : Engadget

Par Samir Rahmoune

Journaliste tech, spécialisé dans l'impact des hautes technologies sur les relations internationales. Je suis passionné par toutes les nouveautés dans le domaine (Blockchain, IA, quantique...), les questions énergétiques, et l'astronomie. Souvent un pied en Asie, et toujours prêt à enfiler les gants.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (9)
Aegis

Victime ?

Winpoks

C’est comme de dire qu’un automobiliste roulant à 100km.h⁻¹ et renversant un piéton en ville est une victime. :smiley:

Than

De l’importance du choix des mots…

Donc c’est une « victime » qui risque d’aller faire 2 ans de prison ?

D’ailleurs, reste à voir ce qu’il va réellement faire.

Bondamanmanw

Faut punir tous ces sal**ds qui pour gagner du blé ont fait polluer la planète par tromperie plus qu’elle ne l’est déjà.

Kriz4liD

Pourquoi ils condamnent le développeur de la solution logicielle ??? Il l’a fait car on lui a demandé de le faire, ce n’est pas lui qui l a installé sur les voitures !
Condamne t on les fabricants de couteaux quand un crime est fait avec leurs couteaux ?

MattS32

Ce n’est pas pareil. Un couteau n’est pas forcément utilisé pour tuer. Là le développeur avait forcément connaissance de la finalité illégale du logiciel qu’on lui a demandé de développer.

philouze

hmmm t’es pas clair on voit pas vraiment le rapport avec cette décision de justice (et pas de l’état, allemand en l’occurrence )

xeno

Vokswagen ? Volkswagen

ypapanoel

On viendra pas le pleurer : ce genre d’attitude en tant que dirigeant est une honte.
on devrait faire des punitions pour l’exemple dans ce genre de cas : les gains sont tellement immenses que les peines paraissent faibles en comparaison.