Protéger efficacement son matériel contre les orages

Frédéric Cuvelier
29 juin 2009 à 15h25
0

Les différents onduleurs

L'onduleur est un boîtier qui se place entre la prise de courant et votre matériel. Il sert à réguler le courant qu'il achemine vers vos appareils et à assurer la continuité du courant électrique en cas de coupure, grâce à ses batteries. Ce qui communément appelé onduleur n'en sont en fait pas vraiment. Ou plutôt pas seulement. En effet, les boitiers que l'on voit parfois trainer sous les bureaux sont en fait des UPS, pour uninterruptible power supply. L'onduleur n'est en fait qu'une partie de ce dispositif, qui comporte également des filtres, un circuit de charge et une batterie d'accumulateurs. Bien qu'ils soient tous composés de ces mêmes éléments, les ASI se différencient par l'électronique qu'ils embarquent. On peut les classer dans trois catégories :

Les onduleurs « Off Line »

00C8000002261166-photo-onduleur-off-line.jpg
Ce sont les plus rudimentaires et les moins onéreux des onduleurs. Ils sont particulièrement utilisés pour protéger des ordinateurs. Comment fonctionnent-ils ? Dès qu'un problème est détecté sur l'arrivée du courant, ce genre d'appareil passe sur batterie, tout simplement. Trop simplement. En effet, chaque commutation entre la batterie et le secteur crée une micro-coupure de 8 à 10 ms selon la qualité de l'onduleur. Cette micro-coupure ne peut suffire à éteindre votre ordinateur, le temps de décharge des condensateurs présents dans la plupart des alimentations étant plus important. Toutefois, pour des blocs plus sensibles comme ceux qui équipent les serveurs, un tel laps de temps induirait l'extinction de la machine.

Sur ce principe, un réseau fortement perturbé sera la cause de nombreuses commutations qui endommageront petit à petit votre onduleur, dont la durée de vie est liée au nombre de cycles charge/décharge. Pour éviter des basculements trop nombreux, certains onduleurs disposent des fonctions « Booster » qui apportent une certaine tolérance de fonctionnement.

Enfin, le courant de sortie d'un tel onduleur est de piètre qualité, c'est-à-dire que les tensions et les fréquences sont assez peu stables, particulièrement si le courant d'entrée est lui-même mauvais.

Les onduleurs « Line Interactive »

Ces onduleurs ressemblent fort à leurs cousins « Off Line » à ceci près que les filtres qui les composent sont de meilleure qualité. Le courant d'entrée est donc corrigé, ce qui lui évite de sortir des valeurs seuils que tolère l'onduleur. Les conséquences principales sont un recours moins fréquent à la batterie et un courant de sortie de bonne qualité. Il n'en reste pas moins que pour ce type d'onduleurs, la micro-coupure présente au moment du basculement entre alimentation par secteur et alimentation par la batterie peut être gênante pour du matériel très sensible aux variations de tension. Sachez toutefois que le temps de commutation est plus court que sur un onduleur Off Line, avec seulement 2 à 4 ms de coupure. Ces onduleurs sont très utilisés pour protéger des stations de travail, des serveurs et tout autre élément sensible dans un réseau.

02262036-photo-sch-ma-line-interactive.jpg
Schéma de l'onduleur de type Line Interactive


Les onduleurs « On Line Double Conversion »

Cette solution diffère assez radicalement des deux autres, puisqu'il n'y a tout simplement ici aucune commutation. En effet, le courant passant dans ce type d'onduleurs est converti vers les batteries puis reconverti en sortie. Il est ainsi recréé en permanence. Il n'y a ainsi jamais de commutation et par conséquent aucune micro-coupure. Les onduleurs « On Line Double Conversion » sont ainsi les seuls à pouvoir prétendre assurer un courant en continu et sont préconisés pour des installations électriquement très peu stables et les appareils particulièrement sensibles aux différences de tensions.

Choisir votre onduleur

Quels sont les critères à retenir au moment du choix de votre onduleur ? Le type d'appareil tout d'abord. Nous l'avons vu, les modèles dit « Off Line » sont en retrait d'un point de vue technique, mais ont l'avantage d'être moins chers que leurs cousins. Les onduleurs « On Line Double Conversion » sont à réserver à un usage professionnel. Les « Line Interactive » semblent être le meilleur compromis, avec des commutations moins fréquentes et un temps pour effectuer cette opération particulièrement court.

00C8000001483488-photo-onduleur-apc-smart-ups-5000i-clone.jpg
La durée durant laquelle la batterie pourra assurer l'alimentation de vos appareils peut également être un critère prépondérant. Généralement, cette donnée est fournie en terme d'autonomie en demi-charge et à pleine charge. Sachez que ces autonomies ne dépassent généralement pas le quart d'heure dans le premier cas, et les 5 minutes dans le second. Cela reste toutefois suffisant pour enregistrer son document et éteindre son ordinateur. Le temps de chargement des batteries peut également être un argument important pour certains, tout comme le nombre de sorties dont dispose l'appareil.

Certains onduleurs possèdent également des interfaces de gestion qui permettent, via une prise réseau ou USB, de les diriger à distance. Les modèles les plus évolués sont ainsi capables d'effectuer une sauvegarde de vos documents et d'éteindre votre machine sans intervention physique de votre part. Sachez de plus qu'un PC sous Vista branché en USB à un onduleur bénéficie des modes de gestion de l'alimentation avancées, similaires à ceux dont bénéficient les ordinateurs portables.

Enfin vient le paramètre puissance. Celui-ci est exprimé en VA (Volt-Ampère). Il existe un calcul assez simple vous permettant de connaître la puissance dont vous avez besoin. Additionnez la puissance nécessaire à différents appareils électriques qui seront branchés sur votre onduleur (par exemple un PC, une imprimante, un disque dur externe) et multipliez le tout par 1,67. Si les résultats obtenus sont légèrement surévalués, ce n'est pas un mal. En effet, il vaut mieux prévoir large dans le cadre d'un tel achat, afin que votre installation soit évolutive (vous pourrez ajouter un appareil plus tard), et il convient de considérer, dans votre calcul, la charge maximale que peut demander votre matériel.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top