Windows sur Mac : le tour des solutions disponibles

Par
Le 13 août 2008
 0
000000c800778886-photo-macbook-xp.jpg
Il y'a encore quelques années, l'idée de faire tourner Windows nativement sur un Mac était complètement farfelue, tout comme l'était le passage à des processeurs x86, le PowerPC étant considéré comme la grande force de la plate-forme. Il était évidemment possible de faire tourner Windows en émulation, grâce à Virtual PC de Connectix, racheté depuis par Microsoft, mais les besoins en ressource de l'émulation d'un processeur x86 sur une architecture PowerPC étaient tellement importants que les performances très limitées interdisaient tout usage autre qu'occasionnel. La donne a changé avec la sortie des premiers Mac équipés de processeurs Intel en janvier 2006, quelques mois après une annonce choc qui avait pris tout le monde de cours. Très vite, quelques courageux développeurs se sont lancé le défi de faire tourner une version de Windows sur un Mac.

Le défi a été relevé, mais vite rendu obsolète par Apple elle-même : la firme de Cupertino a non seulement spécifié de manière explicite qu'elle ne s'opposait pas du tout à l'exécution de Windows sur ses machines, mais n'a pas tardé à proposer sa propre solution, baptisée Boot Camp. Proposée initialement en version bêta gratuite pour les utilisateurs de Mac OS X Tiger, Boot Camp est désormais intégrée (et réservée) à Leopard et permet, très simplement, de dédier une partition du disque dur à Windows et de choisir le système à lancer au démarrage du Mac. Parallèlement, si on peut dire, plusieurs éditeurs de solutions de virtualisation, dont Parallels et VMWare, ont développé des logiciels plutôt intéressants, permettant quant à eux d'exécuter Windows à l'intérieur de Mac OS X, en virtualisation et avec quelques aménagements destinés à intégrer au mieux les applications Windows avec celles du Mac. Les deux solutions ont leurs avantages et leurs inconvénients, selon l'utilisation de Windows que l'on souhaite avoir. Quelle est la meilleure solution pour votre usage, et quel est le Mac le plus adapté à l'exécution de Windows de manière confortable ? Autant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre dans ce guide.

Dual boot et virtualisation : un peu de technique


Avant d'entrer dans le vif du sujet, il semble utile de rappeler les différences techniques entre les deux solutions que nous allons étudier, à savoir le dual boot et la virtualisation. Le dual boot, fréquemment utilisé pour faire cohabiter Windows et Linux sur un PC, consiste à dédier un disque ou une partition à chaque système, et à installer sur le secteur d'amorçage de la machine un menu permettant de lancer un des deux systèmes au démarrage. Cette technique permet d'utiliser pleinement les composants et périphériques de la machine en version native. Nous verrons que c'est particulièrement important pour les jeux ou les applications multimédia. En revanche, le dual boot ne permet aucune interaction entre les deux systèmes, si ce n'est en créant une partition dans un système de fichier lu et écrit par les deux.


La virtualisation permet quant à elle d'exécuter un système « invité » à l'intérieur d'un système « hôte », en exploitant les cycles inutilisés du processeur. Contrairement à l'émulation, la virtualisation se dispense ainsi de la phase la plus consommatrice en ressources de l'émulation, à savoir la simulation d'une architecture différente. Concrètement, cela signifie que Windows, en virtualisation, tournera avec des performances tout à fait correctes. En revanche, la technologie a de grosses limites matérielles, notamment au niveau de la carte graphique. Même si vous utilisez une Geforce 9800, votre Windows virtualisé utilisera l'émulation d'une carte graphique des plus basiques.

Rappelons, dans tous les cas, que les solutions que nous détaillons dans les pages suivantes nécessitent un Mac équipé d'un processeur Intel. Le seul moyen d'utiliser Windows sur une architecture PowerPC est de passer par Virtual PC de Microsoft, dont le développement a été abandonné sur Mac.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top