Android laisse filer des applications vérolées

01 mars 2011 à 17h50
0
Une application Android baptisée « Steamy Windows » est pointée du doigt car elle servirait à installer un malware sur son mobile. Certains éditeurs de sécurité comme Symantec tirent la sonnette d'alarme.

00A0000003880596-photo-android-malware.jpg
L'application en cause dont l'inutilité n'échappera à personne cache en fait un cheval de Troie que l'éditeur a nommé « Android.Pjapps » selon l'appellation Symantec. Ses effets sont alors similaires à ceux de ses cousins sur postes fixes à savoir qu'il installe d'autres applications, utilise les marques pages du navigateur et envoie des SMS sans que l'utilisateur ne s'en rende compte.

Vikram Thakur, responsable sécurité chez Symantec confie : « le code du malware peut facilement être ajouté à d'autres applications. Il faut donc savoir que télécharger une appli en dehors des sentiers revient à se rendre sur un board de warez. Les utilisateurs doivent être conscients des risques ».

Toujours est-il qu'à en croire Computerworld, des hackers chinois se seraient spécialisés dans cette méthode de recompilation d'application en y ajoutant un malware. De même, l'application aurait été retrouvée sur des sites hébergés par des serveurs chinois. L'application « officielle » est, elle, disponible sur l'Android Market.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Windows 10 bientôt libéré de tout mot de passe ? C'est l'objectif de Microsoft
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
Une
La France va créer son commandement militaire de l'espace
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Google admet écouter certaines de vos requêtes vocales pour améliorer ses services
scroll top