L'internaute soucieux de son image en ligne ?

17 décembre 2007 à 16h52
0
00654638-photo-facebook-ads-vignette.jpg
L'internaute américain moyen serait encore fort peu soucieux de ce qui peut se dire à son sujet sur Internet, ce qui ne l'empêche pas d'effectuer à l'occasion une recherche sur son nom, indique une étude réalisée par le Pew Internet & American Life Project en décembre 2006. Et pourtant, il mène de plus en plus fréquemment des recherches sur les gens qu'il est amené à rencontrer dans sa vie sentimentale ou professionnelle.

Environ un tiers des internautes interrogés dans le cadre de cette enquête pense savoir que des informations personnelles les concernant sont disponibles en ligne : adresse de courrier électronique, numéro de téléphone, position professionnelle. A l'inverse, entre un quart et un tiers des personnes sondées affirme ne pas savoir si leurs informations personnelles sont accessibles en ligne. Les internautes semblent toutefois de plus en plus enclins à surveiller leur présence en ligne puisque 47% d'entre eux auraient au moins une fois cherché des informations à leur propre sujet sur Internet alors qu'ils n'étaient que 22% en 2002. Seuls 3% de ceux qui effectuent ce type de recherche la renouvelleraient régulièrement.

De la même façon, la donne semble changer au niveau de la gestion de son image en ligne. Si 60% des sondés affirment ne pas être dérangés par les données qui peuvent circuler à leur sujet, 38% reconnaissent limiter sciemment la diffusion de leurs informations personnelles.

17% des internautes adultes appartiendraient à la catégorie des « Confident Creatives » qui n'ont rien contre le fait d'avoir une présence identifiable en ligne et participent activement à cette dernière tout en prenant soin de limiter la divulgation de leurs données personnelles. Les jeunes actifs, particulièrement présents sur les réseaux et services comme Facebook ou Flickr, tombent naturellement dans cette catégorie, remarque le Pew Internet Project. Environ un internaute adulte sur cinq (21%) veillerait soigneusement à la préservation de leurs données personnelles.

18% se sentiraient concernés par les problématiques liées au respect de la vie privée sur Internet, mais ne limiteraient pas activement la diffusion de leurs informations personnelles. Enfin, 43% des internautes adultes n'auraient cure de la propagation de leurs informations et n'adopteraient pas de comportement spécifique visant à restreindre cette dernière.

Le sens de l'expression « to Google someone » dépasse maintenant le simple cercle du recrutement puisque 53% des sondés reconnaissent avoir déjà entré le nom d'un collègue, d'un ami ou d'un membre de sa famille dans un moteur de recherches. 36% se seraient intéressé à quelqu'un qu'ils ont connu dans le passé, alors que 19% se renseignent sur leurs collègues de travail et que 9% effectuent une recherche relative à la personne avec laquelle ils s'apprêtent à avoir un rendez-vous galant...

Enfin, 11% des internautes ayant déjà cherché à vérifier quelle image d'eux véhiculait Internet auraient découvert que des informations erronées circulent à leur sujet, alors même que les actifs sont de plus en plus enclins à vouloir réguler leur image en ligne pour des raisons professionnelles. Un argument que ne manqueront pas d'utiliser les récentes sociétés investissant le secteur du marketing personnel.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Les camions électriques Volvo sont désormais en vente (et bientôt sur nos routes)
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau
Selon Bloomberg, un MacBook 16
Le MacBook Pro 16

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top