Bruxelles approuve le rachat de Business Objects par SAP

Ariane Beky
28 novembre 2007 à 11h31
0
00613314-photo.jpg
Sans grande surprise, le rachat de business-objects par obtient l'aval européen.

Leader du progiciel devant l'américain Oracle, l'allemand SAP a annoncé début octobre 2007 son intention d'acquérir l'éditeur franco-américain Business Objects, numéro un mondial des solutions décisionnelles, pour la somme de 4,8 milliards d'euros.

Ce rachat témoigne du mouvement de concentration du marché des outils de Business Intelligence (BI) au profit des généralistes de l'informatique de gestion. D'après Bruxelles, cette nouvelle acquisition dans le domaine, « n'entravera pas de façon significative l'exercice d'une concurrence effective dans l'Espace économique européen ». En outre, l'entité issue de la concentration restera confrontée à plusieurs concurrents puissants.

SAP entend rester compétitif sur le segment porteur de l'informatique décisionnelle (recherche, analyse de données, gestion de la performance) face à ses principaux rivaux américains : Oracle, qui a fait l'acquisition au printemps d'Hyperion pour la somme de 3,3 milliards de dollars, , qui a lancé le 12 novembre une offre publique d'achat à 5 milliards de dollars US sur Cognos, rival canadien de Business Objects, et, dans une moindre mesure, Microsoft.
Modifié le 18/09/2018 à 14h33
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
scroll top