Bibliothèque numérique : la BNF veut avancer

Par
Le 14 novembre 2007
 0
00e6000000665298-photo-capture-gallica2-bnf.jpg
Avec environ 90.000 documents en ligne, le projet Gallica ne permettait qu'un maigre aperçu des ressources que recèle la Bibliothèque nationale de France (BNF). La deuxième étape du projet, surnommée Gallica2, devrait cependant considérablement enrichir les fonds disponibles puisqu'il est question de numériser 300.000 ouvrages supplémentaires d'ici 2010. Les premiers, accessibles en mode texte et non sous forme d'images, devraient faire leur apparition sur le site Gallica2 dès le début de l'année prochaine. 26 millions d'euros alimenteront ce projet financé par le gouvernement sur les trois ans à venir.

L'objectif n'est pas simplement de donner accès à ces données, livres ou journaux, mais également d'en assurer la conservation. « La BNF est désormais dans une phase de numérisation de masse et la question de la pérennité des données devient cruciale. Nous devons constituer un entrepôt numérique intelligent, un système de conservation qui garantit leur pérennité, y compris en fonction des changements de formats », explique Bruno Racine, président de la BNF succédant à Jean Noël Jeanneney, à l'AFP.

L'organisation des données se fera au sein d'un système baptisé Spar (Système de préservation et d'archivage réparti), « véritable magasin numérique » au sein duquel d'autres bibliothèques pourront participer au projet.

La BNF indique par ailleurs avoir passé un accord avec le Syndicat national de l'édition visant à établir le cadre dans lequel elle pourra numériser et proposer l'accès à des oeuvres soumises au droit d'auteur. Cruciale, la question avait valu de nombreuses remontrances à Google lors du lancement du projet Google Book Search (anciennement Google Print). « S'il y a une approche commune dans ce domaine, c'est la garantie que la chaîne du livre est préservée au niveau européen », commente Bruno Racine.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top