Oracle ne veut pas payer 8,2 Mds $ pour acquérir BEA

0
00621004-photo.jpg
BEA Systems, éditeur américain de logiciels d'infrastructure, a déclaré jeudi accepter d'être racheté pour 8,2 milliards de dollars, soit 21 dollars par action, au lieu des 6,6 milliards de dollars, 17 dollars par action, proposés par Oracle le 12 octobre dernier.

Le spécialiste des bases de données et du progiciel a rejeté l'offre arguant que ce montant est « beaucoup trop élevé ». « Personne ne considèrerait sérieusement de payer ce type de montant pour un éditeur de logiciels dont les ventes de nouvelles licences diminuent », a déclaré Charles Phillips, dans une lettre destinée au conseil d'administration de BEA.

La direction d'Oracle maintient son offre à 6,6 milliards de dollars, soit le double du montant alloué au rachat d'Hyperion (décisionnel) au printemps dernier. Faute d'accord obtenu avec BEA d'ici dimanche 28 octobre 2007, la société a déclaré qu'elle envisagerait d'autres acquisitions potentielles. BEA, de son côté, a réaffimé « que l'offre non sollicitée d'Oracle à 17 dollars par action sous-évalue BEA » et, par conséquent, ne répond pas à l'intérêt de ses actionnaires.

Oracle va-t-il renoncer au rachat de BEA, rachat qui lui permettrait d'élargir son champ d'action dans le middleware (logiciels servant d'intermédiaire entre applications et réseaux) ? Sur ce marché, Oracle entre en concurrence avec de puissants acteurs tels que , Microsoft et (JBoss).
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page