Google prêt à réduire la conservation des données

Alexandre Laurent
12 juin 2007 à 16h06
0
00426254-photo-europe-num-rique-2.jpg
Le 9 juin dernier, l'organisation Privacy International décernait à Google la dernière place d'un classement préliminaire sur « la confidentialité et les services Internet », estimant que le numéro un mondial des moteurs de recherche avait adopté une approche « hostile » vis à vis de la protection des données personnelles. Après avoir déclaré publiquement que la vie privée des utilisateurs de ses services était parfaitement respectée, Google vient d'expliquer qu'il était prêt à réduire le délai de conservation des données à 18 mois.

Objectif : se soustraire aux pressions de plus en plus insistantes émanant des régulateurs européens ainsi que de différents groupes soucieux du respect des droits individuels sur Internet. Le « groupe 29 », ou « groupe de l'article 29 » de la la directive 95/46/CE, organe consultatif européen indépendant sur la protection des données et de la vie privée a par exemple émis le 16 mai dernier une lettre ouverte dans laquelle il expliquait à Google qu'une société américaine n'avait pas à se soustraire aux règles européennes et lui intimait de clarifier sa politique en matière de protection de la vie privée des internautes.

Peter Fleischer, conseiller Google pour les questions relatives à la vie privée, explique que la conservation des données est nécessaire, pour diverses raisons. Ces informations permettraient par exemple à la firme d'améliorer ses algorithmes de recherche, de défendre ses systèmes informatiques, de combattre la fraude au clic ou le spam ainsi que de protéger ses utilisateurs contre le phishing, ou de répondre aux exigences légales en matière de conservation des données.

Bien que Google arrive en dernière place du classement de Privacy International, la concurrence n'est pas en reste puisque ! et AOL feraient peser une « menace potentielle » sur la confidentialité, tandis que Facebook se montrerait laxiste ou que la politique de Microsoft présenterait des zones d'ombres. En mars 2007, Google s'était engagé à réduire la conservation des données permettant d'identifier les internautes à un délai compris entre 18 et 24 mois. Il serait donc maintenant question de descendre à 18 mois.

« Nous pensons que nous pouvons toujours répondre à nos besoins en matière de sécurité, d'innovation et de lutte contre la fraude avec une telle période. Toutefois, nous devons préciser que les futures lois sur la rétention des données pourraient nous obliger à revenir à 24 mois de conservation », précise Peter Fleischer.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

StopCovid : voici à quoi ressemble l'application, captures d'écran à l'appui
Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Premier vol habité de Crew Dragon : un décollage historique réussi, à revoir en replay !
Windows 10 mise à jour de mai 2020 : demandez la liste des bug déjà connus !
Voiture électrique : un nouveau barème pour le bonus écologique et la prime à la conversion
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
StopCovid : l'Assemblée nationale adopte officiellement l'application, qui sera disponible dès ce week-end
Porsche va devoir limiter les ventes de la Taycan pour réussir à contenter les clients
Un supercalculateur a simulé l'impact qui aurait fait disparaître les dinosaures
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
scroll top