En direct des USA : lancement de Facebook F8

01 juin 2018 à 15h36
0
00FA000000507335-photo-facebook-f8.jpg
Voici, comme chaque semaine un nouveau mini-reportage en direct des Etats-Unis, réalisé grâce à notre nouveau correspondant permanent sur place : Erwan. Présent au centre de la « fameuse » Silicon Valley, Erwan nous propose de découvrir les coulisses de ce lieu incontournable pour les fanas d'informatique et de nouvelles technologies !

Ce jeudi 24 mai, le réseau social Facebook a convié les développeurs de la région à un “hackathon” (session de programmation intensive) pour annoncer sa nouvelle plateforme au nom de code F8. Après une présentation d'environ une heure par Mark Zuckerberg (le jeune PDG de Facebook), les présentations se sont faites plus techniques et les développeurs ont été invités à créer des applications pour le réseau social Facebook.

L'événement était sur invitation seulement et c'est en tant que développeur que j'ai eu l'occasion de m'y rendre. Ari, un ami qui a fait son stage de master de Stanford chez Flock est l'un des cerveaux qui se trouvent derrière cette nouvelle plateforme de Facebook.

Facebook, le réseau social des étudiants

Ayant démarré Facebook dans son dortoire de Harvard, Mark Zuckerberg est à 23 ans à la tête d'un des plus grands réseaux sociaux du monde : plus de 50 millions d'utilisateurs. Il arrive en 5ème place des sites les plus visités des États-Unis, devant Ebay (site de ventes au enchères) et sur le point de détrôner Google de la 4ème place.

Comme Friendster ou MySpace, Facebook est un site de réseau social (SNS). Chacun y gère une page personnelle (son profile), une liste d'amis, et peut ensuite publier divers type de contenus qui peuvent être publics ou réservés à ses amis : photos, blogs, événements...

00FA000000507332-photo-facebook-f8.jpg
00FA000000507333-photo-facebook-f8.jpg


S'étant appuyé sur les universités américaines et les étudiants pour se construire une base d'utilisateurs, Facebook s'est récemment ouvert à un public plus large et compte aujourd'hui plus de la moitié de ses membres en dehors des universités. Le réseau s'ouvre également vers l'international avec de nombreux membres au Canada et en Grande-Bretagne ; étant en anglais uniquement, il est cependant encore peu utilisé en France.

“La plateforme sociale”

La plateforme annoncée cette semaine permet à tous les développeurs extérieurs à Facebook d'ajouter de nouvelles applications, de nouvelles fonctionnalités au réseau social. De la même façon que Facebook propose un service de photos, d'invitation, de groupes, n'importe qui peut maintenant créer ce type d'application en tirant parti du réseau social existant sur Facebook. Alors que monter un nouveau service indépendant nécessite que chaque utilisateur : (1) crée un compte (2) encourage ses amis à créer un compte eux-aussi et (3) re-crée son réseau sur le nouveau service, une application au sein de Facebook permet aux utilisateurs d'utiliser le même compte et surtout le même réseau d'amis déjà prêt.

Par exemple, un site web proposant un catalogue de restaurants avec des critiques d'utilisateurs serait utile. Un catalogue de restaurants avec des critiques de mes amis est encore mieux, parce que les critiques viennent de personnes en qui j'ai confiance et dont je connais les goûts. Ainsi, si je cherche un restaurant, je peux regarder parmi ceux qui sont les plus populaires parmi mes amis. Un tel site n'a d'intérêt que s'il a suffisamment d'utilisateurs (et en particulier, si beaucoup de mes vrais amis y sont), donc s'appuyer sur le réseau social de Facebook facilite grandement la tâche.

00FA000000507334-photo-facebook-f8.jpg
00FA000000507336-photo-facebook-f8.jpg


Facebook a donc l'ambition de devenir le terrain sur lequel naîtrons les prochaines applications sociales. Pour cela, alors que la plupart des services limitent l'utilisation commerciale de leurs API, Facebook encourage les utilisations commerciales de leur service. Concrètement, cela signifie qu'il est parfaitement légal de mettre un encart publicitaire dans une application, et de toucher 100% des ces revenus publicitaires. Facebook propose même un système de payement en ligne pour le e-commerce ou les services à abonnement.

De son côté, le concurrent MySpace (News Corporation, du controversé Rupert Mordoch) à une politique bien plus dure où toute utilisation commerciale de leur service est proscrit, et de nombreuses entreprises ont littéralement été étouffées pour avoir violé cette règle.

Les premières applications

À 18h00, après les présentations techniques expliquant les rudiments du développement d'applications Facebook, les développeurs ont commencé à faire chauffer les Claviers. Pour encourager les développeurs, Facebook avait aménagé un espace avec fauteuils, canapés, boissons, snacks, Xbox 360 ... Et champagne à la fin de la soirée. Les applications utilisables à 23h00 entraient dans un concours : l'équipe qui aura le plus d'utilisateurs dans un mois gagne un tour en avion avec loopings.

Voici quelques exemples des applications qui ont vu le jour au cours de la nuit :
  • PicNik : pour modifier vos photos Facebook ou Flickr directement, en ligne.
  • Drink : pour garder une liste de vos boissons favorites, et regardez ce que vos amis boivent.
  • Flixster : pour commenter les films à l'écran, et bien sûr lisez les critiques de vos amis.

Quelques applications développées par Facebook en guise d'exemples :
  • Footprint : permet de laisser des “traces de pas” sur le profil de vos amis pour montrer que vous êtes passé par là.
  • Video : pour enregistrer directement des vidéos et les attacher aux messages que vous envoyez.

Bien sûr, la plupart des développeurs présents étaient des professionnels ayant pour but d'intégrer leur service déjà existant à Facebook. Les applications sont donc plus ou moins des widgets comme on peut en trouver sur Google iG ou Webwag. L'objectif est donc souvent d'attirer des utilisateurs vers un autre service, avec assez peu d'utilisation du réseau social lui-même. On peut espérer qu'un nouveau type de développeurs se tourne vers la plateforme maintenant qu'elle est publique : le développeur indépendant, qui crée non pas pour soutenir son entreprise ou son projet lucratif, mais simplement pour dans le but de créer quelque chose d'utile, d'amusant et de nouveau.

00FA000000507337-photo-facebook-f8.jpg
00FA000000507338-photo-facebook-f8.jpg


L'ambition de Facebook est grande : Mark Zuckerberg la présente comme “la plateforme sociale” après “la plate-forme desktop” des années 80-90 et “la plateforme web” des années 90-2000. Si j'ai des doutes sur la capacité à Facebook de s'imposer comme la plateforme de facto pour les applications sociales, c'est définitivement un nouveau terrain qui s'ouvre et qui donnera certainement naissances à des applications novatrices.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

France Télécom examine les offres d'acquisition d'Orange Pays-Bas
Les récifs sont mortels dans  Dead Reefs
12,7 millions de Français surfent à haut débit
Alimentations : OCZ rachète PC Power & Cooling
Un nouveau design pour Windows Live Messenger 8.5
Réalisez des économies d'énergie avec la logithèque
Quoi de neuf en jeux vidéo ce samedi ?
Dialog : Windows Mobile 6 et VOD gratuite sur Allociné
  Tomb Raider Anniversary  en démo jouable
A Cannes, l'audiovisuel européen s'affirme 'sans frontières'
Haut de page