MySpace coopère avec la justice des Etats-Unis

Ariane Beky
22 mai 2007 à 14h45
0
00504489-photo.jpg
MySpace a finalement accepté de révéler à la justice américaine l'identité d'utilisateurs de sa plate-forme condamnés pour agression sexuelle. Cette décision met fin à un bras de fer qui opposait le réseau social détenu par News Corp. aux procureurs généraux (attorneys) de huit Etats américains.

MySpace avait refusé de divulguer ces données, arguant que la loi le lui interdisait. Sous la pression, le site Internet et les procureurs sont tombés d'accord sur un moyen « légal » de révéler ces informations. Ces données devraient être utilisées dans le cadre d'enquêtes, de procédures de libération conditionnelle ou de mise à l'épreuve, a indiqué Mike Angus, juriste chez Fox Interactive (News Corp.), lundi 21 mai 2007.

Par ailleurs, MySpace utilise, depuis peu, une base répertoriant les délinquants sexuels fichés pour contrôler et filtrer les profils de ses utilisateurs. Sur plus de 135 millions de membres enregistrés à travers le monde, près de 7000 profils auraient été identifiés comme suspects avant d'être supprimés.
Modifié le 20/09/2018 à 15h51

Soyez toujours courtois dans vos commentaires et respectez le réglement de la communauté.

0
0

Actualités récentes

Rocket League entamera sa saison 2 le 9 décembre avec de nouvelles arènes, personnalisations et musiques
Nouvelle baisse de prix sur la carte mémoire SanDisk Extreme 128 Go + adaptateur SD
Offrez une liseuse pour Noël : la Kindle Paperwhite est à moins de 100€ sur Amazon
Le télescope australien ASKAP a cartographié 3 millions de galaxies en 300 heures
C'est le Black Friday chez Norton ! La solution Norton 360 Deluxe à prix choc
Idée cadeau de Noël : cette enceinte Bose SoundLink Mini II à -40 % chez Darty
Les meilleurs bons plans high-tech du Black Friday chez Amazon et Cdiscount
La barre de son Samsung Harman Kardon HW-Q70T à prix fou pour le Black Friday
La Smart TV Samsung Incurvé LED 4K UHD 49 pouces à prix cassé pour le Black Friday
Airbnb : une valorisation évoquée à 35 milliards, est-ce bien raisonnable ?
Haut de page