Soupçon de machisme dans le capital risque européen

01 juin 2018 à 15h36
0
00C8000000458183-photo-library-house.jpg
Machisme 2.0. Selon une étude menée par la société d'étude Library House (www.libraryhouse.net),, plus de 95 % des PDG des sociétés soutenues par le capital risque sont des hommes et cette proportion aurait même atteint 97% pour les investissement réalisées pendant la seule année 2006.

Pourtant, les données collectées par Library House tendent à démontrer que les femmes ne déméritent pas en générant plus de revenus ( 12,5 millions d'euros contre 11 millions pour les sociétés dirigées par des hommes.) tout en utilisant moins de capitaux. (9 millions d'euros de capital engagé contre 14 millions dans les sociétés dirigées par des hommes.)

« Si les femmes obtiennent de si bons résultats, pourquoi sont-elles si peu présentes aux fonctions les plus hautes en Europe ? Les politiques gouvernementales visant à freiner les barrières rencontrées par les femmes dans leur vie professionnelle n'apporte pas clairement de résultats dans la plupart des futures sociétés innovantes d'Europe. Il reste encore beaucoup à faire » commente Doug Richard, président de Library House.

Reste à savoir si, quelques années après le vote d'une loi sur la parité homme / femme en politique, l'étude de Library House poussera l'industrie du capital risque à changer ses pratiques en accompagnant plus fréquemment les femmes porteur de projet.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

[Vidéo] Fanny Bouton présente sa soirée pour geeks : Fanny's Party
Capgemini se dote d'un pôle décisonnel (BI)
Défragmentation : O&O et Diskeeper passent à Vista
Amazon se lancera dans la musique en ligne sans DRM
Intel Blue Dolphin: des portables sans ventilation
Réalisez vos premiers panoramas avec Clubic
Symbian reste le premier système d'exploitation pour smartphones
BSA : - 2% pour le piratage en entreprise en France
Mises à jour : Skype (Mac), Winamp, Yamipod, IE7Pro
Brevets : Alcatel-Lucent veut faire payer Microsoft
Haut de page