Ca ne grésille plus sur la VoIP

Par
Le 19 décembre 2006
 0
00426553-photo-jean-louis-marty.jpg
Jean-Louis Marty


Tribune libre de Jean-Louis Marty, Directeur Général de Compuware France, sur les problématiques de VoIP.

La téléphonie existe depuis plus de cinquante ans. Elle fonctionne bien et les utilisateurs, qui n'ont que faire du mode de transport de leur voix, auraient du mal à comprendre une dégradation du service sous prétexte de passer à la VOIP. Il y a encore quelques années, les technologies n'étaient pas suffisamment matures pour garantir un niveau de service équivalent sur le réseau IP. Aujourd'hui, ce n'est clairement plus le cas, la réussite d'un projet VOIP dépendant avant tout de la bonne gestion de ces nouveaux flux par les directions informatiques.

Partir d'un état de l'existant

La VOIP entre en effet dans une nouvelle catégorie de projets à laquelle les directions informatiques ne sont pas habituées. Jusqu'alors, elles n'avaient pas à gérer les appels téléphoniques, ces derniers transitant sur un réseau spécifique maintenu par des équipements et des équipes dédiés. La convergence des flux applicatifs et téléphonique vers un seul réseau entraîne forcément une surcharge de trafic qu'il faut maitriser avec des mesures préalables. Tout projet VOIP doit donc débuter par un état des lieux préalable du réseau de l'entreprise, une mesure précise de la consommation de la bande passante, des éventuels pics, etc. Il suffit ensuite de s'appuyer sur cette cartographie établie à l'aide de sondes réseau et sur ses précédents relevés téléphoniques pour avoir une idée très précise de la bande passante nécessaire pour offrir une qualité de service téléphonique optimale en IP sans pour autant détériorer les temps de réponse des applications.

Préférer le pilote à l'approche big-bang

Comme souvent en informatique, l'approche big-bang en VOIP est rarement la meilleure solution. Une fois les mesures et analyses effectuées, il est toujours préférable de procéder par étape en choisissant un site pilote qui va permettre à l'entreprise de vérifier la qualité de service de la téléphonie IP. Le choix du site est important : il doit être représentatif des usages de l'entreprise. Là encore, des outils de mesure sont essentiels afin de jauger la qualité de service offerte aux utilisateurs de façon aussi précise et objective que possible. Il arrive en effet que la VOIP transforme la voix, perturbe les utilisateurs, leur ressenti n'étant alors plus objectif. Armée de ses mesures et du diagnostique effectué sur le site pilote, l'entreprise peut alors étendre son projet VOIP à l'ensemble de ses collaborateurs en toute confiance, la voix ne grésillera pas dans le téléphone !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top