Bernard Girard : "Le modèle Google n'est pas transposable en France"

Par Ariane Beky
le 07 décembre 2006 à 00h00
0

Consultant, auteur du livre "Une révolution du management : le modèle Google", aux éditions MM2, Bernard Girard résume les atouts et les limites du modèle.

Consultant, auteur du livre "Une révolution du management : le modèle Google", aux éditions MM2, Bernard Girard résume les atouts et les limites du modèle.

AB - Bernard Girard bonjour. En quoi le modèle de management pratiqué par Google est-il révolutionnaire ?

BG - Révolutionnaire, le management de Google l'est en ce qu'il prend le contre-pied de beaucoup d'idées reçues des spécialistes.

On pourrait citer le choix du triumvirat pour diriger l'entreprise mais aussi les méthodes de recrutement, l'organisation en petites équipes avec une hiérarchie très légère, la gestion des innovations ou encore les relations avec les clients.

La relation avec la clientèle est particulièrement intéressante à analyser : Google a su mettre au point un dispositif qui automatise complètement la relation commerciale, ce qui lui permet de réduire le coût de l'action commerciale et donc de toucher des clients qu'aucune entreprise ne serait allée chercher.

Une grande part du succès de Google vient de sa capacité à offrir des services de publicité à des petits annonceurs que personne n'aurait imaginé solliciter.

AB - Ce modèle d'organisation est-il transposable en France ?

BG - Ce modèle n'est probablement pas transposable tel que, que ce soit en France ou ailleurs. Néanmoins, si on y voit une boite à outils, alors de nombreux outils peuvent être transposés en France dans les grandes entreprises mais aussi, et surtout, dans les entreprises en forte croissance.

Ces solutions peuvent d'ailleurs, et c'est ce qui en fait l'intérêt, être appliquées dans les métiers les plus divers. Plusieurs entreprises pratiquent déjà, d'ailleurs, certaines des solutions que les collaborateurs de Google ont mis au point, comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, sans le savoir.

Je pense, notamment, à un restaurateur de la région de Toulouse qui demande à ses collaborateurs d'inventer chaque mois un nouveau plat. Ces différents plats sont testés par l'ensemble de l'équipe (les cuisiniers que le patron appelle "collègues"), les meilleurs sont ensuite proposés aux clients dans un menu expérimental.

Il s'agit de cuisine, mais on est très proche de deux idées développées par Google : donner à chacun l'occasion de développer ses propres projets et demander aux collègues, aux pairs, de juger de la qualité de ce qui est proposé.

AB - Pensez-vous que Free, filiale Internet du groupe , s'en rapproche ?

BG - Je ne connais pas suffisamment cette entreprise pour vous répondre.

AB - Chez Google, l'activité publicitaire et la fourniture de solutions à la demande (Apps for Your Domain, Docs & SpreadSheets...) prennent-elles le pas sur la recherche web, comme le suggère Sarah Milstein, co-auteur de "Google: The Missing Manual" ?

BG - La recherche sur le web est le coeur de Google, ce qui unit toutes ses activités. 80% des efforts de la société y sont consacrés et je ne crois pas qu'il soit question de revenir dessus. Lever le pied sur ce métier de base serait une erreur alors qu'il y a tant à faire, ne serait-ce que pour conquérir les marchés de l'information dans les entreprises, aujourd'hui à peine effleurés.

AB - Selon vous, quels obstacles devra franchir Google ces prochaines années pour rester la référence de l'Internet ?

BG - Les obstacles seront multiples, certains internes, d'autres externes.

Les obstacles externes sont connus : résistance des Etats à la domination d'une entreprise d'origine américaine, inquiétude des utilisateurs pour la protection de leurs données privées, résistance des détenteurs de droit de propriété intellectuelle, développement de la fraude qui freine le développement de la publicité, concurrence d'acteurs puissants comme Microsoft ou de nouveaux acteurs.

Les obstacles internes ne sont pas moins nombreux. Il y a tous les obstacles que peut créer une croissance très rapide, une dégradation des principes qui leur ont permis d'avancer aussi rapidement (la bureaucratisation de l'entreprise pourrait être l'un de ces obstacles), les limites des solutions qui leur ont jusqu'à présent permis de si bien réussir.

Pour ne prendre qu'un exemple : les méthodes mises en oeuvre dans l'innovation leur a permis de multiplier les nouveautés, mais trop de nouveautés peut rendre l'offre illisible, complexe.

Pour conclure, je dirai que le premier de ces obstacles pourrait être l'arrogance d'individus qui, éblouis par leur succès, oublieraient que les concurrents restent rarement les deux pieds dans le même sabot.

AB - Bernard Girard, je vous remercie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
Contre toute attente, Samsung travaillerait sur deux smartphones pliables supplémentaires
Tesla dévoile Robotaxi, son service de voitures autonomes en autopartage
Projet Wing : Google obtient l’autorisation de faire voler ses drones de livraison aux US
Accusé à tort par la reconnaissance faciale, un étudiant réclame 1 milliard à Apple
Renault dévoile un concept du nouveau Kangoo Z.E.
Freebox Delta : le fair-use enfin activé
Présidentielles de 2020 : la Virginie-Occidentale veut autoriser les votes via blockchain
Les véhicules électriques sont-ils vraiment plus polluants que les voitures essence ?
🎯 French Days 2019 : les meilleures offres, promos et réductions chaque jour !
Oppo : Suivez avec nous et en direct l’annonce et le lancement du nouveau flagship, Reno !
Les bots malveillants représentent plus de 20% du trafic web
scroll top