L'UMP consacre 10.000 euros par mois à l'achat de mots clés

0
L'UMP consacre environ "10.000 euros chaque mois dans l'achat de mots-clés", a indiqué sur LCI Thierry Solere, co-responsable de la stratégie Internet du parti.

L'UMP consacre "à peu près 10.000 euros chaque mois dans l'achat de mots-clés", a indiqué Thierry Solere, lors de "Question d'actu" diffusée sur LCI le 23 novembre 2006.

Maire adjoint de Boulogne-Billancourt et conseiller général des Hauts-de-Seine, Thierry Solere a également été nommé à la commission exécutive de l'UMP où il est chargé, au côté de Claude Malhuret, maire de Vichy (Allier), de la stratégie Internet.

L'an dernier, le parti dirigé par Nicolas Sarkozy a mené une opération de pré-campagne par e-mail et par SMS. En plus d'avoir fait couler beaucoup d'encre, cette opération a permis à l'UMP de recueillir "plus de 16.000 adhésions" en 2005, selon M. Sarkozy.

Par ailleurs, fin octobre de la même année, lors des émeutes en banlieue, l'UMP a fait sensation en achetant des mots-clés sur Google pour faire passer son message. L'UMP a été suivie, avec retard, par le PS.

Aujourd'hui, l'UMP reste le parti le plus affuté en matière de marketing politique. Outre ses campagnes ciblées par le biais de liens sponsorisés et de l'e-mail, l'Union a adopté podcasts, P2P et s'appuie sur les blogueurs "influents", Loïc Le Meur parmi d'autres, pour communiquer, comme le font les partis républicain et démocrate aux Etats-Unis.

"Une partie de la population française s'informe quasi-exclusivement via Internet, nous voulons toucher ces internautes et créer une dynamique", a indiqué Thierry Solere, en septembre dernier, dans les colonnes du Financial Times.

Mais tout n'est pas permis : Lors de son intervention jeudi soir sur LCI, M. Solere a signalé que l'UMP se conformerait à la recommandation récente du Forum des droits sur l'internet (FDI) en faveur d'une web campagne éthique.

Dans sa recommandation, présentée quelques jours après celle de la CNIL sur la prospection politique par e-mail, le FDI invite les partis à ne pas utiliser la publicité en ligne pour promouvoir un candidat et son programme lors de la "prohibition".

Par conséquent, l'UMP ne devrait pas proposer de publicité en ligne du 1er janvier 2007 aux résultats de l'élection, en mai prochain.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page