FTTB : Erenis se développe en indépendant à Paris

Par
Le 09 novembre 2006
 0

Erenis, opérateur 'fibre optique' parisien, compte étendre son réseau fibre jusqu'au bâtiment (FTTB) à plus de 500.000 logements à l'horizon 2010.

Erenis, opérateur 'fibre optique' parisien, compte étendre son réseau fibre jusqu'au bâtiment (FTTB) à plus de 500.000 logements à l'horizon 2010.

Alors que CitéFibre a été racheté le mois dernier par Free, Erenis, opérateur 'fibre optique/xDSL' parisien, poursuit "en indépendant" son développement.

En trois années, l'opérateur a déployé l'ossature de son réseau, 100 points de présence optiques répartis dans 13 des 20 arrondissements de Paris. Erenis affirme aujourd'hui être en mesure de procéder au raccordement des immeubles avoisinant (FTTB - Fiber to the Building) "pour les habitants ou les professionnels qui le demandent."

En théorie, plus de 150.000 logements parisiens dont 50.400 immédiatement et 100.000 "sous trois mois" peuvent bénéficier de l'accès à très haut débit fourni par Erenis (Internet jusqu'à 60 Mb/s, TV et téléphonie pour 29,90€/mois pendant un an, puis 34,90€/mois).

Dans la pratique, à ce jour, "1.500 immeubles représentant 40.000 logements à Paris et en première couronne sont connectés au réseau d'Erenis et 7.500 clients sont raccordés."

C'est peu par rapport à l'investissement que demande un déploiement fibre mais cela reste nettement supérieur aux 500 clients de CitéFibre (FTTH). Trop faible pour s'en sortir seul, l'opérateur né en 2004 a été racheté le mois dernier par 15, maison mère de Free.

Face à l'arrivée prochaine de nouveaux entrants, Erenis, titulaire du label PARVI (Paris Ville Numérique) doit assurer son développement dans la capitale française.

Dans un communiqué daté du 8 novembre 2006, Erenis précise ses objectifs : toucher plus de 15.000 clients avant la fin mars 2007 et étendre son réseau à plus de 500.000 logements parisiens raccordés à l'horizon 2010.

Créée en 2002 par Frédéric Boutissou et Yan Tamalet, la société Erenis a bouclé en février dernier un troisième tour de table (22,5 millions d'euros) auprès d'Iris Capital, Crédit Agricole Private Equity, AGF Private Equity et Net-Partners. En juin dernier, la Caisse des dépôts a rejoint à son tour le capital d'Erenis en investissant 4 millions d'euros.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top