VoIP et dégroupage dynamisent les télécoms français

02 novembre 2006 à 00h00
0
Au 2nd trimestre 2006, Net, téléphonie fixe et mobile ont représenté 80% de la valeur du marché français des télécoms, soit 7,9 milliards d'euros, selon l'Arcep

Sans surprise, le haut débit et la téléphonie mobile ont "boosté" le marché français des services télécoms au second trimestre 2006.

D'après l'observatoire des marchés télécoms rendu public mardi par l'Arcep, les trois principaux segments (fixe, mobile, Internet) représentent 80% de la valeur du marché global, soit 7,9 milliards d'euros (+2,3% par rapport au deuxième trimestre 2005.)

Concernant la téléphonie fixe : le volume de communications a progressé de 0,5% sur un an, soit une stabilisation. Depuis le début 2005, le volume de trafic au départ du fixe se stabilise, alors qu'il baissait à un rythme de 4% par an auparavant.

Le fixe se maintient grâce à l'IP (Internet Protocol). Si le volume de trafic via RTC (réseau téléphonique commuté) a baissé de 10,2% sur un an, il a progressé de 17% pour l'IP.

Ce dernier a également stimulé la consommation des clients. Ainsi, d'avril à juin 2006, la VoIP (Voix sur IP) a représenté 13% des abonnements fixes (4,8 millions désormais alors que le nombre d'abonnements téléphoniques par RTC a perdu 1 million de fidèles).

Par ailleurs, fin juin 2006, 3,4 millions de lignes étaient dégroupées, dont 1,2 million totalement (dans ce cas le client n'a plus a payé d'abonnement fixe principal auprès de France Télécom).

Enfin, plus de 11,1 millions de foyers en France sont abonnés à l'Internet haut débit dont 10,5 millions par ADSL (+3 million sur un an). Cette technologie d'accès "porte en grande partie la croissance du haut débit" dans le pays (+40,5% sur un an).

Globalement, les revenus de l'Internet, s'élèvent à 917 millions d'euros au second trimestre (+21,9%), dont 83% générés par le haut débit, le reste est lié aux services des prestataires : hébergement de sites, publicité, en ligne, etc. Dans ce contexte, le bas débit (RTC) poursuit son déclin annuel, -36% en valeur, -29,6% pour les abonnements.

Du côté de la téléphonie mobile, la France comptait 49 millions de clients fin juin 2006 (+8,1% sur un an). Le volume de trafic a augmenté de 15,5% sur un an. Le trafic mensuel moyen d'un client 'mobile' en France est désormais de 2h40. En revanche, la croissance des revenus (hors services avancés) marque le pas : +4,7% au second trimestre 2006 (+6,1% au premier) à 4,1 milliards d'euros. Quant à la facture moyenne par client (28,30 €/mois), elle a baissé de 3,2% sur un an.

Enfin, l'ouverture du marché français des renseignements téléphoniques en avril dernier (fin du '12' au profit des 118 xyz) a eu "un impact négatif" sur les revenus du secteur (-21% sur un trimestre) et sur le nombre d'appels, 41 M au second trimestre, contre 53 M au premier.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page