Universal rêve d'une taxe sur les baladeurs iPod

Par Alex
le 29 novembre 2006
 0
devra-t-il bientôt s'acquitter d'une redevance auprès des maisons de disque qui en feront la demande ? Début novembre, Microsoft annonçait son intention de reverser environ un dollars sur chaque baladeur Zune vendu à Universal Music, afin de négocier auprès de la maison de disques un accès étendu à son catalogue. Doug Morris, PDG d'Universal, a déclaré cette semaine qu'il conclurait volontiers un accord similaire avec Apple.

« Ce serait une bonne idée. Nous sommes en train de préparer les négociations à ce sujet. Je ne vois pourquoi nous ne le ferions pas... mais peut-être pas de la même façon », a répondu mardi Doug Morris lors du Reuters Media Summit au journaliste qui lui demandait si Universal envisageait de mettre en place des accords similaires à celui qui concerne le Zune avec d'autres fabricants.

Universal estime que les capacités importantes dont disposent les baladeurs modernes ne servent pas les intérêts de l'industrie de la musique puisque les consommateurs en profitent surtout pour stocker des morceaux qu'ils n'ont pas achetés. Sur un modèle similaire à celui de la redevance sur la copie privée appliquée en France, les maisons de disque se verraient donc bien manger aux deux râteliers : taxer les fabricants sur les ventes de baladeurs, et faire payer la musique au consommateur final en luttant contre le piratage des oeuvres qu'elles défendent.

Microsoft, qui entre tout juste sur le marché de la musique en ligne, a jeté un pavé dans la mare en acceptant de signer un tel accord avec Universal. La firme de Redmond place ainsi son principal concurrent, Apple, dans une situation embarrassante. Les maisons de disque, pour qui ce type d'accord est particulièrement lucratif, pourraient être tentées de subordonner l'accès à leurs catalogues à de telles redevances. La pratique se généralisera-t-elle ?

Par ailleurs, Universal a déclaré cette semaine être sur la voie d'une résolution à l'amiable dans le cadre du litige qui l'oppose au géant du réseau social MySpace. Universal réclame 150 000 euros de dommages et intérêts pour chaque morceau diffusé illégalement par les internautes sur les pages de MySpace, estimant que la plateforme est tacitement complice de contrefaçon. « Je pense qu'un accord sera trouvé. Ce serait un terrible procès à perdre pour eux », a affirmé Doug Morris.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

La NASA a découvert le tout premier type de molécule à avoir existé dans l'Univers
Facebook bannit plusieurs grands groupes britanniques d'extrême droite de son réseau social
iPhone 2019 : Apple va muscler son jeu en photo, notamment en autoportrait
Castlevania Anniversary Collection : le 16 mai sur PC, Xbox, PS4 et Nintendo Switch
L'Etat français déploie sa messagerie Tchap... et on a déjà détecté une grosse faille
[MàJ] Cloud computing : les Lyonnais de Hume détaillent leurs tarifs
Deux plaintes déposées contre Apple, qui aurait menti sur ses performances de ventes
Fnac-Darty lance son Appartement du Futur, un lieu immersif et expérientiel au coeur de Paris
La version gratuite de YouTube Music arrive sur Google Home... avec de la pub
Mediapart révèle que l'ancien dirigeant de l'Ecole 42 aurait trempé dans des malversations financières
Le Honor 20i, qui devait être présenté le 21 mai, fuite sur un site de vente
Les puces 5G by Apple ne seront probablement pas une réalité avant plusieurs années
La Tesla Model 3 est la voiture qui se vend le mieux en Norvège, aux Pays-Bas et en Suisse
Lime vous indiquera bientôt si vous êtes trop saoul pour grimper sur une trottinette
scroll top