La DGCCRF aurait mené des perquisitions chez Orange, SFR et Bouygues

Ariane Beky
Publié le 08 août 2003 à 00h00
D'après l'édition de vendredi des Echos, "le gendarme de la concurrence" aurait mené des perquisitions dans les bureaux des trois opérateurs mobiles français.

Le quotidien économique Les Echos signale dans son édition du 8 août 2003, que des équipes de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (www.finances.gouv.fr/DGCCRF/) "ont débarqué la semaine dernière" chez Orange, SFR et Bouygues Telecom.

Dans les bureaux des trois opérateurs français de téléphonie mobile, la DGCCRF aurait mené des perquisitions. Celles-ci pourraient faire suite à une plainte pour "entente illicite" en matière de tarifs sur les communications, plainte qui aurait été déposée par l'organisation de défense des consommateurs UFC-Que Choisir (www.quechoisir.org).

Les Echos envisagent d'autres hypothèses : L'investigation de la DGCCRF pourrait concerner plus particulièrement la tarification des appels fixes vers les mobiles, ou les pratiques concertées entre les trois opérateurs mobiles vis-à-vis de la distribution.

Le quotidien a tenté de joindre les opérateurs au sujet de l'intervention présumée de la Direction générale de la concurrence. La filiale de France Télécom, Orange, et Bouygues Telecom auraient refusé de commenter l'affaire. Seule la direction de SFR (Groupe Cegetel) aurait confirmé "une intervention de la DGCCRF dans le courant de la semaine dernière."

Cette intervention de la DGCCRF serait la première du genre depuis l'avènement de la téléphonie mobile en France.
Ariane Beky
Par Ariane Beky

Aucun résumé disponible

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.