Bah mon canary tu es stressé???

16 décembre 2002 à 00h00
0
Info soumise par strequier: En jouant avec All explorer dans la repertoire windows je tombe sur un prog qui s'appelle stress.exe... Stress? Quoi il y aurait depuis le début de l'aventure SPV de quoi l'affoler et dans la ROM s'il vous plait.

Point du tout, stress est surement le seul

vestige du fabricant HTC dans les entrailles de smartphone 1er. Je le lance donc et un menu apparait facon windows 3.11 griffé canary stress V 1.0 avec au Menu:

Basic test

Modem test

Battery & FL sensor

MasskRom Stress Test

COM port Loop Back Test




De quoi verifier les organes vitaux du petit canary...




Les problèmes sont les suivants:

L'arfichage de ce programme n'est pas adapté au SPV

Pour naviguer il faut aller de gauche a droite et non de haut en bas come le suggère la disposition

Enfin Quelque soit l'option choisie on aboutit a un blocage du canary (trop stressé visiblement)

Obligé de "Vol+" + "Pwr" pour le rebooter.

Certaines otions ayant des noms evidents j'attends vos commentaires sur

"Mais pourquoi un tel programme inutilisable est-il inclut en ROM"?

Par avance Merci.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Marvel Cinematic Universe : le guide complet pour regarder (ou non) les films et séries du MCU dans le bon ordre
E3 2021 : des stands virtuels et d'autres animations dématérialisées au programme
Un revenu universel en crypto-monnaie : douce utopie ou vraie bonne idée ?
PS5 : Sony travaille en ce moment sur plus de 25 exclusivités
Test Sony Bravia XR-55X90J : une alternative intéressante aux téléviseurs OLED ?
FLoC : Brave, DuckDuckGo, GitHub, WordPress… Pourquoi une telle levée de boucliers contre Google ?
PS5 : Sony dévoile deux nouveaux coloris pour la manette DualSense
Cent ans après : la carte de crédit, produit d'une utopie
Test ASRock B560M Steel Legend : parce que le Z590 n'est pas forcément indispensable
Test de Mass Effect Édition Légendaire : une trilogie qui fait toujours son petit effet
Haut de page