Bruxelles soutient l'accès généralisé à la "3G" (UMTS)

Par
Le 12 juin 2002
 0

La Commission européenne a rendu public mercredi un rapport sur les perspectives liées à l'accès généralisé à la téléphonie mobile de 3ème génération (UMTS).

La Commission européenne a rendu public mercredi un rapport sur les perspectives liées à l'accès généralisé à la téléphonie mobile de 3ème génération (UMTS).

La Commission européenne a adopté mercredi une communication sur "l'accès généralisé aux communications mobiles de troisième génération".

Ce document, intégré au plan d'action e-Europe 2005, est publié à une période où les Etats membres, dans leur majorité, ont octroyé des licences 3G (UMTS).

Bien que plusieurs opérateurs aient commencé à mettre en œuvre des réseaux de 3ème génération au sein de l'Union, à l'heure actuelle la 3G n'est pas encore devenue "une réalité commerciale".

Quoiqu'il en soit, "les systèmes sans fil avancés économiquement viables, notamment la 3ème génération, sont indispensables à la réalisation des objectifs fixés par l'UE à Lisbonne en vue de mettre sur pied une économie concurrentielle basée sur les connaissances", souligne Erkki LIIKANEN, commissaire européen chargé des entreprises et de la société de l'information.

Les nouveaux services de transmission de données actuellement mis en place (2,5G - GPRS) constituent "un test important pour de nombreux opérateurs". D'autres ont préféré ne s'intéresser qu'à la téléphonie mobile de 3ème génération (UMTS), et ont annoncé le lancement de leurs premiers services commerciaux pour la fin de l'année 2002.

Bien que "l'environnement financier constitue un grave problème pour l'ensemble du secteur des communications", l'exécutif européen estime "qu'il vaut mieux laisser agir les forces du marché et permettre la mise en place d'un environnement compétitif sain pour promouvoir de nouveaux produits que les consommateurs désireront acheter et utiliser."

Bruxelles n'est donc pas favorable à un changement des conditions d'octroi de licences UMTS.

Néanmoins, la Commission européenne "est disposée à examiner des solutions en vue d'une approche harmonisée avec les Etats membres, responsables de l'octroi des licences, comme elle l'a été en ce qui concerne les conditions applicables au partage des infrastructures réseaux."
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top