Renaud Dutreil et HP France signent une convention d’entreprises

0
Les salariés d'HP France qui ont opté pour un départ volontaire en 2006, vont bénéficier de conditions privilégiées pour créer ou reprendre leur entreprise.

Les ex-salariés d'HP France, futurs créateurs d'entreprises ?

Jeudi 2 février 2006, Renaud DUTREIL, ministre des PME, Patrick Starck, président de HP France, et les acteurs de la création et de la reprise d'entreprises ont signé une convention afin de donner aux salariés d'HP des moyens pour se reconvertir.

Afin d'assurer son développement dans une économie globalisée, le groupe informatique américain a dévoilé l'an dernier un plan drastique : 14.500 suppressions de postes, soit 10% de l'effectif total du groupe, dont 6000 en Europe et 1240 en France d'ici 2008.

Les délégués de la CFTC et de la CFE-CGC, principaux syndicats de HP France, ont négocié avec la direction la révision de l'accord de 1999 sur la réduction du temps de travail afin de sauver près de 250 emplois. Par ailleurs, des départs volontaires sont prévus en 2006 sur 4 sites du groupe en France.

Dans le cadre de la convention d'entreprises signé jeudi au ministère des PME, le personnel concerné par ces départs volontaires pourra bénéficier "de conditions d'accueil, de soutien et de suivi privilégiées, sur chacun des sites via un comité de labellisation des projets."

Les ex-salariés d'HP France, futurs créateurs d'entreprises ?

Jeudi 2 février 2006, Renaud Dutreil, ministre des PME, Patrick Starck, président de HP France, et les acteurs de la création et de la reprise d'entreprises ont signé une convention afin de donner aux salariés d'HP des moyens pour se reconvertir.

Afin d'assurer son développement dans une économie globalisée, le groupe informatique américain a dévoilé l'an dernier un plan drastique : 14.500 suppressions de postes, soit 10% de l'effectif total du groupe, dont 6000 en Europe et 1240 en France d'ici 2008.

Les délégués de la CFTC et de la CFE-CGC, principaux syndicats de HP France, ont négocié avec la direction la révision de l'accord de 1999 sur la réduction du temps de travail afin de sauver près de 250 emplois. Par ailleurs, des départs volontaires sont prévus en 2006 sur 4 sites du groupe en France.

Dans le cadre de la convention d'entreprises signé jeudi au ministère des PME, le personnel concerné par ces départs volontaires pourra bénéficier "de conditions d'accueil, de soutien et de suivi privilégiées, sur chacun des sites via un comité de labellisation des projets."

Outre Messieurs Dutreil et Starck, les représentants de l'Agence pour la création d'entreprises, des Chambres de commerce et d'industrie, des métiers et de l'artisanat, du réseau FIR, des associations et des Banques Populaires ont signé la convention d'entreprises censée redonner espoir au personnel de .
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page