Le recul du piratage de logiciels peut-il servir l’économie française ?

Par
Le 08 décembre 2005
 0

Selon IDC-BSA, une baisse de 10% du piratage entre 2006 et 2009, permettrait de contribuer à hauteur de 13,7 milliards d’euros supplémentaires au PIB français.

Selon IDC-BSA, une baisse de 10% du piratage entre 2006 et 2009, permettrait de contribuer à hauteur de 13,7 milliards d'euros supplémentaires au PIB français.

La réduction du piratage de logiciels a-t-elle un impact positif sur l'économie ?

Une étude réalisée par le cabinet IDC pour le compte de la Business Software Alliance, porte-parole de l'industrie logicielle, met en évidence l'impact d'un éventuel recul du piratage de logiciels sur l'économie française (bsa.org/idcstudy/).

Les résultats de cette étude sont à prendre avec précaution. BSA mène campagne active contre le piratage. Par ailleurs, les "softwares" édités par les membres de l'organisation en France, 107, 2, HP, 17, Intel, Macromedia, Microsoft, 108, etc. sont utilisés quotidiennement par les entreprises (bsa.org/france/).

L'hypothèse d'IDC et de BSA consiste en une baisse de 10 points, de 45% à 35%, du taux de piratage de logiciels en France entre 2006 et 2009.

Selon IDC (idc.com), ce recul du piratage permettrait d'améliorer la croissance du secteur informatique national, croissance qui passerait de 27% à 36% sur la période, portant le poids total de cette industrie à 58 milliards d'euros.

Par ailleurs, l'éventuelle baisse de la contrefaçon de logiciels entraînerait la création de 30.000 nouveaux emplois dans le secteur informatique. Elle permettrait de contribuer à hauteur de 13,7 milliards d'euros supplémentaires au PIB français et, enfin, de générer 4,5 milliards d'euros de recettes fiscales additionnelles.

Pour parvenir à une baisse de 10% du piratage de logiciels sur trois ans, BSA prône l'adaptation des législations nationales sur le droit d'auteur aux obligations fixées par l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI).

La Business Software Alliance est également favorable à l'instauration "de mécanismes solides pour faire respecter la propriété intellectuelle, conformément aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC)."

Enfin, BSA appelle à la coopération internationale en la matière, à l'information et à la sensibilisation du public.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top