SMSI : "Les jeunes sont de véritables partenaires sociaux"

Par
Le 17 novembre 2005
 0

Soutenus par l’UIT, organisatrice du Sommet mondial sur la société de l’information, des jeunes se présentent comme des partenaires du développement numérique.

Soutenus par l'UIT, organisatrice du Sommet mondial sur la société de l'information, des jeunes se présentent comme des partenaires du développement numérique.

Dans un climat tendu, entre éviction de Reporters sans frontières et flou sur la gouvernance de l'Internet, des jeunes font entendre leurs voix au Sommet mondial sur la société de l'information à Tunis.

Diplômés du forum de la jeunesse de l'Union internationale des télécommunications (itu.int/), organisatrice du SMSI, ils se sont prononcés sur le plan d'action censé clôturer positivement l'évènement vendredi 18 novembre 2005.

Ces jeunes installés dans des pays en développement ont pu obtenir de l'UIT une bourse leur permettant de poursuivre et de mener à bien leurs études.

Ceux présents à Tunis ont souligné que les jeunes ne sont pas "des questions d'actualités", mais bien "de véritables partenaires sociaux" en matière de développement, de développement numérique notamment.

Même son de cloche du côté du secrétaire général de l'UIT et du SMSI, Yoshio Utsumi, qui a exhorté les chefs d'Etat et de gouvernement "à placer les technologies de l'information et de la communication au coeur des politiques nationales de développement économique et social".

Les jeunes, de leurs côtés, ont insisté sur le fait que les TIC "visent à promouvoir le développement humain et l'instauration de la paix dans le monde". Idéalistes ?

Plusieurs ont tenté de démontrer que leurs formations ont permis "d'œuvrer à la réalisation de ces deux objectifs dans leurs régions respectives", selon les termes de l'UIT.

Un bémol néanmoins : L'obstacle au développement numérique reste le coût souvent prohibitif des services.

La première phase du SMSI à Genève en décembre 2003 a donné lieu à une déclaration de principes. A Tunis, seconde phase du Sommet, plus de 16.000 délégués de 176 pays, dont une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement, participent à l'élaboration d'un plan d'action sur :

Une société de l'information pour tous, le financement de la lutte contre la fracture numérique, la gouvernance du Net et la manière dont la Toile mondiale peut servir les libertés et la croissance économique.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top