L’UE joue la carte de la libre expression au SMSI

Par Ariane Beky
le 15 novembre 2005
 0

A l’occasion du Sommet mondial sur la société de l’information, l’Union européenne met l’accent sur la libre expression et la lutte contre la fracture numérique

A l'occasion du Sommet mondial sur la société de l'information, l'Union européenne met l'accent sur la libre expression et la lutte contre la fracture numérique

Le Sommet mondial sur la société de l'information à Tunis, les 16, 17 et 18 novembre 2005, est l'occasion pour l'Union européenne de prôner "la liberté d'expression".

A l'heure où plusieurs organisations de défense des droits humains dénoncent la tenue de la phase 2 du SMSI en Tunisie, "l'un des pays les plus fermés à la libre information" selon les termes de Reporters sans frontières, l'UE se veut optimiste.

"J'espère que le Sommet de Tunis marquera une étape importante dans la longue évolution de l'Internet pour atteindre un mode de gouvernance véritablement international", a indiqué Viviane Reding, commissaire européenne chargée de la société de l'information et des médias.

On sait que les Etats-Unis, créateurs du Net et de l'organisme de supervision du Réseau et des noms de domaine, l'ICANN, ne l'entendent pas de cette oreille.

Mais l'Union européenne persiste et signe : "Nous sommes près du but. Nous avons trouvé un compromis sur plus des deux tiers du paquet", affirme Madame Reding.

La gouvernance de l'Internet est un élément clé du SMSI 2005. Au-delà, a précisé la commissaire, "un accord politique montrerait avec force la volonté réelle des démocraties à combler l'inquiétant fossé entre les nantis et les laissés pour compte du monde numérique."

La première phase du SMSI à Genève en décembre 2003 a accouché dans la douleur d'un accord de principes.

La seconde, ouverte mercredi dans la capitale tunisienne, doit donner naissance à un plan d'action sur : La gouvernance de la Toile mondiale, la manière dont le Réseau peut servir les libertés fondamentales et la croissance économique, le financement de la lutte contre la fracture numérique.

Une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernements, ainsi que les représentants d'ONG et de la société civile, sont attendus à ce sommet officiel des Nations Unies.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
Rage 2 ne sera pas un jeu service, mais aura droit à du contenu additionnel gratuit
Luke Wood, CEO de Beats : « Le Powerbeats Pro est le premier produit totalement conçu avec Apple »
Un Huawei Mate 20 X compatible 5G apparaît sur Internet
La NASA a découvert le tout premier type de molécule à avoir existé dans l'Univers
Facebook bannit plusieurs grands groupes britanniques d'extrême droite de son réseau social
iPhone 2019 : Apple va muscler son jeu en photo, notamment en autoportrait
Castlevania Anniversary Collection : le 16 mai sur PC, Xbox, PS4 et Nintendo Switch
L'Etat français déploie sa messagerie Tchap... et on a déjà détecté une grosse faille
[MàJ] Cloud computing : les Lyonnais de Hume détaillent leurs tarifs
Deux plaintes déposées contre Apple, qui aurait menti sur ses performances de ventes
Fnac-Darty lance son Appartement du Futur, un lieu immersif et expérientiel au coeur de Paris
La version gratuite de YouTube Music arrive sur Google Home... avec de la pub
scroll top