Microsoft fait appel au soutien du gouvernement US

Par
Le 14 novembre 2005
 0

Dans le dossier "antitrust" qui l’oppose à Bruxelles, Microsoft mène campagne afin d’obtenir le soutien des autorités politiques et industrielles des Etats-Unis

Dans le dossier "antitrust" qui l'oppose à Bruxelles, Microsoft mène campagne afin d'obtenir le soutien des autorités politiques et industrielles des Etats-Unis

Selon le quotidien britannique The Times, Microsoft mènerait campagne auprès du gouvernement et de sociétés US afin d'obtenir leur soutien dans le dossier "antitrust" qui l'oppose à la Commission européenne.

L'an dernier Bruxelles a condamné l'éditeur américain de logiciels accusé d'abus de position dominante sur le marché des systèmes d'exploitation, à une amende de 497 M€. Microsoft a fait appel et la décision de justice n'est pas attendue avant 2006.

Parallèlement, Microsoft a lancé en août 2005 sa propre procédure contre une décision plus ancienne de la Commission européenne.

Selon l'éditeur, cette décision permettrait à la concurrence d'accéder, d'utiliser et de distribuer des données commerciales confidentielles. C'est dans ce dossier que le groupe co-fondé par Bill GATES cherche à obtenir le soutien du gouvernement US.

Dans son édition du 14 novembre 2005, le Financial Times parle de "lobbying", soit d'une opération de séduction menée par un groupe de pression - ici Microsoft - auprès des autorités politiques.

Dans le détail, des dirigeants de Microsoft auraient rencontré de hauts fonctionnaires de la Maison Blanche et du Département de la justice (US - DOJ) afin que ceux-ci interviennent dans ce dossier.

Par ailleurs, ajoute le journal financier, des requêtes auraient été transmises par le numéro un mondial du logiciel à plusieurs sociétés américaines afin que celles-ci "fassent pression" en sa faveur sur le gouvernement US.

Le quotidien affirme avoir obtenu une copie d'un mémo de l'éditeur qui précise l'identité des officiels à contacter et les points clés à préciser, à savoir :

Le soutien à la demande de Microsoft en faveur d'une intervention gouvernementale américaine ; les conséquences "néfastes" de la décision de Bruxelles sur la valeur des secrets commerciaux, richesses de nombreuses entreprises américaines.

"Il est normal pour le gouvernement américain de donner son point de vue sur un sujet qui a de fortes implications sur l'économie globale", a indiqué un porte-parole de Microsoft. Bruxelles, en revanche, ne s'est pas exprimée sur le sujet.
Modifié le 18/09/2018 à 14h18
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

scroll top