M. Devedjian exige la baisse du prix des appels fixes vers les mobiles

Par
Le 11 octobre 2004
 0

Le ministre délégué à l’industrie estime que le surcoût appliqué par les opérateurs télécoms sur les appels fixes vers mobiles "n’a plus aucune justification".

Le ministre délégué à l'industrie estime que le surcoût appliqué par les opérateurs télécoms sur les appels fixes vers mobiles "n'a plus aucune justification".

L'UFC-Que Choisir peut se réjouir, dans un entretien publié lundi dans les colonnes du Parisien, le ministre délégué à l'industrie, Patrick DEVEDJIAN, s'est prononcé en faveur d'une baisse des tarifs des appels fixes vers les mobiles.

Monsieur DEVEDJIAN estime qu'un appel d'un téléphone fixe vers un téléphone mobile en France est actuellement facturé à l'abonné 15 centimes d'euro, soit près de deux fois plus que le coût de la minute d'interconnexion.

Or, a souligné le ministre, "ce surcoût [appliqué par les opérateurs télécoms] n'a plus aucune justification. Il a été instauré dans les années 1990 pour subventionner le développement des réseaux mobiles. Aujourd'hui les réseaux sont construits et les opérateurs profitables."

Pour assurer la baisse effective des tarifs des communications fixes vers les mobiles, Patrick DEVEDJIAN a annoncé qu'un décret gouvernemental serait publié avant la fin de l'année 2004.

Ce décret donnera "les moyens juridiques" à l'Autorité de régulation des télécommunications (ART) de faire appliquer une baisse effective du prix de l'appel fixe vers un mobile.

Parallèlement, le ministre délégué à l'industrie a donné son aval à une décision de l'ART autorisant l'installation de systèmes radioélectriques, "brouilleurs", dans les salles de cinéma et de spectacle.

Ces systèmes sont censés permettre "de rendre localement inopérants les téléphones mobiles GSM", sans interdire les appels d'urgence...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top