Les internautes restent de fervents téléchargeurs de musique

0
A travers ses analyses, l'organisation The Pew Internet & American Life Project (www.pewinternet.org) met en lumière le développement et l'influence du Net sur la société américaine.

Selon les résultats de son étude mise en ligne le 31 juillet 2003 ("Music Downloading, File-sharing and Copyright") les téléchargements de fichiers musicaux ont plus que jamais la cote chez les internautes, malgré les menaces des majors du disque et de leur représentant la RIAA !

Depuis trois ans, la puissante organisation américaine de défense des intérêts de l'industrie du disque (www.riaa.org), répète à qui veut l'entendre que les têtes vont tomber parmi ceux qui continuent à télécharger et à partager gratuitement des fichiers musicaux sur des sites Internet Peer-to-Peer (échange de fichiers d'un ordinateur à l'autre) ne respectant pas "le copyright".

Feu Napster, qui devrait renaître de ses cendres sous le même nom mais à travers un modèle économiquement et juridiquement viable, a été fermé il y a deux ans à la suite de procédures judiciaires engagées par les majors (Warner Music, EMI Group, Universal Music, Sony) et leur représentant. Kazaa résiste encore...

Certains parmi les industriels souhaitent même sanctionner les contrevenants se rendant "complices d'infractions aux droits d'auteur" par une peine de prison, malgré l'opposition d'une pointure multinationale de la pop, Michael Jackson "himself".

Quoi qu'il en soit, cette campagne "a eu très peu d'effets sur les internautes". D'après l'étude de Pew Internet, deux tiers des 1500 internautes interrogés entre mars et mai 2003 ont affirmé "ne pas se soucier de la protection des droits d'auteur" quand ils téléchargent des fichiers musicaux en ligne. Seuls 27% d'entre eux ont signalé s'assurer de l'existence et du respect des droits sur les morceaux téléchargés.

Les auteurs de l'étude concluent que "l'attitude des internautes américains à l'égard du téléchargement de fichiers en ligne protégés par droits d'auteur, ne s'est pas modifiée en l'espace de trois années."

"Malgré les campagnes médiatiques et les procès destinés à informer le public du danger que le partage des fichiers pose au domaine de la propriété intellectuelle", rien a changé, ont-ils ajouté.

La RIAA n'a pas accordé de crédit à cette étude estimant que les internautes avaient été interrogés avant que les autorités n'annoncent des poursuites en justice. Par ailleurs, elle lui a opposé une récente analyse du cabinet Forrester Research qui concluaient que deux tiers des jeunes internautes concernés cesseraient le téléchargement devant la menace d'une sanction telle que la prison.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page