Aramiska, spécialiste de l'Internet par satellite, débarque en France !

Par
Le 13 novembre 2002
 0

Aramiska, fournisseur européen d’accès Internet par satellite, fait son entrée sur le marché français de l’Internet haut débit pour entreprises.

Le hollandais Aramiska, fournisseur d'accès Internet pour entreprises, fait son entrée sur le marché français du haut débit après s'être installé au Royaume Uni en avril 2002, puis en Espagne.

"Aramiska propose un accès Internet haut débit par satellite et des services administrés (messagerie, sécurité, service-client, etc.) aux petites et moyennes entreprises, quelle que soit leur situation géographique en Europe", précise Philippe BODART, Président directeur général d'Aramiska.

Alternative à l'accès Internet haut débit via l'ADSL/câble, le service de connexion à haut débit par satellite d'Aramiska s'appuie sur la norme bidirectionnelle : DVB-RCS (Digital Video Broadcasting - Return Channel System).

Les débits descendants proposés devraient pouvoir atteindre "jusqu'à 2048 kbps", et "jusqu'à 320 kbps" pour les débits ascendants (transmissions de données). Quant aux tarifs, annoncés comme étant "très comparables aux offres ADSL actuellement proposées en France", ils devraient être communiqués avant la fin de l'année.

En France, Aramiska a démarré mi-octobre le recrutement de ses revendeurs. Des séminaires de présentation de la société se sont déroulés à Toulouse et Nantes, d'autres suivront.

Aramiska cible en priorité les régions françaises peu ou non couvertes par le haut débit terrestre, où sont installées un grand nombre de PME : Aquitaine, Centre, Bretagne, Pays de Loire, Rhône Alpes, et Midi Pyrénées.

"Le marché a été sévèrement touché par le lent déploiement du DSL (digital line) en Europe et par une certaine incapacité des opérateurs télécoms à dégrouper la boucle locale", constate Philippe BODART.

Il poursuit : "La technologie satellitaire offre aux sociétés situées dans des zones non couvertes par les réseaux terrestres à haut débit la liaison Internet permanente nécessaire pour télécharger et transmettre de gros volumes de données".

Victime de la "fracture numérique", les zones rurales devraient donc s'enthousiasmer pour ce type d'offre, capable de constituer une alternative à l'ADSL.
Modifié le 18/09/2018 à 14h12

Les dernières actualités

scroll top