DoCoMo révise à la baisse ses objectifs pour la 3G

Ariane Beky
07 novembre 2002 à 00h00
0
Après avoir annoncé des chiffres en deçà de ses prévisions en août dernier, NTT DoCoMo pourrait réduire de 60% l'estimation de son bénéfice net pour 2002/2003 (exercice clos en mars prochain), selon le quotidien financier Nihon Keizai Shimbun.

En matière de téléphonie mobile de troisième génération (3G), DoCoMo souhaite atteindre le chiffre de 320 000 abonnés en mars 2003, alors qu'initialement il avait prévu d'intéresser 1,38 million de clients.

Si les services 3G de DoCoMo "ne prennent pas", il en va autrement de l'i-mode, norme propriétaire utilisant un réseau cellulaire numérique de seconde génération (débit maximal 9,6 Kbits/s). Avec plus de 34 millions d'abonnés au Japon l'i-mode reste le service d'Internet mobile le plus populaire de l'archipel.

Mais l'i-mode ne suffit plus. Le marché de la téléphonie mobile "conventionnelle" arrive à saturation, et la 3G n'apparaît pas aujourd'hui comme le relais de croissance attendu par DoCoMo. De plus, l'opérateur doit faire face à une "forte dépréciation" de ses investissements à l'international.

Keiji TACHIKAWA, Président de NTT DoCoMo, a annoncé mercredi la baisse de sa prévision d'investissement pour l'exercice 2002/2003. Celle-ci passe de 960 milliards de yens à 891 milliards (7,33 milliards de dollars).

Dans ces conditions, comment rester compétitif face à la concurrence (KDDI, J-Phone), et proposer de nouveaux services d'Internet mobile pour lesquels les clients existants et potentiels soient prêts à s'enthousiasmer ?

DoCoMo a lancé en octobre 2001 son service 3G ("FOMA") basé sur la norme Wideband CDMA et supportant des débits de 64 Kbit/s à 384 Kbit/s.

Fin juin 2002, l'opérateur comptait 114 500 abonnés FOMA, soit moins d'un dixième de la clientèle 3G de KDDI qui avait lancé son service 3G six mois après celui de son concurrent !

Il est vrai que DoCoMo domine toujours le secteur de la téléphonie mobile au Japon avec une part de marché de 58%. Mais il peine à gagner de nouveaux abonnés 3G. Parmi les éléments d'explication : la couverture limitée du réseau (Tokyo, Osaka, Nagoya), le prix élevé et le manque d'autonomie des combinés.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
Clubic évolue (en douceur)
Allongé et endormi
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
Microsoft Flight Simulator dévoile son plan de vol pour les futurs développements
Déjà en rupture de stock, les NVIDIA RTX 3080 se vendent à prix d'or sur eBay
PS5 : des jeux jusqu'à 79,99 €, soit 10 € de plus que sur l'ancienne génération ?!
Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED dévoile les configurations PC requises
La fin du pétrole ? Pour BP, la demande ne fera que baisser à partir de 2020
scroll top