Télécoms : Pour M.Chirac, "il est temps d’agir à l’échelle de l’UE"

Par
Le 31 octobre 2002
 0

L’Etat français interpelle la présidence de l'UE et la Commission européenne sur la crise que traverse actuellement le secteur des télécommunications.

L'Elysée a rendu public jeudi un texte transmis par Jacques CHIRAC à Anders Fogh RASMUSSEN, Président en exercice du Conseil européen, et Romano PRODI, Président de la Commission européenne.

Dans ce texte, la Présidence de la République française invite l'exécutif européen à réfléchir sur les moyens à mettre en place pour qu'une "réponse" soit apportée à la "crise profonde" que traverse le secteur des télécommunications.

"A partir de l'analyse des problèmes rencontrés et des demandes exprimées par les opérateurs, la Commission européenne doit pouvoir transmettre au Conseil des propositions en vue d'une réponse coordonnée, rapide et efficace au niveau européen", estime Jacques CHIRAC en référence au prochain Conseil européen de mars 2003.

La France elle-même compte apporter "une première contribution" à cet effort européen pour sortir de la crise.

Une "crise provoquée par des ponctions très lourdes et totalement disproportionnées sur les opérateurs de télécommunications lors de l'attribution des licences UMTS [téléphonie mobile de troisième génération]", poursuit Jacques CHIRAC.

Le Chef de l'Etat souligne combien les conséquences d'une telle disproportion sont "sévères" pour l'UE : "croissance du marché inférieure aux prévisions, baisse des investissements, impact direct négatif sur l'emploi, effondrement des cours de Bourse, situation financière critique de nombreuses sociétés, diminution des efforts de recherche."

Des facteurs qui contribuent "au ralentissement de l'économie européenne" et affectent "la place de l'Europe face à ses concurrents".

Aux grands mots, les grands moyens : Pour répondre à une telle crise le Président français a rappelé combien il est nécessaire de trouver "ensemble" les solutions qui permettront "de créer les conditions propices au succès d'une technologie qui reste, comme l'ensemble du secteur des télécommunications, porteuse d'avenir pour l'Europe".
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top