Bras de fer Vodafone/Vivendi pour le contrôle de Cegetel et SFR

Par
Le 16 octobre 2002
 0

Alors que Vivendi Universal annonce avoir obtenu son prêt de 3 milliards d'euros, Vodafone fait monter les enchères pour prendre le contrôle de Cegetel et SFR.

La société française de radiocommunications va t'elle rester française ? La presse économique s'agite depuis quelques heures car le puissant groupe britannique Vodafone, numéro un mondial de la téléphonie mobile avec plus de 100 millions de clients dans le monde, fait monter les enchères pour prendre le contrôle de Cegetel, maison mère de sa véritable cible : l'opérateur cellulaire SFR.

Vodafone a ainsi annoncé ce matin un accord de principe avec deux actionnaires minoritaires, British Telecom et SBC, pour racheter leurs parts dans le capital de Cegetel et ainsi prendre le contrôle de la branche de téléphone mobile SFR.

Le capital de SFR est actuellement réparti entre Vodafone (20%) et Cegetel (80%), groupe lui même dispatché entre Vodafone (15%), SBC (15%), BritishTelecom (26%) et VivendiUniversal (44%). Vivendi Universal et Vodafone se disputent les parts de BT et SBC mais le groupe français dispose d'un droit de préemption sur ces actions jusqu'au 10 novembre... à condition qu'il soit en mesure de surenchérir sur l'offre très généreuse de Vodafone, évaluée à 6,3 milliards d'euros pour l'ensemble.

Financièrement plus solide que VU, Vodafone a également indiqué qu'il était prêt à payer 6,7 milliards d'euros supplémentaires pour les parts de VU afin de disposer du contrôle totale de Cegetel et SFR et éviter un actionnaire disposant d'une minorité de blocage.

Bluff ou pas, Jean-René FOURTOU ne tient pas à perdre le contrôle de Cegetel car il s'intéresse aux bénéfices de sa filiale, qu'il aimerait pouvoir consolider en passant le cap des 50%. VU a annoncé hier que son prêt supplémentaire de 3 milliards d'euros pourrait être octroyé d'ici le 1er Novembre et le groupe avance également sur la vente de sa filiale VU Publishing, qui pourrait également rapporter 3 à 3.5 milliards d'euros.... c'est à dire relativement assez pour racheter les parts de BT ou de SBC et bloquer, pour un temps, l'offensive de Vodafone...

Reste à connaitre la motivation de Vodafone qui pourrait, selon la presse économique britannique, aller jusqu'à lancer une OPA sur Vivendi Universal, en cas de résistance du groupe français, pour parvenir à ses fins... En effet, la capitalisation boursière de VU n'atteint que 15,7 milliards d'euros soit 2,7 milliards de plus que les 13 milliards actuellement mobilisés pas Vodafone pour prendre le contrôle de Cegetel !

En attendant, le cours de Vivendi Universal a pris plus de 17% en l'espace de deux séances. Avec ou sans Cegetel, le groupe sortira gagnant de ce bras de fer qui démontre en tout cas toute la valeur de l'un de ses actifs stratégiques...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top