Facturation à la seconde : L'UFC - Que Choisir porte plainte contre Orange

16 septembre 2002 à 00h00
0
Quelques jours après Bouygues Telecom, troisième opérateur mobile français, l'Union fédérale des consommateurs (UFC-Que Choisir) a annoncé vendredi avoir porté plainte devant le Conseil de la concurrence contre Orange.

L'organisation de défense des droits des consommateurs estime que l'opérateur ferait preuve d'abus de position dominante en surfacturant les communications de ses abonnés vers les réseaux mobiles de ses concurrents, à savoir SFR (Groupe Cegetel) et Bouygues Telecom.

«Aucun consommateur abonné d'Orange ne peut maîtriser la part de ses appels vers les autres réseaux [...] dans ce contexte la décision d'Orange constitue une véritable manipulation de sa clientèle et du secteur de la téléphonie mobile tout entier», a souligné l'UFC-Que Choisir dans son communiqué.

L'UFC précise également avoir demandé au Conseil que soit instaurée une mesure conservatoire imposant à la filiale de téléphonie mobile du groupe France Télécom de suspendre «immédiatement» cette récente mesure.

En août dernier Orange, numéro un de la téléphonie mobile en France, décidait d'établir la facturation à la seconde, ce qui semblait à première vue convenir à l'UFC, tout en précisant qu'une surtaxe serait établie.

Ce que refuse l'UFC c'est cette surtaxe de 12 centimes d'euro par minute. Elle concerne les appels vers les réseaux concurrents de tous les clients d'Orange, abonnés aux forfaits et utilisateurs de cartes prépayées.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

SAS commercialise Decision Pack, une solution pour le pilotage d'entreprise
Avec sa version
Des FAI allemands s’opposent au blocage de sites web néo-nazis
L'Etat allemand au secours de MobilCom
La Commission européenne participe au «Congrès eSafety»
SAS commercialise Decision Pack, une solution pour le pilotage d'entreprise
Avec sa version
Des FAI allemands s’opposent au blocage de sites web néo-nazis
L'Etat allemand au secours de MobilCom
La Commission européenne participe au «Congrès eSafety»
Haut de page