Le groupuscule Unité radicale va-t-il être interdit 'en et hors ligne' ?

Par
Le 29 juillet 2002
 0

Le groupuscule d'extrême droite dans lequel militait Maxime Brunerie, auteur du coup de feu contre M.Chirac le 14 juillet dernier, est menacé d’une interdiction

Depuis la tentative d'attentat contre Jacques CHIRAC lors du défilé du 14 juillet dernier sur les Champs-Elysées, l'Unité radicale, groupuscule d'extrême droite créé en 1998 par le GUD (Groupe union défense), Jeune résistance et l'Union des cercles résistance, n'a cessé de démentir les rumeurs liées à son éventuelle interdiction sur son site Internet (www.unite-radicale.com).

Or, selon le Journal du Dimanche du 28 juillet, le ministère de l'Intérieur a effectivement lancé une procédure d'interdiction à son encontre, procédure fondée sur la loi du 10 janvier 1936.

Cette loi, créée à l'époque du Front populaire, introduit une exception à la liberté d'association de la loi de 1901 en permettant la dissolution administrative de tout mouvement "présentant par sa forme et son organisation militaire le caractère de groupes de combat ou de milices privées".

La procédure engagée contre l'Unité radicale devrait être "discutée et adoptée en conseil des ministres, éventuellement cette semaine", a précisé le ministère de l'Intérieur.

Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) s'est félicité de l'initiative engagée par le ministère de l'intérieur, de même que L'Union des étudiants juifs de France (UEJF).

L'UEJF a par ailleurs rappelé qu'elle allait assigner le site Internet de l'Unité radicale devant le tribunal correctionnel de Paris le 31 juillet prochain.

De son côté, Guillaume LUYT, porte-parole de l'UR, a déploré la décision gouvernementale sur LCI tout en soulignant que "la porte de sortie, c'est l'obligation de se transformer en véritable mouvement politique."

Par le passé, d'autres mouvements d'extrême droite (Occident, Ordre nouveau, le Gud, etc.) ont été interdits par les autorités en place. Ils se sont le plus souvent reconstitués sous d'autres noms...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top