Le blues des administrateurs réseau

Par Ariane Beky
le 20 décembre 2001
 0

Selon une étude réalisée pour Intel LANDesk, 1 administrateur réseau français sur 4 ne passera pas le réveillon de Noël en famille. Dilemme ?

Selon une étude réalisée pour Intel LANDesk, 1 administrateur réseau français sur 4 ne passera pas le réveillon de Noël en famille. Dilemme ?

Une étude intitulée «Bank Holiday Blues», réalisée par le cabinet britannique Ingineum (ingineum.com) pour le compte d'Intel LANDesk, met en lumière les désagréments du métier d'administrateur réseau.

L'enquête est basée sur les entretiens téléphoniques effectués auprès de 300 administrateurs réseau en Allemagne, en France et au Royaume-Uni.

Le cabinet d'études estime que 48% des administrateurs français travaillent le soir (sans plus de précision), et que 28% d'entre eux sont dans l'obligation de travailler les jours fériés, d'autres le week-end (28% également).

Pour les administrateurs ayant participé à l'enquête il s'agit de «débordements» qui seraient liés : au diagnostic et à la résolution de problèmes internes au réseau (49%), viennent ensuite le traitement des virus (31%), puis la supervision des mises à jour et enfin les corrections logicielles (32%).

Malgré cela, les administrateurs réseau français sont mieux lotis sur ce point que leurs homologues européens.

Selon Ingineum, 60% des administrateurs britanniques et 58% des administrateurs allemands travaillent tard le soir. Au Royaume-Uni 59% de ces mêmes administrateurs travaillent le week end, ils sont 52% en Allemagne.

Durant les fêtes de fin d'année, la tendance s'inverse : Pour un déploiement d'OS, 23% des administrateurs réseau français ne dégusteront pas saumon et foie gras en famille, contre 18% des administrateurs allemands et 20% des britanniques.

Si les administrateurs français font le moins d'heures supplémentaires, 11% avouent tout de même que travailler les jours fériés peut provoquer des tensions familiales. Ils sont 24% à le reconnaître au Royaume-Uni, même chose en Allemagne.

Enfin, pour l'anecdote, si 27% des administrateurs réseau allemands et 25% des britanniques estiment que moins de travail leur permettrait d'améliorer leur vie intime, seuls 11% de Français pensent disposer d'une marge de progression en la matière.

De niveau de salaire, il n'est pas fait mention dans cette enquête.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Jour de la Terre : des images qui montrent la beauté de notre planète (mais aussi notre impact)
Technologies numériques : l'UE adopte un plan d'investissement à 9,2 milliards
Comparatif 2019 : Quel est le meilleur chargeur sans fil ?
Des pirates publient les données personnelles de milliers de policiers et d'agents du FBI
XIII, le shooter d'Ubisoft lancé en 2003, se paye un remake !
Oui.sncf marche fort et reste le premier site de e-commerce français
Des chercheurs ont réussi pour la première fois à
Une entreprise récupère les trottinettes de Lime et Bird... pour les leur
Un astronaute devenu différent de son jumeau après un voyage d’un an dans l’espace
Game of Thrones : HBO annonce l'ouverture d'un studio à visiter en 2020 en Irlande du Nord
Microsoft assure que ses data centers utiliseront 60% d'énergie renouvelable d'ici 2020
Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
scroll top