Lionel Jospin veut rassurer les professionnels des TIC

Par
Le 16 novembre 2001
 0

Devant les professionnels du secteur des TIC membres de l’EBG, Lionel Jospin s’est montré optimiste sur l'avenir du secteur.

Devant les professionnels du secteur des TIC membres de l'EBG, Lionel Jospin s'est montré optimiste sur l'avenir du secteur.

Lionel JOSPIN était invité mercredi à une réunion de l'Electronic Business Group (EBG - www.ebg.net), organisation qui réunit 270 industriels français et étrangers, acteurs de l'Internet et du commerce électronique.

Le Premier ministre s'est prononcé sur les difficultés actuelles du secteur des technologies de l'information et de la communication, en ces termes :

"La période est moins favorable pour les nouvelles technologies [...] Ces rudes ajustements" traduisent "un retour aux fondamentaux économiques qui s'imposent à tout entrepreneur."

"Refusons le pessimisme et apprécions lucidement la réalité économique [...] La réalité, c'est que la part de la France dans le commerce électronique européen sur Internet a doublé en trois ans. La réalité, c'est que le secteur des technologies de l'information et de la communication représentent déjà plus de 6% du PIB français."

Le Premier ministre a rappelé que le gouvernement était "déterminé" à soutenir le secteur.

Le ministre de l'Economie, Laurent FABIUS, et le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christian PIERRET, sont chargés de trouver des solutions pour "améliorer rapidement les conditions tarifaires d'accès à Internet."

Par ailleurs, le Comité interministériel à la réforme de l'Etat, réunit jeudi après-midi à Matignon, a lancé "la seconde étape du chantier de l'administration électronique."

Lionel JOSPIN a également signalé qu'un fonds de "co-investissement" doté initialement de 60 millions d'euros sera créé d'ici la fin 2001 "pour répondre au risque de désengagement de certains investisseurs privés."

Le premier ministre ajoutait une anecdote à ce discours : "Lorsque nous sommes arrivés à l'hôtel de Matignon, en juin 1997, il n'y avait ni réseau informatique, ni messagerie, ni même d'équipement minimal pour les membres du cabinet..."
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top