Le Parlement européen dépose un amendement sur les "cookies"

Par
Le 14 novembre 2001
 0

Le Parlement européen a ajouté un amendement concernant les "cookies"à la nouvelle législation sur la sécurité des communications électroniques.

Le Parlement européen a ajouté un amendement concernant les "cookies"à la nouvelle législation sur la sécurité des communications électroniques.

Le Parlement européen veut réduire l'usage des "cookies". Mardi l'institution a ajouté un amendement à la nouvelle législation communautaire sur la sécurité des communications électroniques.

Le cookie est un ensemble de caractères déposé dans un petit fichier texte placé sur le disque dur de l'ordinateur de l'internaute par un navigateur (serveur de pages web.)

Les cookies enregistrent des informations sur la visite effectuée par l'internaute (date et heure de la dernière visite, fréquence, nom, mots de passe, langue d'utilisation, etc.)

Il sont utilisés par les administrateurs de sites web pour surveiller et analyser l'activité et les habitudes de navigation des internautes, enregistrant parfois ces données à l'insu des utilisateurs.

En effet même si ceux-ci peuvent permettre à l'internaute de gagner du temps (enregistrement des mots de passe, des coordonnées, etc.), l'utilisateur est censé pouvoir refuser la présence de ces cookies sur son ordinateur.

Or, la procédure n'est pas si transparente que cela, surtout pour le grand public.

"L'usage de tels outils doit être interdit si le consentement explicite, informé et libre de l'utilisateur n'a pas été obtenu", précise le texte adopté par le Parlement de Strasbourg.

Des représentants de l'industrie des technologies de l'information et de la communication ont dénoncé l'adoption de cet amendement.

Ils estiment le surcoût induit pour les opérateurs trop important, si l'accès aux pages web nécessite l'autorisation de l'internaute pour déposer un cookie sur son disque dur à chaque passage...

Cet amendement pourrait ralentir l'adoption de la nouvelle loi sur la sécurité des communications électroniques, que le Président de la Commission européenne, Romano PRODI, voudrait voir entrer en vigueur avant le printemps 2002.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top