Philippe Karsenty : getZEnews, le « Kiosque du Net »

15 mars 2001 à 00h00
0
Philippe KARSENTY, co-fondateur de getZEnews, présente le service qui permet de s'abonner aux meilleures newsletters de la toile.

PU - Monsieur Philippe karsenty, bonjour. En quelques mots, pourriez-vous présenter votre parcours ainsi que votre société getZEnews ?

PK - A l'âge de 34 ans, j'ai 10 ans d'expérience dans les marchés financiers et j'ai été consultant auprès de banques d'affaires concernant les fusions-acquisitions dans les nouveaux médias.

La société getZenews a été créée en juin 2000 avec un capital de départ de 250.000 F suivi rapidement d'une augmentation de capital en juillet 2000 auprès de Business Angels et de Capital Industrie et associés (CIA). Ces derniers ont rejoint les actionnaires et fondateurs parmi lesquels, Theo Hoffenberg (Président de Softissimo), Ariel Heohana (Président de Media Invest), Eryck Rebbouh (Président de Carat), et François Ruault (chargé du lancement d'imac d'Apple).

Le site a été réalisé en 7 mois et getZEnews.fr, qui se définit comme « le Kiosque du Net », est ouvert depuis le 24 janvier 2001. Il permet aux internautes de s'abonner gratuitement, et en une seule visite à une sélection des meilleures newsletters du Net. Nous avons un comité de sélection présidée par Daniel Bilalian. Et nos newsletters doivent répondre à deux critères : la qualité du contenu, et le fonctionnement technique. Notre positionnement est original dans le sens où nous sommes les seuls à effectuer une réelle sélectivité des sources d'information. De gros éditeurs nous font confiance comme le Figaro ou l'Express.

PU - Combien de newsletters propose le site et quels sont les domaines que vous couvrez ?

PK - Nous référençons actuellement une centaine de newsletters. Les domaines représentés vont du sport à l'économie et des loisirs au monde professionnel : actualité, art et culture, e-commerce, éco-finance, espace pro, high tech, internet, loisirs, sports.



PU - Quel est le rôle exact joué par Daniel Bilalian ?

PK - Daniel Bilalian est actionnaire de la société et il dirige le comité de sélection. Son expérience de journaliste est très importante pour getZEnews car il sait identifier les sources sérieuses et effectue un vrai travail de tri de l'information. Par ailleurs, son image est une bonne caution pour le site

PU - Quel est votre business Model ?

PK - Nous sommes partis du constat qu'aujourd'hui, cela coûte très cher de faire venir des visiteurs sur un site et encore plus d'acquérir des abonnés : un visiteur coûte entre 10 et 50 F.

En France, l'internaute n'a pas le réflexe de s'abonner à une newsletter. Un abonné coûte 100 fois plus cher qu'un visiteur puisque 1% seulement des visiteurs s'abonnent à une newsletter. Le coût d'acquisition d'un abonné est donc compris entre 1000 et 5000 F pour un éditeur.

getZenews propose de vendre l'abonné à l'éditeur à un coût beaucoup moins cher, soit au prix de 10 euros. Nous signons des contrats de 6 mois, renouvelables par tacite reconduction et résiliables a tout moment.

PU - Ne revendant que l'adresse e-mail, vos abonnés ne sont pas très qualifiés.

PK - Au contraire. Nos abonnés sont le plus qualifiés possible car nous ne leur offrons aucun cadeau. Nous envoyons des abonnés qui sont des gens qui demandent à recevoir de l'information sans contrepartie aucune sauf de l'information. Ces abonnés valent donc beaucoup plus cher que ceux obtenus à l'issue de jeux-concours par exemple, ce que j'appelle des « opportunistes infidèles ». Nos abonnés sont des internautes de qualité intéressés par un contenu de qualité. Suite à un test effectué avec un de nos éditeurs, il en ressort qu'un internaute abonné chez nous vaut beaucoup plus qu'un internaute abonné par un jeu-concours, car dans ce cas il y a un pourcentage considérable d'internautes qui se désabonnent par la suite et ceux qui restent ne sont pas du tout actif car ils n'étaient pas venus pour l'intérêt du site mais par la motivation du gain.

PU - Est-ce que le modèle getZEnews est viable à long terme car une fois que les internautes se sont abonnés par votre intermédiaire, reviennent-ils sur votre site ?

PK - 80% des internautes qui s'abonnent chez getZEnews, souhaitent être informés des futures newsletters référencées chez nous. Et de nouvelles newsletters apparaissent tous les jours. Nous sommes en ce moment en discussion avec de gros éditeurs. Nous sommes convaincus que les internautes vont venir s'y abonner dès qu'ils seront prévenus. De plus, nous sommes en train de préparer une offre professionnelle « GZNpro.com », qui référencera que les newsletters professionnelles.

Par ailleurs, nous préparons d'autres services basés sur le « push », c'est-à-dire offrir tout type d'informations à l'internaute sans qu'il ait besoin de venir la chercher mais je ne peux pas vous en dire plus pour le moment.

PU - Comptez-vous proposer votre propre contenu ?

PK - Non. Aucun contenu. C'est un principe de base chez nous. On ne veut surtout pas devenir concurrent des éditeurs avec lesquels on travaille. Nous sommes partenaires des éditeurs qui nous font de plus en plus confiance à l'exemple de Courrier International, Bfinance, les Inrocks ou Femmeonline. Nous leur apportons réellement un service.

PU - Quels sont vos objectifs pour getZEnews ?

PK - En terme de newsletters, nous voulons rester entre 150 et 200 car nous voulons rester extrêmement sélectif. Nous avons par exemple retiré certaines lettres d'informations pour lesquelles le processus de désabonnement ne marchait pas.

Concernant les abonnés, nous visons 100.000 d'ici fin juin et en terme de chiffres d'affaires, nous tablons sur 250.000 euros. Et sur l'exercice 2001, nous tablons sur 750.000 euros de CA. Il faut savoir que certains de nos clients peuvent être exposés à la crise qui touche l'Internet et son financement. Les fonds d'investissements et les business Angels n'ont pas été assez sélectifs et aujourd'hui, ils n'ont plus de quoi investir dans des dossiers intéressants alors qu'il existe des éditeurs qui offrent un contenu de valeur.

PU - Quelle est votre différenciation par rapport à vos concurrents comme Buongiorno qui a racheté Kitalettre en janvier 20001 et revendique aujourd'hui plus de 800 000 abonnés, inscrits sur son site portail ?

PK - Nous sommes les seuls à proposer une offre sélective de newsletters. Contrairement à des concurrents qui fonctionnent comme des véritables moteurs sur lesquels on peut trouver « tout et n'importe quoi », sans connaître la provenance, la source qui édite la lettre, nous pensons que la valeur ajoutée sur Internet est dans le tri de l'information pour assurer la qualité. Nous préférons avoir moins d'éditeurs, mais uniquement des éditeurs de première catégorie. Par exemple, vous pouvez vous abonner ailleurs à "jaimeleonardo.com", alors que chez getZEnews, vous trouverez allociné.fr ou cinéinfo.fr.

Par ailleurs, nous testons toutes les newsletters. Une newsletter qui ne respecte pas le critère de désabonnement ne sera pas référencée chez nous. Il n'y a rien de pire que d'avoir sa boite e-mail saturée parce que les procédures de désabonnement ne fonctionnent pas.

PU - Comptez-vous vous développer à l'international ?

PK - Sachant que notre site est totalement dynamique, nous pouvons facilement exporter notre technologie et ouvrir un nouveau site dans un autre pays très rapidement. Nous comptons ouvrir dans 2 nouveaux pays d'ici fin 2001 et nous serons présents d'ici juin 2002 en Italie, Angleterre, Allemagne, Espagne.

PU - Monsieur Philippe Karsenty, je vous remercie.
Modifié le 18/09/2018 à 14h08
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Les entreprises et le marketing en ligne
Canada : criminaliser la pornographie infantile sur Internet
Alliance entre eBay et Microsoft
adLINK s’établit au Pays-Bas
«Les nouveaux consommateurs américains»
Les entreprises et le marketing en ligne
Canada : criminaliser la pornographie infantile sur Internet
Alliance entre eBay et Microsoft
adLINK s’établit au Pays-Bas
«Les nouveaux consommateurs américains»
Haut de page