V.Cerf veut standardiser la migration des données du web

11 janvier 2010 à 13h06
0
0096000002722592-photo-vint-cerf.jpg
Qu'il s'agisse de ses emails, de son carnet d'adresses, de ses photos ou de ses documents, chacun utilise ses services web préférés. Cependant, l'internaute est-il pour autant assurer de pouvoir migrer ses données vers un service tiers en cas de problème ?

Telle est la question posée par Vint Cerf, co-fondateur du protocole TCP/IP et Chief Internet Evangelist chez Google. Lors d'une conférence au Churchill Club à San José en Californie, il explique ainsi qu'Amazon, Google ou IBM n'ont pas su définir une forme d'interopérabilité en ce qui concerne la portabilité des données. « Il n'existe pas de standard de migration d'un serveur à l'autre », affirme-t-il, avant d'ajouter : « la situation actuelle du web s'apparente à celle de 1973 lorsque les réseaux d'ordinateurs ne pouvaient pas communiquer entre eux ».

Si Google est l'une des rares firmes à mettre à disposition un site précisément dédié à la migration des données, les sociétés devront tôt ou tard trouver un standard. Plutôt que d'enfermer l'internaute dans une solution propriétaire, cette initiative permettrait par ailleurs de redynamiser le marché.
Modifié le 18/09/2018 à 14h42
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
scroll top